« Bruits intérieurs » – Les sons trop forts sont dangereux

Clip de prévention réalisé pour l’Association de Prévention des Traumatismes Auditifs (APTA) :

Il a été proposé et tourné au printemps 2001 par des élèves du collège Sainte-Ide de Lens (62) sous la direction de leur professeur M. Pierre Morelle, qui est adhérent de l’APTA :

Sifflement strident sur un fond noir. Ce sifflement ne cesse pas.
Titre venant progressivement du fond de l’écran : bruits intérieurs.
Fondu vers des plans de cour de récréation d’un collège.

Champ de vision d’une personne qui marche, filmé caméra sur l’épaule.
Le sifflement domine les bruits de la cour et les voix alentours qui paraissent déformées.
On entend aussi le souffle de la personne qui marche, comme si elle était enfermée dans un scaphandre.
Paroles d’élèves entendues en passant, d’un élève à deux de ses copains, dont l’un porte un baladeur et l’autre un radiocassette sur l’épaule :
« – Oh, ça arrache là ta musique !
– Quoi ? ? ?
– Eh, ça arrache !… »

Changement de plan : une collégienne se jette sur une autre :
« Alors Marie, raconte ce concert ! C’était comment, franchement ?
Tu t’es bien amusée là-bas ? »

Marie ne répond pas, porte la main à ses oreilles et semble bouleversée.
Elle finit par rejeter sa copine et part en courant.
Celle-ci, ne comprend pas et reste sur place :
« Marie attends !… Mais qu’est-ce qu’elle a ?… »

Retour sur Marie, qui se tient les oreilles avec des mains qui tremblent :
« Assez, stop ! »

Le sifflement diminue fortement tout à coup.
Puis il regagne progressivement en intensité pendant que Marie parle :
« Pour vous, ça n’a duré que quelques secondes. Mais pour moi, ça continue.
Et même pour toute la vie.
J’ai pas fait gaffe. Je ne pensais pas que ça pouvait arriver.
Les baladeurs, les concerts, la musique à fond la caisse… ».
Secouant, puis baissant la tête, au bord des larmes : « maintenant, c’est trop tard ! ».

Flash et fin des sifflements.
Retour arrière rapide, avec son et images accélérés, vers une vue de la cour de récréation.
Voix off, pendant que l’image de la cour est fondue avec des gros plans de collégiennes qui s’amusent et rient ensemble. On reconnaît le visage de Marie parmi les autres.

« Elle aurait pourtant pu vivre comme les autres.
Elle veut vibrer au son des décibels. Aujourd’hui, de l’intérieur, ces décibels l’obsèdent et perturbent toute son existence.
Ils ont gâché sa vie ! Qui sera le prochain ? »
Sur la voix off, les phrases suivantes s’inscrivent successivement :
Les sons trop forts sont dangereux.
Pour ne pas devenir acouphénique à vie !
Protégez votre audition !

Cette vidéo a été présenté en 2001 lors d’un festival de vidéo réunissant de nombreux collèges. Autant de jeunes qui, aujourd’hui, savent à quoi s’en tenir sur les risques de la musique amplifiée…

A lire aussi :  Des acouphènes pour rire

Merci encore à M. Pierre Morelle et à ses élèves pour ce spot et cette action de prévention.

Retrouvez sur le site de l’APTA d’autres matériels de prévention, afin que le nombre de nouvelles personnes souffrant d’acouphènes cesse enfin d’augmenter d’année en année.

 

(crédit photo Dadoux, qui nous livre sa réflexion : “il vaut mieux mourir qu’vivre pas ivre”)

Articles liés

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Réponses

  1. Un bug sur Dalymotion peut-être… Je ne parviens pas à ouvrir cette vidéo et je ne l’ai pas trouvée ailleurs, mais à la lecture du script et à la vision des captures d’écran, il parait très bien fait ce clip. Il est important de montrer en plus des sifflements ou bourdonnements des acs, la terreur de la folie que ce son permanent entraine…Ca coute certainement très cher mais il serait bon de diffuser ce type de court métrage dans les salles de ciné avant le film et entre des programmes télés. Le gros du public concerné est là…(on va seulement consulter les sites d’audition sur le net une fois que le mal est fait…)

  2. C’est vrai que sur le moment (en fêt etc) on a tendance à oublier qu’être trop proche des enceintes par exemple peut être très dangereux pour son ouïe. Moi perso, à chaque fois j’amène des boules quies =)