La Justice s’oppose au Beethoven – Mosquito

La Justice s’est prononcée contre l’installation par un particulier d’un boîtier Mosquito / Beethoven, y voyant un “un trouble anormal du voisinage”, pour la première fois en France

“Nous sommes très satisfaits, c’est une décision de principe. Le tribunal a reconnu que l’appareil constituait une gêne auditive pour toutes les personnes”, les jeunes comme les moins jeunes, s’est réjoui Me Voisin, l’avocat de l’association Val Tonic regroupant des commerçants de Pléneuf-Val-André (Côtes d’Armor).

Point important, Chloé Giroud, employée de 23 ans d’une boutique de cadeaux située près de l’endroit où était installé cet appareil, a affirmé souffrir, à cause de ce dernier, de <strong>micro-lésions à l’oreille interne</strong>, qui lui provoquent encore aujourd’hui, plus d’un mois après le retrait de l’engin suite à une assignation, une <strong>gêne conséquente, des difficultés à comprendre ce qu’on lui dit dans un environnement un tant soit peu bruyant et une intolérance à certains sons</strong>.

En d’autres termes, elle souffre d’une forme – certes modérée – d’hyperacousie !

Dans cette vidéo, on peut l’entendre décrire, il y a quelques semaines, les douleurs que provoquaient chez elle le Mosquito / Beethoven :

Des douleurs très similaires – dans leur forme, de toute évidence pas dans leur intensité, ce qui est heureux pour elle – à celles que je connais depuis cinq longues années.

Comme je le disais dans ce billet, cette affaire de boîtier anti-jeunes est certainement une très belle opportunité pour des associations comme France-Acouphènes ou l’APTA (Association pour la Prévention des Troubles Auditifs) de se rappeler aux bons souvenirs du gouvernement et de se porter sur le devant de la scène. Sans doute les conditions n’ont-elles jamais été aussi favorables auparavant !

Related Articles

Réponses

  1. Il s’agit juste d’une réponse locale à une action de commerçants (pas des jeunes ou moins jeunes qui perçoivent ce mosquito ou leurs familles). Le juge se réfère aux troubles de voisinage et ne s’aventure pas sur le terrain de l’atteinte à la santé. Mme Bachelot invoque le fameux principe de précaution, difficile de croire qu’aucune étude sanitaire a été menée depuis que cet appareil est installé en Grande-Bretagne ou alors on la fait maintenant cette étude !
    La précaution sert une fois de plus de paravent pour ne rien décider, d’autres Beethoven pourront être enclenchés, si le juge est appelé il a le droit de choisir de laisser cet appareil en place.
    Donc rien de bien nouveau sous le soleil: savoir ce que l’on fait des jeunes et prévenir les risques auditifs, restent un autre débat.