Il faut brider les lecteurs mp3

LE SOIR (Belgique)
mercredi 04 avril 2007, 07:47
dernière mise à jour le 1/10/2007 à 20h42 – Bruxelles

Il faut brider les lecteurs mp3

Le Conseil supérieur d’hygiène propose de limiter les baladeurs à 90 dB pour éviter les dommages auditifs.

Offrir le dernier lecteur MP3 à son enfant, est-ce vraiment lui faire un cadeau ? Car l’oreille humaine a des limites dont ces appareils ne tiennent malheureusement pas compte. La plupart d’entre eux permettent une écoute à un volume de plus de 100 dB (décibels) alors que le risque de dommage auditif apparaît à 90 dB. Comme le souligne Sud Presse hier, le Conseil supérieur d’hygiène (CSH) a remis des recommandations au ministre de la Santé, Rudy Demotte, afin de limiter le volume autorisé sur les appareils en vente.

2d589dd8e4f70a56d076165c6fdb0559

Quels sont vraiment les risques encourus par l’utilisateur ? « Les risques de lésions irréversibles de l’oreille interne existent lorsque le volume est supérieur à 90 dB, estime Naima Deggouj, professeur d’oto-rhino-laryngologie à l’UCL. A partir de ce volume, on peut s’attendre à des dégâts si l’utilisation dépasse un quart d’heure. » Les dommages les plus fréquents sont les acouphènes. Il s’agit de sifflements ou de bourdonnements perçus de manière permanente, intermittente ou temporaire. Ils peuvent ressembler au son d’un simple rasoir électrique jusqu’au réacteur d’avion. Ils s’accompagnent parfois de surdité ou d’hypersensibilité aux sons : l’hyper-acousie.

Les écouteurs sont également plus dangereux qu’avant. Ils s’enfoncent plus profond dans l’oreille et il y a moins de perte de la qualité quand on augmente le volume. Résultat : les oreillettes augmentent le niveau de son reçu de 7 à 9 dB, l’écoute est plus forte qu’on le veuille ou non.

A lire aussi :  Un Jacuzzi de l’esprit

Si on manque encore de données chiffrées, les experts s’accordent à dire que de plus en plus de jeunes sont touchés par ce problème. C’est un enjeu de santé publique. Le CSH a donc lancé un groupe de travail, présidé par Jacques Vanderstraeten, qui note qu’« un travailleur dans l’industrie doit porter des bouchons quand il est exposé à un bruit de 90 dB ». A titre de comparaison, à proximité d’une scie circulaire, le bruit est de 95 dB. Aujourd’hui, le volume des lecteurs « peut être augmenté à l’aide de logiciels boosters disponibles sur internet » jusqu’à 117 dB. Le Conseil préconise donc de limiter les lecteurs à 90 dB. Il souhaite aussi donner une impulsion pour que des études précises soient faites, afin de mieux informer le consommateur. Quant à la réaction des fabricants, le docteur Vanderstraeten n’y croit pas beaucoup. Pour lui, c’est un peu « comme quand on demande aux constructeurs automobiles de faire des voitures moins rapides »…

(Débranche… Débranche tout ! Enfin, mollo sur l’ipod, quoi 😉 )

Articles liés

Ipod : Apple fait la sourde oreille

Baladeur mp3 et surdité : Apple gagne son procès. Alors que la Commission européenne songe à limiter le volume des baladeurs mp3 à 85 dB, Apple vient de remporter une victoire juridique devant le tribunal de San Fransisco. Le constructeur américain était attaqué au motif que les écouteurs de l’ipod pouvaient entrainer une perte auditive.

La nausée : le mal du concert

“Je voulais réagir à votre article sur les concerts qui ne font plus recette (Télérama n° 3140) […] Et quand on voit que les organisateurs distribuent des boules de protection auditive à l’entrée de leurs concerts, où on a la nausée à cause du volume et des basses… Non, vraiment, la crise ne doit pas tout expliquer.”

Réponses

  1. le docteur Vanderstraeten n’y croit pas beaucoup. Pour lui, c’est un peu « comme quand on demande aux constructeurs automobiles de faire des voitures moins rapides »…

    c’est avec ce genre de comparaison “capilotractée” que la politique cède le pas à l’économie triomphale.
    Pourquoi ce casser la tête ? laissons faire les industriels qui, comme chacun sait, ne souhaitent que notre bien être… Continuons
    à consommer des Ipod MP3 , ou Homes cinéma à 90 db ou 120 db boostés.