Enola Gay

C’est un Metro (le journal, pas le truc qui roule sous terre et qui pue) consacrĂ© Ă  l’environnement qui m’attendait ce matin dans le… dans le truc qui roule sous terre et qui pue, forcĂ©ment.

OĂą l’on apprenait que si on se prend la main et qu’on fait tous l’amour la mĂ©chante pollution s’en ira loin, loin, tout lĂ -bas.

Ou encore que le bruit d’un avion qui dĂ©colle dĂ©passe en moyenne les 140 dĂ©cibels. Si les 20 millions de lecteurs de Metro dans le monde montaient dans 40 000 avions (on considère qu’un avion peut contenir 500 personnes) qui dĂ©colleraient en mĂŞme temps d’un seul mais gigantesque aĂ©roport, tous les bâtiments construits dans un pĂ©rimètre de 200m autour de l’aĂ©roport seraient dĂ©truits par la puissance du son.

Tiens, ça me fait penser Ă  ce groupe irlandais qui porte un nom d’avion, lĂ .

D’ailleurs, si on met 40 000 U2 l’un Ă  la suite de l’autre, ça dĂ©truit quoi ? Non je dis ça, mais ça peut ĂŞtre une bonne idĂ©e pour dĂ©blayer des terrains ou creuser des mines, je sais pas.

C’est très Ă©colo dĂ©veloppement durable machin tout ça ce truc en fait.

Je vais en toucher un mot à Noël Mamère. Il aura sans doute des idées.

(Enola Gay pose fièrement sur cocardes.org)

A lire aussi :  Elephant Man

Related Articles

RĂ©ponses