Monsieur 10mV – qui dit mieux ?

Il y a un peu plus d’un mois je vous faisais part d’une nouvelle piste prometteuse dans mon combat pour retrouver la sĂ©rĂ©nitĂ© : le botox ! Alors empli d’une euphorie lĂ©gitime, je m’en Ă©tais allĂ© me faire piquer les muscles du visage afin de leur redonner une activitĂ© normale. Je naviguais alors autour de six fois la valeur normale et c’Ă©tait pour ainsi dire la première fois, depuis ce fatidique 14 avril 2003, que du concret m’Ă©tait proposĂ© : 6mV au lieu de 1, c’Ă©tait Ă  n’en pas douter un vrai problème qu’il fallait rĂ©soudre. Mais encore fallait-il l’identifier.

Quelques semaines plus tard le moral en avait pris un coup : aucune amĂ©lioration, ou si peu. L’ORL m’avait certes informĂ© que d’autres paires de muscles seraient peut-ĂŞtre Ă  traiter, mais la joie anticipĂ©e d’un calme retrouvĂ© avait laissĂ© place Ă  un sentiment d’Ă©chec renouvelĂ©. Ainsi, il s’agissait d’un nouveau cul-de-sac ?

510208a9a9171da556519aec102a3d73

Vendredi dernier, autre endroit, mĂŞme combat. Dans les mains de cet ORL et de son compagnon neurologue, le premier test est simple : mesurer ces satanĂ©s muscles hyperactifs et constater d’Ă©ventuels progrès. « Monsieur, serrez fort la mâchoire s’il-vous-plaĂ®t. » « … Hum, ça a bien baissĂ©… 3mV Ă  droite, 2mV Ă  gauche, c’est bien mieux ! Nous allons nĂ©anmoins procĂ©der Ă  une nouvelle injection afin de vous rapprocher encore un peu plus de la valeur normale. »

« Mais j’ai toujours aussi mal et ça siffle toujours aussi fort« , protestais-je. « C’est Ă©tonnant… Nous allons tout de suite tester une autre paire de muscles situĂ©e dans la mĂŞme zone… Cela vient peut-ĂŞtre de lĂ . »

A lire aussi :  Audition SolidaritĂ©, association pour le bien-ĂŞtre auditif

Espoir. RĂ©signation. Comment savoir ce que je ressens, après n’avoir rien ressenti pendant si longtemps – si ce n’est la douleur et l’angoisse.

« 9mV »

Soulagement. Qui peut paraĂ®tre paradoxal pour quelqu’un qui ne s’est jamais trouvĂ©, durant son existence, face Ă  un tel chemin de croix.

« 9mV, c’est Ă©norme… La norme pour cette paire de muscles est en-dessous de 1mV. Vous ĂŞtes Ă  dix fois la norme ! Et de l’autre cĂ´tĂ© ? 8mV. Guère mieux donc. Nous avons dĂ©jĂ  observĂ© des cas allant jusqu’Ă  12mV, mais c’est rarissime et je peux vous dire que voir des valeurs comme celles que vous prĂ©sentez est très loin d’ĂŞtre courant. »

Je me souviens Ă  quelle point la souffrance Ă©tait plus intense encore durant les deux premières annĂ©es et songe que j’aurais peut-ĂŞtre dĂ» alors informer le Guiness Book des records.

« VoilĂ , nous vons avons fait une seconde injection. On fait le point dans un mois. Mais d’ici lĂ , il faut absolument que vous arriviez Ă  vous dĂ©tendre. »

Toujours ce bon vieux stress. Le vilain.

OK, lundi je m’y mets !

Tiens, au moment oĂą j’Ă©cris ces lignes il est dĂ©jĂ  lundi. Et dans quelques heures la semaine de travail reprend ses droits.

OK, dans un mois, on fera le point. D’ici lĂ …

(l’Ă©lectricitĂ© ça peut faire mal, nous rappelle l’acadĂ©mie de Clermont-Ferrand)

Articles liés

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

RĂ©ponses