Guérir des acouphènes, c’est possible !

Urgence : traitement efficace

Nous voilà début avril, musicien rock depuis 17 ans (batteur notamment), je rentre à la maison avec la tête “dans le seau” et des sifflements dans les deux oreilles qui me donnent l’impression qu’ils sont dans tout mon crâne.

Cela m’était déjà arrivé, rarement à ce point mais bon je n’avais pas plus peur que ça. Or essayant de m’endormir, je remarque que j’ai enormément de mal à en faire abstraction. Je me laisse 24 h avant de paniquer.

Je me fais, le soir suivant, des massages pour essayer de m’enlever l’effet “tête dans le seau”, mais cela fonctionne très peu. Je fonce voir mon généraliste, il me dit que ce serait dû à de l’hypertension qu’il a décelé au bout de seuleument 1/4 d’h de consulte. Il me file du coversyl (un beta-bloquant) et hop, au revoir.

10 jours passent, je vais voir mon médecin de famille qui me prescrit un scan et un bilan sanguin, m’enlève le coversyl et remplace tout ça par du vastarel et du rivotril. J’ai refusé de prendre du rivotril vu les effets secondaires.

1 semaine plus tard et tous les exams effectués, je retourne voir mon médecin de famille qui me dit que tout est ok, p-ê un IRM à faire, et m’oriente vers un ORL.

A force de massage et p-ê d’accoutumance, les sifflements me semblaient moindres et j’avais moins l’impression que je venais de descendre de l’avion. Jusqu’aux exams que j’ai passé, je n’ai pas fermé l’oeil avec tout ce qui me passait par le tête plus mes crises de panique dû à l’hyper concentration que j’avais faite sur mes acouphènes.

L’ORL que je vais voir me dit qu’il faut que j’aille faire un audiogramme en urgence, il me prescrit des corticoides (solupred) à hautes dose (80 mg/jour) sur 5 jours. il me dit qu’il n’y croit pas trop mais que ça peut marcher car mon effet tete dans le seau est du en fait à un oedeme qui aurait été créé suite au trauma sonore, mon hyper-tension était donc ponctuelle.

Miracle, je sens mon crane tout entier se décongestionner et mes sifflements me laisse de plus en plus tranquille.

Je vais 2j après (vive les urgences ORL!) faire mon audiogramme chez, heureusement, un ORL très compétent. Il me dit qu’effectivement, j’ai subit un “blast” sonore mais que j’avais aussi un problème très ancien de pression mal régulée due à une trompe d’eustache inflammée.

En plus du vastarel et du solupred, je me retrouve avec un anti-hystaminique (Telfast 120 mg) plus un corticoide à pulvériser dans le nez (nasoflex). Ce qui fait qu’au bout d’un mois et demi après mon trauma j’ai pratiquement récupéré mais g toujours des sifflements très légers que je classerai à 1 ou 2 /10 sur une échelle de nuisance alors qu’au début ils étaient plus vers 7 ou 8, car je n’entendais que ça.

Donc un conseil, consulter un ORL directement, voire plusieurs et très vite !!! Peut-être que je répète ce qui a certainement déjà été dit mais je ne voulais pas faire comme certains qui ne viennent là que quand ça va mal, moi ça va beaucoup mieux et je suis venu donc le partager pour réconforter ceux qui vont mal.

Il paraît que je suis un cas classique ou d’école comme m’ont dit les ORL que j’ai consulté, donc je pense ou plutot j’espère que ça va aider pas mal de gens qui étaient dans mon cas à cogiter et à tourner en rond toutes ces nuits blanches.

Témoignage de Prgalder sur SOS-Audition (23 juillet 2007)

A lire aussi :  Acouphène et folie

(Photo Théodore Kouadio)

Related Articles

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Réponses