Le silence, gardons-le !

Le silence, gardons-le !

 

C’est un autocollant que l’on pouvait trouver dans un numéro du magazine Okapi au début des années 90, en compagnie d’autres du style “La nature, écoutons-la !” – je ne demande que ça 🙂 – ou encore “L’environnement, respectons-le”, “Les animaux, aimons-les !” etc.

c9060b90f37b57636c4738354699f081a0dd9b1871170d52417f8644cff9cd0e

Le silence… Ne serait-ce pas déjà un combat d’arrière-garde ?

Sur le site de l’ADSMQ (Association des Devenus Sourds et des Malentendants du Québec), on peut lire que dans un article de la revue L’Actualité de juillet 2001, on mentionnait que le bruit ambiant double tous les dix ans.

Le site de l’ADMSQ rappelle que le bruit est l’une des plus importantes causes de surdité : 60 % des travailleurs œuvrant dans le secteur manufacturier seraient atteints de surdité professionnelle. Le bruit n’entraîne pas seulement des effets sur l’oreille mais sur tout le corps : entre autres, il rend plus irritable, cause de la fatigue auditive, souvent accompagnée d’acouphènes, amène plus de stress, fait augmenter le rythme cardiaque et la pression sanguine, la digestion devient plus difficile et il agit aussi sur l’attention et la concentration. […] Il faut ajouter que les bruits intenses sont souvent une grande source d’inconfort pour les personnes vivant avec un problème auditif, à cause d’une intolérance accrue aux sons forts.

En somme, si j’offre un abonnement à Okapi à mes – éventuels – futurs enfants, que pourront-ils y trouver comme cadeau ? Un autocollant à se foutre dans les oreilles ? Un jeu-concours pour gagner un séjour au Groenland, seule contrée épargnée par les déluges soniques ? Ou bien est-ce leur école qui organisera une excursion en plein Sahara pour leur apprendre ce qu’était le silence, qu’ils ne pourront plus connaître ?

A lire aussi :  Trance formers

Au final, nous acouphéniques ne sommes-nous pas le stade supérieur de l’évolution : l’être humain qui a fini par intégrer en lui-même ce bruit ambiant ? Et selon le principe bien connu de la sélection naturelle, seuls les plus forts survivront.

De là naîtra une nouvelle espèce, plus forte, plus résistante.

RAAAHHH je tiens un concept, là ! Avant qu’un ORL, un adepte de la TRT, PNL, et autre EMDR ne me la pique, je vais créer une secte. Raël, prends garde, la concurrence arrive et elle a les crocs !


OSDT TV “Je pleure tout le temps”
envoyé par okapi-jebouquine

Articles liés

Réponses

  1. Le concept du joyeux acouphènique nietzschéen est déjà pris Laurent, l’ Übermench des forums pour bisounours… 😉 Sa variante : le “battant” à la con qui la ramène avec sa force de caractère.

    P.S : ils prennent vraiment les ados pour des gogols chez Okapi.

  2. Tes deux remarques sont très justes.

    Pour la première, j'en avais déjà conscience, rassure-toi, bien avant ce billet. C'était justement une façon d'y faire allusion 🙂

    En revanche, pour la deuxième… J'ai le souvenir d'un journal sérieux, une sorte de Sciences & Vie très junior… et j’ai été tout surpris de tomber sur cette vidéo – et le reste, cf leur site.

    Enfin, tant qu’ils arrivent à survivre, difficile de leur en vouloir.

  3. “La capacité d’adaptation” ou flexibilité, est un concept psycho libéral destiné à casser les quelques rigides qui refuseraient de courber l’échine. Juste un piège à gogos, un moyen de se rassurer en somme…

  4. De toute évidence c’est une fille qui perd son sang-froid.. Dans les années 80 les Cure ont démontré scientifiquement que “boys don’t cry”.Les acouphènes ou l’hyperacousie ne sauraient constituer une excuse à l’épanchement lacrymal.