Urgences Acouphènes

Urgences acouphènes : retour vers l’hôpital

Urgences Acouphènes
Urgences Acouphènes

Sans doute pour me remercier d’avoir abordé le sujet urgences acouphènes, les urgences ORL ont décidé de me convier dans le dixième arrondissement de Paris cet après-midi.

Rappel des faits qui m’ont conduit aux urgences acouphènes ORL :

Samedi, fin de journée. Mon oreille gauche se bouche subitement. L’espace déjà passablement encombré de mon crâne se remplit aussitôt d’une puissant ronflement (dans le genre machinerie de porte-avions ou de sous-marin, un truc sympa quoi), le tout saupoudré d’une violente augmentation de mes sifflements.
Back to the future.
Retour en arrière de près de quatre ans.

Sur le coup cela ne m’inquiète pas plus que ça. Il faut dire que je suis plutôt du genre hypercondriaque… Ce qui m’a déjà joué quelques tours, n’est-ce pas. Bref, je m’installe confortablement (si l’on peut dire) dans les moelleuses certitudes de mon lit (“je vais bien, tout va bien”), convaincu que ce merdier aura disparu à mon réveil. Durant ces quatre années de souffrance je n’ai jamais connu de brutale évolution de mes symptômes, autant dire que ce n’est pas maintenant que cela va commencer !

Comme vous l’avez compris je me berçais d’illusions et c’est ainsi que je me suis dirigé il y a quelques heures, rongé par l’inquiétude avouons-le, vers les urgences acouphènes ORL de l’hôpital Lariboisière.

Résultat ? Apparemment rien de grave. D’ailleurs mon oreille a déjà retrouvé un peu de souffle. Mais je suis quand même sous corticoïdes pour cinq jours… Principe de précaution 😉

A voir : site internet des urgences acouphènes ORL de l’hôpital Lariboisière

A lire aussi :  Le casque rend sourd, le 5.1 aussi...

Articles liés

Réponses

  1. Ben dis donc… moi qui disais hier à mon mari “L’avantage, c’est que ça ne peut pas s’aggraver… c’est rassurant”. J’espère que ça va s’arranger pour toi…

  2. Mon p’tit chat, je suis épouvantée par l’épisode que tu viens de subir.
    Moi qui pensais que ce retour heureux à une activité cadrée assomerait les symptômes…
    Je t’embrasse de tout coeur.
    M.

  3. Fin du traitement ou presque, j’espère que le rétablissement est complet et que ce type de crise ne se renouvellera pas…
    Prends soin de toi, encore et toujours.

  4. En fait le “rétablissement” s’est fait en quelques heures…

    J’ai retrouvé ma normale anormalité, ou mon anormale normalité – question de point de vue.