Holophonie ou holophobie ?

L’holophonie, je vous en avais dĂ©jĂ  touchĂ© un mot il y a bien longtemps.

Lu dans la newsletter de CB News, ce jour :

GetSound propose d’expĂ©rimenter le son holophonique

L’agence de design sonore et motion design GetSound signe pour Arkamys (sociĂ©tĂ© spĂ©cialisĂ©e dans le traitement du signal numĂ©rique), un film permettant d’expĂ©rimenter la qualitĂ© “3D” du son holophonique. Sur http://www.getsound.fr/hbe/, “Holoball” propose une mise en scène surrĂ©aliste des rebondissements d’une balle rouge.

Faites l’essai, c’est assez impressionnant. Le cerveau humain, si complexe soit-il, est si facile Ă  berner… Bien loin du son holophonique, j’ai perdu, durant les premières semaines qui ont suivi mon traumatisme auditif toute capacitĂ© Ă  me repĂ©rer dans l’espace : tous les sont se retrouvaient mĂ©langĂ©s Ă  l’intĂ©rieur mĂŞme de mon crâne.

Impossible de savoir s’ils provenaient de 300 mètres sur la droite ou de 20 centimètres en arrière.

Inutile de prĂ©ciser qu’un tel magma de sons est… totalement flippant.

A lire aussi :  Les acouphènes du malheur

Contenus connexes

Aucun contenu en relation pour le moment

Déjà près de 3000 membres ! ➡ Je m'inscris sur Oreille malade ⬅

Articles liés

iDoser, le mp3 gratuit qui soulage

I Doser, dangereux ou poudre aux yeux ? PhĂ©nomène assez rĂ©pandu, l’acouphène est appelĂ© Ă  devenir un flĂ©au encore plus grand dans l’avenir en raison, notamment, d’environnements toujours plus bruyants et de l’utilisation croissante des Ă©couteurs. Concrètement, et bien que les causes en soient disputĂ©es, l’acouphène est une sensation de bourdonnement continu dans l’oreille qui ne semble bĂ©nĂ©ficier d’aucun traitement.

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

RĂ©ponses