Air France : la grève fait des heureux

Voler trop bas nuit à la santé ?, c’est le titre d’un article de Direct Matin en partenariat avec Le Monde, paru hier.

Les riverains des aéroports d’Ile-de-France vont être auscultés

Nuisances. La Région capitale débloque 300 000 euros pour connaître
les conséquences du trafic aérien en Ile-de-France sur la santé des
riverains des aéroports. Deux millions de Franciliens sont concernés.

Voilà qui promet des conclusions intéressantes… entre quelques « vous avez mal à la tête parce que vous êtes stressée, Mademoiselle » ! 😉

Lire l’article en cliquant ici [lien supprimé car l’article n’est plus disponible en ligne].

Vous pouvez également le consulter sur le blog de Rachid Adda [lien supprimé car le blog n’existe plus], conseiller régional francilien et conseiller municipal sarcellois.

A lire aussi :  AZF : six ans déjà

Related Articles

France Telecom : Suicide ? Questionnaire sur le stress !

Conditions de travail en question

Les 102 000 salariés du groupe ont reçu ce matin par courrier électronique (« e-mail » pour à peu près tout le monde, « courriel » pour Télérama et l’Académie française) une liste de 160 questions sur leurs conditions de vie au bureau.

Vous pouvez consulter le questionnaire complet ici, conçu par le cabinet d’audit Technologia.

Réponses

  1. Bof côté RATP, le métro ça devrait pas trop mal se passer d’après les prévisions (un métro sur deux dans le pire des cas).

    Ce sont plutôt les banlieusards qui vont prendre cher… comme à peu près toujours, évidemment.

    Je vis à Paris mais travaille en banlieue… proche, fort heureusement ! 😀

    Bon courage à tous… et que les méchants grévistes brûlent à tout jamais dans les flammes de l’Enfer – j’avoue que cette idée me donne le sourire.

    Tiens d’ailleurs, dans la série « on fait la grève et on est con », l’accès à la station Bir Hakeim Tour Eiffel sur la ligne 6, après 20 heures, était ce soir assez sympa : portiques désactivés mais bloqués en position « on ne passe pas ».

    Je connais des mamies qui ont dû adorer.