TĂ©moignage de victimes de troubles auditifs – acouphĂšnes et hyperacousie

Nicko et Rodrigue, membres de France-Acouphenes, nous prĂ©sentent leur tĂ©moignage en vidĂ©o de ce qu’est devenue leur vie aprĂšs leur traumatisme auditif : comment sont apparus l’acouphĂšne et l’hyperacousie, ce que ça a changĂ© dans leur vie, etc.

Nicko nous explique que ça a bouleversĂ© sa vie, que ça a Ă©tĂ© un “bulldozer” sur sa vie…Des mots qui me parlent bien entendu : j’avais en tĂȘte il y a quelques jours PompĂ©i… une vie qui s’est figĂ©e, en l’espace d’une seconde. Dont il ne reste que souvenirs et cendres.Il fait Ă©galement allusion au danger du mp3 en tant que format, sujet trĂšs intĂ©ressant sur lequel je reviendrai prochainement – il y a beaucoup Ă  dire et Ă  expliquer.

da711e237432aec962f6683e1bceb8f1

A visionner sur le site de Bruitparif, l’Observatoire du bruit en Ile-de-France.

Cela dure plusieurs minutes mais vaut vraiment le coup. Parfois une bonne vidĂ©o vaut mieux que de longs Ă©crits…

MAJ :
Vous pouvez regarder la vidéo directement ici :

A lire aussi :  ... Wunderbar et yaourt Ă  la cerise...

Articles liés

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinĂ©ma. TĂ©moignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencĂ© le mardi 19 janvier 2010 Ă  16h30 au cinĂ©ma Gaumont OpĂ©ra Ă  Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la sĂ©ance, des cris sridents me font trĂšs mal Ă  l’oeille. Le son en gĂ©nĂ©ral Ă©tait trĂšs fort.

Journée européenne de la dépression

7Ăšme JOURNEE EUROPEENNE DE LA DEPRESSION.
Paris : 21 octobre 2010.

Son principal objet : promouvoir, dans tous les pays d’Europe, une journĂ©e consacrĂ©e Ă  la prise de conscience de l’importance des troubles dĂ©pressifs et affirmer une volontĂ© commune d’exiger les solutions les mieux adaptĂ©es.

En 2020, la dĂ©pression sera la 1Ăšre cause mondiale d’invaliditĂ©.

AcouphÚne : sifflement auditif cérébral

Video « le bruit ». Un jour dans la vie d’une personne qui souffre d’acouphĂšnes aigus. Un expĂ©rience Ă  vivre un jour, juste un jour, pour comprendre ce que sont cette souffrance et ce traumatisme. Une sorte de Strip-Tease (l’émission tĂ©lĂ© de France Television), « vis ma vie de malade des acouphĂšnes » 

RĂ©ponses

  1. Bravo pour le témoignage de Rodrigue et Nicko!

    Est ce que vous arrivez Ă  comprendre pourquoi l’hyperacousie est si rare que ça?

    Je me suis toujours demandé
    comment un Mick Jagger ou un Bono n’ont-ils pas ses problĂšmes (hyperacousie) alors qu’ils ont du manger 1000000 fois plus de dĂ©cibels que moi dans leur vie.

    Est ce que si on a des pertes d’audition progressives comme c’est le cas de ces rock stars on a moins de chance d’avoir de l’hyper? Des acouphĂšnes je pense qu’ils doivent tous en avoir ???

    Est ce que c’est justement le fait que ces personnes exposĂ©es aux dĂ©cibels toute leur vie et qui n’ont pas nos symptĂŽmes qui font que les gens ont du mal a apprĂ©hender que cela puisse exister?

    Vous vous ĂȘtes jamais posĂ© la question?

    Pourquoi certains trauma auditifs se “limitent” aux acouphĂšnes?

    Encore un truc qui me dépasse.

    la vérité est ailleurs
    , probablement dans mon cul. L’hyperacousie oĂč la vie dans un espace parallĂšle.

  2. Je n’ai pas de rĂ©ponse “absolue” Ă  ta question mais, pour mĂ©moire, on estime qu’environ 40% des personnes qui souffrent d’acouphĂšnes sont Ă©galement atteints d’hypersensibilitĂ© auditive / hyperacousie. Or, pour mĂ©moire encore, on estime que dans un pays comme la France, entre 10 Ă  15% de la population souffre d’acouphĂšnes.

    C’est donc loin d’ĂȘtre un phĂ©nomĂšne isolĂ©.

    Pour ce qui est des musiciens… En fait il y en a beaucoup qui sont concernĂ©s par l’hyperacousie… Par exemple, Bob Dylan ou Neil Young (j’ai un trou de mĂ©moire, il faut que je vĂ©rifie lequel est le bon 😉 ) a Ă©tĂ© touchĂ©, ce qui l’a amenĂ© Ă  une pĂ©riode acoustique pendant de longues annĂ©es. Il ne supportait tout simplement plus la guitare Ă©lectrique.

    Un Laurent Garnier également est concerné par le problÚme.

    Le truc est, encore une fois, que ça ne se sait pas. C’est sidĂ©rant, mais c’est comme ça. Pas trĂšs rock’n roll de ne plus supporter les decibels Ă  plein rĂ©gime, j’imagine.

    Je connais un paquet de musiciens touchĂ©s par l’hyperacousie. Pas forcĂ©ment des cĂ©lĂ©britĂ©s, mais le fait d’ĂȘtre cĂ©lĂšbre ne met pas Ă  l’abri du danger.

    D’ailleurs, rien qu’en cherchant deux minutes sur le net, tu trouves des tĂ©moignages de ce genre.

    En vrac :

    Le batteur de Tahiti 80 souffre d’hypersensibilitĂ© auditive et ne pourra peut-ĂȘtre plus jamais jouer

    Suite Ă  une rĂ©pĂ©tition, je souffre d’une sensibilitĂ© accrue Ă  certains bruits

    Le tĂ©moignage d’un bassiste qui est atteint d’acouphĂšnes et d’hyperacousie

    Je pourrais continuer longtemps comme cela…

    Je ne prĂ©tends pas expliquer pourquoi certains sont touchĂ©s par l’hyperacousie et d’autres non, mais sache que ce n’est pas rare, loin s’en faut ! J’avoue avoir pensĂ© comme toi que, peut-ĂȘtre, une perte soudaine d’audition a plus de chance d’entraĂźner ces symptĂŽmes qu’une perte progressive, mais ce n’est qu’une hypothĂšse que j’ai envisagĂ©e dans un coin de ma petite tĂȘte.

    Au passage je viens de relire la page de Wikipedia consacrĂ©e aux acouphĂšnes et y ai lu avec plaisir que selon diffĂ©rentes Ă©tudes, le nombre de personnes atteintes d’acouphĂšnes serait trĂšs important. Les cas mineurs et psychologiquement bien acceptĂ©s sont une minoritĂ©. Les cas graves sont assimilables Ă  de vĂ©ritables douleurs chroniques.

    VoilĂ  qui change du discours que l’on nous sert habituellement, sur le mode “95% des gens qui ont les mĂȘmes troubles auditifs que vous ne s’en plaignent aucunement”… ce qui est imbĂ©cile et insultant.

    Et sur la page Wikipedia consacrĂ©e Ă  l’hyperacousie, certes fort logiquement moins fournie, on lit Ă©galement des choses intĂ©ressantes : il est dit qu’il s’agit d’une affection rare (tout est relatif… voir plus haut 😉 ) mais surtout que contrairement Ă  une idĂ©e reçue, si un hyperacousique se force Ă  s’exposer aux sons qui le font souffrir, au lieu de s’en protĂ©ger, son hyperacousie s’aggrave.

    Ce qui, lĂ  encore, va Ă  l’encontre de ce que la plupart des mĂ©decins, ORL, spĂ©cialistes de TCC (ThĂ©rapie Cognitive et Comportementale) et autres psychiatres, psychologues et psychanalystes nous racontent…

  3. Oui, enfin, comme tu me l’as dit tout Ă  l’heure… aprĂšs que j’ai laissĂ© mon prĂ©cĂ©dent commentaire : Ă  ce moment lĂ , je ne savais pas que c’Ă©tait toi.

    Tu sais, je suis un peu naĂŻf : j’ai tendance Ă  croire tout ce que dit Wikipedia… maintenant je me mĂ©fierai 😉

  4. Certains artistes font des concerts toute leur vie et n’ont pas de problĂšmes mis Ă  part trĂšs certainement une baisse d’audition mais ça n’est rien Ă  cĂŽtĂ© des acouphĂšnes et de l’hyperacousie.
    Chez d’autres, un seul concert, oĂč la simple Ă©coute de musique amplifiĂ©e sur le long terme suffit Ă  dĂ©clencher des acouphĂšnes et/ou une hyperacousie, parfois supportables, parfois profondĂ©ment invalidants.

    C’est la mĂȘme chose pour le tabac, l’alcool, le soleil, les ondes Ă©lectromagnĂ©tiques ou d’autres agressions anormales de notre organisme.
    Ce n’est pas un secret, il y a beaucoup de produits cancĂ©rigĂšnes dans notre alimentation. Certains pourront en manger toute leur vie sans dĂ©velopper de cancers alors que chez d’autres cela engendrera des cancers Ă  30 ou 40 ans.

    Certains peuvent habiter Ă  cĂŽtĂ© d’une antenne-relais sans que cela ait d’incidence sur leur santĂ©. D’autres dĂ©velopperont un cancer rapidement.

    S’il s’expose fortement au soleil, un roux a plus de chances de dĂ©velopper un cancer de la peau qu’un individu Ă  la peau mate ou qu’un noir.

    Et bien il en va de mĂȘme pour les oreilles. Ce n’est pas en raison de soi-disant problĂšme psychiques que l’on developpe des acouphĂšnes ou une hyperacousie mais parce que nous sommes diffĂ©rents biologiquements.
    Certains ont des oreilles solides alors que d’autres ont une fragilitĂ© cochlĂ©aire par exemple.

    40% des gens qui souffrent d’acouphĂšnes souffrent Ă©galement d’hyperacousie. Ce qui effectivement n’est pas rien. C’est loin d’ĂȘtre une maladie rare comme je l’ai Ă©trangement dĂ©jĂ  lu. Il faut savoir que dans notre systĂšme de santĂ©, une maladie rare est une maladie pour laquelle il n’est pas du tout rentable d’investir de l’argent dans la recherche de traitements ou thĂ©rapies sĂ©rieuses.

    1. PrĂ©cisons aussi (et surtout) que ce n’est pas qu’une question d’individus plus ou moins fragiles, mais aussi d’Ă©tat de l’individu Ă  un moment donnĂ©.

      Quelqu’un peut trĂšs bien encaisser sans dommage un jour une heure de 95 / 100dB avec des pointes Ă  105dB voire un peu plus, et subir une lĂ©sion une semaine plus tard, toutes choses Ă©tant Ă©gales par ailleurs, alors qu’il n’y aura passĂ© qu’une demi-heure et que le son n’aura jamais atteint 100dB : fatigue, sinusite, dĂ©shydratation etc. (la liste est longue) entrent en ligne de compte.

      Certains jours ont tient bien l’alcool, d’autres nettement moins. Pour le son, c’est Ă©videmment la mĂȘme chose.

  5. Som veÄŸmi ĆĄĆ„astnĂĄ, ĆŸe som si prečítala tĂșto strĂĄnku. Ja mĂĄm hyperacusis po operĂĄcii na otosclerosis. Okrem toho mĂĄm odvtedy vestibulĂĄrnu epilepsiu, takĆŸe mi hlasnejĆĄie zvuky vyvolĂĄvajĂș bolesĆ„, dvojitĂ© videnie, prudkĂ© zĂĄvrat, bezvedomie nĂĄsledne kƕče zĂĄstava dĂœchania a niekedy aj vypnutie vĆĄetkĂœch svalov vrĂĄtane jazyka. takĂœto zĂĄchvat mi spĂŽsobujĂș aj vibrĂĄcie. TrvĂĄ to uĆŸ 6 rokov a je veÄŸmi Ć„aĆŸĂ© existovaĆ„. NemĂŽĆŸem sa ani liečiĆ„, pretoĆŸe mi tĂșto chorobu spĂŽsobil ĆĄĂ©f vĆĄetkĂœch lekĂĄrov ORL na Slovensku takĆŸe mi akoĆŸe ani nič nieje pretoĆŸe by musel niesĆ„ zodpovednosĆ„. UĆŸ som prosila o pomoc veÄŸa ÄŸudĂ­ a neverĂ­m, ĆŸe by mi niekedy niekto chcel pomĂŽcĆ„. Určite nie lekĂĄri na slovensku.

  6. Bonjour Vivika, qui nous Ă©crit de Slovaquie 😎

    Voici donc la traduction en Français via Google :

    “Je suis trĂšs heureux que j’ai lu cette page. J’ai hyperacousie aprĂšs chirurgie d’otospongiose. En outre, depuis que je l’Ă©pilepsie vestibulaire, de sorte que les signaux forts me causer des douleurs, une vision double, Ă©tourdissements graves, perte de conscience, des convulsions arrestation ultĂ©rieure et, parfois, sur tous les muscles, y compris la langue. tels m’attaquer et provoquer des vibrations. Il faut de 6 ans et est dĂ©jĂ  extrait lĂ . Je ne peux pas ĂȘtre traitĂ©e parce que cette maladie m’a causĂ© Ă  la tĂȘte de tous les chirurgiens ORL de la Slovaquie, donc je suppose qu’il n’est pas rien de ce qu’il aurait Ă  supporter la responsabilitĂ©. Ai-je priĂ© pour l’aide et beaucoup de gens ne croient pas que j’ai toujours voulu quelqu’un pour vous aider. Certainement pas les mĂ©decins en Slovaquie.”

    J’espĂšre que tu trouveras le chemin d’un mieux-ĂȘtre voire, pourquoi pas, de la guĂ©rison…

  7. Bravo pour ce reportage trĂšs bien fait.

    Par contre il y a des choses que je ne comprend pas trĂšs bien. Nicko est trĂšs clair mais je ne comprend pas trĂšs bien ce que veut dire Rodrigue.

    Il dit que le lĂ©ger sifflement des moniteurs le gĂšne car c’est “flippant” pour reprendre ses propres mots. Flippant ça veut dire qu’il en a peur.
    J’aimerais savoir si le sifflement de ces monieturs le dĂ©range parce qu’il lui fait peur ou parce qu’il lui cause:
    – Une augmentation de ses acouphĂšnes?
    – Une augmentation de son hyperacousie?
    – Des douleurs?
    – Ou juste de la peur?

    Ensuite Rodrigue dit Ă  la fin qu’il faut savoir “se faire plaisir” mais comment? J’ai l’impression qu’il dit qu’il faut se faire plaisir en Ă©coutant des MP3 sur son Balladeur, est-ce bien ça?

    Si oui, je n’arrive pas Ă  comprendre comment il peut ĂȘtre gĂ©nĂ© par le lĂ©ger sifflement d’un moniteur et pas par la musique du balladeur.

    Est-ce que quelqu’un voit mieux ce que Rodrigue veut dire,car il a l’air de bien s’en sortir et je suis trĂšs intĂ©ressĂ© par ses conseils?

    1. Je pense avoir compris ce qu’il veut dire car cela rejoint ma propre expĂ©rience… L’hyperacousie peut ĂȘtre, comme tu le sais sans doute, “sĂ©lective”, ie sur uniquement une partie du spectre sonore. Il est possible qu’il entende de maniĂšre trĂšs amplifiĂ©e certains sons aigus, tels que le sifflement du moniteur, et pas certains autres, ou de maniĂšre moins marquĂ©e.

      Par ailleurs, et ceci semble ne pas ĂȘtre compris le plus souvent par les ORL, l’hyperacousie peut dĂ©traquer la “localisation” des sons : ainsi, ces sons aigus sont non seulement sur-amplifiĂ©s mais se retrouvent perçu DANS le crĂąne.

      Je peux te dire qu’entendre tous les sons mĂ©langĂ©s et amplifiĂ©s Ă  l’intĂ©rieur du crĂąne, en Ă©tant incapable d’en discriminer l’origine et la provenance, est en effet totalement flippant… ce sont tous tes repĂšres, tout ton lien au Monde qui s’en trouve chamboulĂ©.

      Pour reprendre l’idĂ©e du sifflement du moniteur, je me souviens avoir Ă©tĂ© chez la mĂšre d’un ami en 2004 ou 2005 et avoir dĂ» sortir de la piĂšce en raison du sifflement Ă©mis par sa TV. Personne ne le percevait mais pour moi il Ă©tait absolument intenable et me vrillait le crĂąne. Ils ont fini par Ă©teindre la TV, ce qui a fait disparaĂźtre ce son dans ma tĂȘte – mais mon audition Ă©tant Ă  l’Ă©poque complĂštement dĂ©traquĂ©e je souffrais de toute façon de maniĂšre indescriptible.

      Heureusement, comme je l’ai dit maintes et maintes fois sur ce blog ainsi que sur des forums type France-AcouphĂšnes ou SOS-Audition, et mĂȘme si certains persistent Ă  penser que je n’ai jamais Ă©tĂ© malade et/ou que je mens et viennent m’attaquer sur ces pages voire sur leur propre site (cf le billet du petit robot que je n’ai pas lu mais dont on m’a rapportĂ© la teneur et la bile 😐 ), ce dĂ©rĂšglement trĂšs marquĂ© de mon audition a fini par se corriger pour une grande part.

      Mais c’Ă©tait absolument atroce – un vrai film d’horreur, en pire 😈 – et ce n’est malheureusement pas encore totalement guĂ©ri.
      Donc oui, je pense voir ce qu’il veut dire…

      Je ne sais pas si c’est plus clair, dit comme ça ? 😉

  8. Ok, je vois.

    Je trouve quand mĂȘme bizarre qu’il soit hyperacousique et puisse aller en concert sans bouchons, en demandant seulement Ă  ces amis si le son n’est pas trop fort.

    A la fin, dans les conseils qu’il donne, il dit qu’il faut savoir se faire plaisir et y aller mais tranquillement.
    Que veut-il dire par tranquillement? Il faut rester loin de la scĂšne au dĂ©but et ne s’en rapprocher que progressivement? Car moi, j’adore bien voir les artiste sur scĂšne mais j’ai quand mĂȘme un peu peur de me retrouver avec des acouphĂšnes et une hyperacousie dĂ©finitivement plus forts.

    En gros, je sais pas trop s’il faut suivre les conseils de Rodrigue et ne pas avoir peur de se faire plaisir et aller aux concerts ou bien se fier au cas des deux personnes qui se sont suicidĂ©es parce qu’elles ont entendu trop de musique et sont allĂ©es aux concerts.

    1. “Je trouve quand mĂȘme bizarre qu’il soit hyperacousique et puisse aller en concert sans bouchons, en demandant seulement Ă  ces amis si le son n’est pas trop fort.” :
      perso ça ne m’Ă©tonne pas, je suis dans le mĂȘme cas maintenant que mon hyperacousie a trĂšs fortement diminuĂ©. Pourtant, au dĂ©but de mon hyperacousie, le bruit d’un trousseau de clefs pouvait me faire tellement mal que j’en tombais presque dans les pommes.

      “Que veut-il dire par tranquillement? Il faut rester loin de la scĂšne au dĂ©but et ne s’en rapprocher que progressivement?” :
      Non, rester loin de la scĂšne ne suffit Ă©videmment pas Ă  te protĂ©ger. Le facteur distance est totalement trompeur, il ne faut pas s’y fier. Dans certains cas, tu encaisseras mĂȘme moins de decibels tout prĂšs de la scĂšne qu’Ă  un autre endroit dans la salle de concert ou dans le Stade de France.

      Il ne faut pas se mentir : TOUT LE MONDE devrait se protĂ©ger en allant Ă  un concert, ie porter des bouchons d’oreille. L’oreille humaine n’est tout simplement pas faite pour encaisser la violence sonore qu’on nous inflige en ces lieux :twisted:. Si tu as envie d’ĂȘtre prĂšs de la scĂšne, pourquoi pas : mets tes bouchons et si tu trouves quand mĂȘme le son trop fort, surtout ne cogite pas trop longtemps, c’est qu’il faut partir !

  9. Ah bon? Tu as Ă©tĂ© hyperacousique et maintenant tu peux aller Ă  des concerts sans bouchons toi aussi? T’as pas trop peur deredevenir hyperacousique?

    Moi j’ai lu que l’hyperacousie n’est pas une pathologie stable, si on est devenu hyperacousique avec un concert, d’autres concerts ne seront peut-ĂȘtre pas sans effet.

    En tout cas,c’est ce qui est arrivĂ© aux deux personnes qui se sont suicidĂ©es. Elles ont continuĂ© Ă  aller Ă  des concerts, le niveau de leur acouphĂšnes et de leur hyperacousie n’a cessĂ© d’augmentĂ© et ça les a conduit au suicide. Et encore, on ne parle pas de tous ceux qui se sont suicidĂ© dans l’anonymat.

    Les gens sont diffĂ©rents et c’est dangereux de conseiller d’aller en concert. Les concerts ne font pas de mal (ou pas trop) Ă  certains mais mĂšnent au suicide d’autres. Je pense qu’il ne faut quand mĂȘme pas suivre les “conseils” de Rodrigue. C’est Ă  cause de ce genre de conseils que dietriche et di Ă©milio ne sont plus de ce monde.

    VoilĂ  mon avis: si aprĂšs un concert on a des sifflements assez forts qui durent plusieurs heures, c’est qu’on risque un jour ou l’autre d’avoir ses sifflements Ă  vie si l’on continue Ă  aller en concert. Ca c’est indiscutable. AprĂšs Ă  chacun de voir. Mais il faut prĂ©venir les gens pour qu’ils ne soient pas Ă©tonnĂ©s le jour ou les acouphĂšnes s’istallent dĂ©finitivement.

    On ne peut pas tirer un traits comme ça, sur les suicides de Dietrich et Di emilio. Ce dernier s’Ă©tait beaucoup plaint sur les forums et il regrettait amĂšrement d’avoir continuĂ© la musique et Ă  aller en concert.
    On doit tout faire pour que ça n’arrive pas Ă  d’autres personnes.

    Malheureusement, je sais dĂ©jĂ , qu’il y a des gens en bonne santĂ© et qui pourtant se suicideront Ă  cause de concerts ou de boĂźtes. Il faut qu’il y en ai le moins possible.

    1. J’ai toujours de l’hyperacousie. Mais elle est sĂ©lective (uniquement certains types de sons) et surtout trĂšs modĂ©rĂ©e maintenant. Je peux thĂ©oriquement supporter un concert sans bouchon, j’ai testĂ© pour voir. Chose qui Ă©tait absolument impensable quand, en 2003 mais mĂȘme en 2004 ou 2005, j’Ă©tais au bord de l’Ă©vanouissement pour un simple bruit de vaisselle.

      Entendons-nous bien : quand je retourne voir un concert (mais j’y vais peu maintenant, malheureusement…), dĂ©sormais, je me protĂšge, je mets mes bouchons d’oreille ! Et si par hasard je trouve que malgrĂ© ça le son est trop fort, je n’hĂ©siterai pas un seconde Ă  partir !

      Je ne peux pas me couper de la musique qui est ma plus grande passion dans la vie… Mais je suis un “passionnĂ© raisonnable”, alors je fais trĂšs attention bien entendu…

      Je ne conseille pas aux gens d’aller en concert : je leur conseille simplement, si la musique est vitale pour eux comme elle l’est pour moi, de ne pas s’en couper totalement.

      Je leur dis que se considĂ©rer perdu pour la musique est un mensonge, un mensonge confortable qui permet de se faire sa petite cour de lecteurs hyperacousiques qui viendront tous les jours lire ses papiers mais qui ne guĂ©riront jamais, enfoncĂ©s dans la certitude d’un avenir totalement noir.

      Je leur dis que ma situation s’est amĂ©liorĂ©e Ă  un point inimaginable, que je ne suis pas le seul dans ce cas (personnellement mes acouphĂšnes et mes douleurs chroniques, notamment, restent trĂšs nettes) et que la vie ne vaut pas la peine d’ĂȘtre vĂ©cue si elle se rĂ©sume Ă  cracher sa haine et sa rancoeur Ă  la face du monde.

      Cette derniĂšre attitude est on ne peut plus facile et confortable, mais elle n’est en aucune façon constructive : on est un peu dans le registre du roquet frustrĂ© qui persiste Ă  pisser sur la voiture du voisin. Histoire de se prouver qu’on existe et de faire l’intĂ©ressant pour attirer le regard vers soi. Facile et confortable donc, mais irresponsable voir criminel : enfoncer autrui dans le malheur parce que soi-mĂȘme on est mal et ne trouve pas le salut est une abomination. Syndrome de Stockholm oblige, on se crĂ©e une petit cour de “fanatiques-dĂ©pendants” pour meubler sa solitude face Ă  la maladie.

      Irresponsable et criminel, disais-je. On ne peut pas entraĂźner le monde dans sa chute pour rendre celle-ci moins douloureuse. Ou plutĂŽt, je ne pourrais pas. Mais cela pose moins de problĂšme de conscience Ă  d’autres, c’est certain.

      1. je ne trouve pas que vivre avec un handicap soit particuliĂšrement “confortable” …. Tu as ce discours aujourd”hui car tu t’en es sorti … Si ta maladie t’empĂȘchait d’Ă©couter de la musique, tu comprendrais qu’elle n’est pas vitale, aussi dur que cela soit de vivre sans.

        1. “Je ne trouve pas que vivre avec un handicap soit particuliĂšrement « confortable »” :
          Je ne comprends pas ce que tu veux dire. Si tu as compris ça dans mes propos, ce n’est Ă©videmment pas ce que j’ai voulu dire. Je vis moi-mĂȘme avec un handicap depuis plus de dix ans maintenant, je ne m’amuserais pas Ă  dire que c’est “confortable”.

          “Tu as ce discours aujourd »hui car tu t’en es sorti 
” :
          Arf. Qu’est-ce qui te fait dire ça ? Je suis TRES LOIN de m’en ĂȘtre sorti. MĂȘme si ma situation s’est en partie amĂ©liorĂ©e par rapport Ă  ce qu’elle est Ă©tait au tout dĂ©but, elle reste bien plus mauvaise que celle d’un trĂšs grand nombre d’acouphĂ©niques et/ou hyperacousiques que je rencontre ici et lĂ . De plus, ma situation stagne depuis plusieurs annĂ©es.

          “Si ta maladie t’empĂȘchait d’écouter de la musique, tu comprendrais qu’elle n’est pas vitale, aussi dur que cela soit de vivre sans.” :
          Pour toi la vie se rĂ©sume Ă  boire de l’eau pour s’hydrater et manger pour avaler des calories ?
          On a tous des passions, des raisons de vivre qui sont diffĂ©rentes… Un jour j’entendais Gilbert MontagnĂ© dire qu’il Ă©tait “heureux” d’avoir Ă©tĂ© aveugle et non sourd, car il n’aurait pas pu vivre dans ce cas lĂ , la musique Ă©tant vitale pour lui. Je suis curieux, tu lui rĂ©ponds quoi ?
          La conception purement utilitariste (la musique n’est pas vitale, lire non plus, faire du sport non plus, etc.) de la vie est celle de nombreux mĂ©decins et c’est justement Ă  cause de celle-ci qu’on ne nous prend pas au sĂ©rieux ! Un gĂ©nĂ©raliste m’avait dit Ă  l’Ă©poque quelque chose comme “notre rĂŽle en tant que mĂ©decin est de maintenir les gens en vie, or les acouphĂšnes et l’hyperacousie ne sont pas une cause de mort directe, cela n’est donc pas de notre ressort”. LĂ  aussi je suis curieux, tu lui rĂ©ponds quoi ? 😉

          Je prĂ©cise par ailleurs que lorsque mon hyperacousie sĂ©vĂšre est apparue subitement, non seulement j’avais atrocement mal, mais je ne comprenais plus rien Ă  la musique. Mais comme celle-ci est justement vitale pour moi, c’est-Ă -dire que je ne conçois pas ma vie sans elle, je me suis accrochĂ©… Et j’ai peu Ă  peu compris Ă  nouveau la musique… Mais ça a Ă©tĂ© trĂšs long et douloureux.

          1. Je ne dis absolument pas que tu n’as pas souffert et que tu ne souffres pas aujoud’hui… Mais que tu as eu une amĂ©lioration qui te permet aujourd’hui de “vivre” ta passion (et d’aller parfois en concert) et que cela n’est pas le cas de tout le monde… Ce que je voulais dire par rapport Ă  ton message prĂ©cĂ©dant, c’est que les gens ne se complaisent pas dans leur situation, c’est drĂŽle pour personne d’ĂȘtre privĂ© de certaines activitĂ©s, accepter son Ă©tat actuel, reconnaitre qu’on ne peut pas faire certaines choses, ca ne veut pas dire s’apitoyer sur son sort… Avec un handicap, il faut justement trouver une autre façon de vivre… Par exemple, dans les choses qui ont Ă©tĂ© Ă©crites ici, ne plus aller en concert et prĂ©fĂ©rer la musique acoustique … Mais reconnaĂźtre ses limites, renoncer Ă  certaines choses, ca n’est pas un mauvais Ă©tat d’esprit comme tu sembles le suggĂ©rer (ou ce que j’en ai compris)

            Pour Gilbert MontagnĂ©, s’il avait Ă©tĂ© sourd au lieu d’aveugle, il se serait peut etre dĂ©couvert d’autres passions? Photographie ou autre je ne sais pas… Encore faut il accepter son sort et vouloir surmonter les Ă©preuves. Ce qui est vital, c’est d’avoir une vie sociale, des intĂ©rĂȘts/passions… et pas UNE passion en particulier… Et si l’hyperacousie et les acouphĂšnes sont si graves, c’est qu’ils entravent fortement la vie sociale dans son ensemble.

          2. “Mais que tu as eu une amĂ©lioration qui te permet aujourd’hui de « vivre » ta passion (et d’aller parfois en concert) et que cela n’est pas le cas de tout le monde
” :
            mais justement je suis allĂ© en concert moins de deux semaines aprĂšs l’apparition de mon hyperacousie sĂ©vĂšre ! Je n’avais aucune amĂ©lioration Ă  l’Ă©poque, c’Ă©tait l’horreur absolue !

            Pour info, je n’y vais quasiment plus depuis quelques annĂ©es. Par manque d’argent et d’occasions avant tout.

            Evidemment que ce n’est drĂŽle pour personne d’ĂȘtre privĂ© de certaines activitĂ©s etc. Je n’ai jamais dit une chose pareille.

            ” Par exemple, dans les choses qui ont Ă©tĂ© Ă©crites ici, ne plus aller en concert et prĂ©fĂ©rer la musique acoustique 
” :
            Bob Dylan a eu une longue pĂ©riode acoustique, justement Ă  cause d’un problĂšme auditif liĂ© Ă  la musique. Puis il est revenu Ă  l’Ă©lectrique. Je dis simplement qu’il ne faut pas se croire condamnĂ© de façon irrĂ©versible lorsque ce n’est pas le cas ! Tu vois, je ne dis pas “bande de nazes, soyez courageux et faites comme je l’ai fait, affrontez vos douleurs”, ce serait complĂštement stupide. J’ai mĂȘme dit ici plusieurs fois que j’aurais certainement dĂ» me protĂ©ger un peu. Non pas parce que cela a aggravĂ© Ă  vis ma situation, mais tout simplement parce que j’ai tellement morflĂ© que mon corps a encaissĂ© beaucoup de douleurs. Et revenir de ça est difficile. Mais il est tout aussi stupide de dire Ă  un hyperacousique qui va en concert (en se protĂ©geant etc.) qu’il a tort, qu’il n’a pas compris, qu’il n’a pas acceptĂ©, et qu’il devrait donc ne plus y aller.

            A chacun de voir ce qui est important pour lui ou pas. Si on prend du plaisir Ă  aller voir un concert de musique amplifiĂ©, qu’on est bien protĂ©gĂ©, qu’on a un comportement “raisonnable”, qu’on part si on a un doute… S’en priver n’a aucun sens !

            Pour Gilbert MontagnĂ©… Tu n’en sais rien. Moi non plus. Lui non plus. Mais tu ne peux pas partir sur l’hypothĂšse qu’il aurait trouvĂ© d’autres passions. Il est tout Ă  fait envisageable de se dire que sourd il aurait Ă©tĂ© malheureux comme les pierres toute sa vie. Tu n’aurais simplement jamais entendu parler de lui. Nous ne sommes pas tous Ă©gaux. MĂȘme dĂšs la naissance. MĂȘme avant. Encore faut il accepter cela et ne pas tout analyser Ă  travers le prisme forcĂ©ment trĂšs Ă©troit de son expĂ©rience personnelle…

            Autrement dit :

            Ce qui est vital POUR TOI, c’est d’avoir une vie sociale, des intĂ©rĂȘts/passions
 et pas UNE passion en particulier
 Ce qui est vital POUR MOI, c’est la musique (entre autres, mais ça reste ce que j’aime le plus au monde). Ce qui est vital POUR GILBERT MONTAGNE, c’est aussi la musique.

            Et si l’hyperacousie et les acouphĂšnes sont si graves POUR TOI, c’est qu’ils entravent fortement la vie sociale dans son ensemble. Mais si l’hyperacousie et les acouphĂšnes sont si graves POUR MOI, c’est aussi parce qu’ils ont complĂštement bousillĂ© ma relation Ă  la musique. Et ça POUR MOI c’est bien pire que l’effet que cela a eu sur la vie sociale. D’autant que le silence est une composante majeure de la musique ! Ce qui est sans doute une des raisons pour lesquelles j’ai toujours plus mal “acceptĂ©” mes acouphĂšnes que mon hyperacousie.

            Je vais prendre encore un exemple connu. Les introvertis (j’en suis un) sont nettement minoritaires dans le monde, ils fonctionnent rĂ©ellement trĂšs diffĂ©remment des extravertis, souvent Ă  l’opposĂ©. Un introverti “pur” que l’on prive de vie intĂ©rieure va rapidement et complĂštement dĂ©pĂ©rir. Un extraverti “pur” ne verra mĂȘme pas la diffĂ©rence… Combien de fois j’ai entendu un extraverti me “faire la leçon” sur ce qui est bon pour l’ĂȘtre humain, donc bon pour moi… avec des propos complĂštement Ă  cĂŽtĂ© de la plaque pour ce qui me concernait naturellement.

            Bref, ne pas prendre son cas pour une gĂ©nĂ©ralitĂ© 😉

          3. on ne critique pas les gens qui vont en concert, on critique les gens qui conseillent aux autres d’y aller… vu oĂč cela peut mener (vous avez parlĂ© de suicide?).

            je ne parle pas pour moi en particulier, ni de mes priorités personnelles, rien ne te permet de juger que tu aimes plus la musique que moi

            ce que tu dis est vraiment dĂ©faitiste, en gros si on perd une “fonctionnalitĂ©”, on ne pourra plus jamais ĂȘtre heureux car cette chose serait vitale? La vie des personnes prĂ©sentant un handicap serait dĂ©nuĂ©e de sens? je suis en effet sure que les gens qui vivent heureux sans bras le sont car dans leur cas personnels, leurs bras n’Ă©taient que facultatifs

          4. Personnellement je “critique” ceux qui conseillent de se priver de choses qu’on aime en vertu de simples croyances… Cela peut mener Ă  la dĂ©pression donc au suicide. Bref, ce n’est pas beaucoup mieux que de dire “allez en concert, vous ne risquez rien”.

            Je prends d’ailleurs bien la peine Ă  chaque fois de prĂ©ciser qu’il faut bien se protĂ©ger et que malgrĂ© cela on n’est pas Ă  l’abri.

            J’ai aussi dit un paquet de fois que dans mon cas j’aurais dĂ» me protĂ©ger un peu au quotidien.

            Bien sĂ»r que tu parles pour toi, puisque tu assĂšnes que telle ou telle chose est importante dans la vie, et d’autres moins ! 🙂 Et je peux supposer que la musique est moins “importante” pour toi que pour moi tout simplement car j’ai rencontrĂ© beaucoup d’amoureux de la musique acouphĂ©niques et/ou hyperacousiques au fil de ces annĂ©es… Et aucun d’entre eux n’a rĂ©ellement songĂ© Ă  arrĂȘter la musique et Ă  “se trouver une autre passion”. Aucun. Ca a pu leur effleurer l’esprit mais ils ont vite rĂ©alisĂ© que c’Ă©tait impossible. Car la musique est aussi importante pour eux que l’oxygĂšne qu’ils respirent.

            Tiens d’ailleurs tu me fais penser qu’Ă  l’Ă©poque, convaincu que je ne pourrai plus jamais prendre de plaisir Ă  Ă©couter de la musique, j’ai essayĂ© de me mettre Ă  la photo… Mais non, une passion ça ne se dĂ©crĂšte pas comme ça… On a ça en soi… Attention je parle d’une vraie passion hein, pas d’un “centre d’intĂ©rĂȘt”… MĂȘme nuance qu’entre des copains et des amis par exemple… On ne peut pas avoir 50 passions dans la vie, sinon ce ne sont pas des passions… Comme on n’a pas 50 amis. On peut les compter au maximum sur les doigts d’une main, par dĂ©finition, ne serait-ce que parce qu’une passion est terriblement dĂ©voreuse de temps et d’Ă©nergie 🙂

            C’est toi que je trouve dĂ©faitiste… TrĂšs sombre en fait… Tu parles de “fonctionnalitĂ©”, d’ “utilitĂ©”… Sauf erreur, nous ne sommes pas des robots ! Pour un amoureux de la musique voir des acouphĂšnes et/ou de l’hyperacousie arriver dans sa vie est dĂ©jĂ  terriblement difficile, je ne pense pas souhaitable de le priver de ce qu’il aime au motif de telle ou telle croyance… Il a le droit de savoir, et de dĂ©cider en conscience. Mais de grĂące ne lui ĂŽtons pas ce qui le fait vibrer le plus au monde ! Laissons lui la libertĂ© de choisir, en fonction d’Ă©lĂ©ments rationnels et concrets. Qu’il puisse peser le pour et le contre. DĂ©cider. S’il est fou de musique, il y a fort Ă  parier qu’il ne va pas tout laisser tomber d’un coup.

            Et lĂ  encore tu parles d’une gĂ©nĂ©ralitĂ©… Tout le monde est diffĂ©rent, les ĂȘtres humains ne pensent pas tous comme toi. Ni comme moi Ă©videmment ! 🙂 Ils ne sont pas interchangeables. Je n’ai jamais dit “ceci est vital pour tout le monde”, je dis qu’il faut que tu comprennes et admettes que telle ou telle chose peut ĂȘtre vitale pour un ĂȘtre humain, moins important pour un autre, sans intĂ©rĂȘt aucun pour un troisiĂšme etc.

            Je souffre d’un handicap et ma vie n’en est pas pour autant dĂ©nuĂ©e de sens. Je ne vois pas du tout le rapport entre ce que j’ai dit et ce que tu en as compris. Je vais essayer de m’expliquer encore. Si un passionnĂ© de musique devient sourd, c’est une chose. Je ne dis pas que sa vie est dĂ©nuĂ©e de sens. Lui seul peut le savoir ! Mais de toute façon Ă©videmment cela n’a rien d’une fatalitĂ© ! Peut-ĂȘtre “trouvera”-t-il une autre passion comme tu dis… Mais on a dĂ©jĂ  vu des cas comme ça oĂč les gens continuent de baigner dans la musique, car elle passe aussi par des vibrations qu’on ressent dans tout le corps.

            Mais le plus important c’est que si un passionnĂ© de musique devient acouphĂ©nique et hyperacousique on ne peut pas lui dire “de toute ta vie, tu dois faire une croix sur la musique”. Non seulement parce c’est faux mais aussi parce que ça va Ă  tous les coups enfoncer la personne dans la dĂ©pression !

          5. Ce que j’essaie de t’expliquer, c’est que je ne vais plus en concert non pas parce que je n’aime pas assez la musique, mais parce que je ne peux pas, tout simplement. Encore une fois, ce ne sont pas de fausses croyances. Pourquoi refuses-tu d’admettre qu’il y a des gens qui ont vu leur cas s’aggraver Ă  cause de concerts?

            Je me retrouve comme devant quelqu’un de non hyperacousique, Ă  me justifier encore et toujours: ce n’est pas que je ne VEUX pas, c’est que je ne PEUX pas, ce n’est pas de la mauvaise volontĂ©!

            Ce que tu ne sembles pas comprendre, c’est que l’ouĂŻe est essentielle pour tout le monde, on ne se prive pas des choses parce que ces choses ne sont pas vitales pour nous, mais parce qu’on a pas le choix.

            Et dire aux gens de faire attention et donc de se priver de choses qu’ils aiment, non, ca ne mĂšne pas au suicide. Ca s’appelle une Ă©preuve de la vie.

          6. Euh, non, je ne refuse pas d’admettre que des gens ont vue leur cas s’aggraver Ă  cause de concerts. J’ai mĂȘme dit pas plus tard qu’aujourd’hui qu’il est logique qu’un cas s’aggrave en cas de concerts si on ne se protĂšge pas. J’ai dis aussi pas plus tard qu’aujourd’hui que mĂȘme protĂ©gĂ© on n’est pas dans un risque zĂ©ro.

            Tu ne vas pas en concert parce que tu ne peux pas, tout simplement. Je n’ai jamais dit le contraire, mĂȘme si tu l’as compris comme ça. Tu ne peux pas pour telle ou telle raison, mais tu ne peux pas. Ce n’est pas une question de volontĂ©. Comme la dĂ©pression n’a rien Ă  voir avec la volontĂ©. Je suis le premier Ă  le dire ! Je le dis mĂȘme tous les jours ! Alors tu vois, tu me fais un mauvais procĂšs lĂ  😉

            Mais tu dis que comme toi tu ne peux pas, les autres ne devraient pas y aller non plus. A tel point que quand un hyperacousique dit “je suis hyperacousique mais je vais au concert”, tu te dis qu’il n’est pas hyperacousique. Personnellement je n’ai pas pensĂ© une seule seconde que tu n’Ă©tais pas hyperacousique, pas pensĂ© une seule seconde que tu n’allais pas en concert parce que tu ne voulais pas. A toi d’envisager qu’un hyperacousique – mĂȘme sĂ©vĂšre – te dit la vĂ©ritĂ© lorsqu’il te dit qu’il y va. Et donc, encore une fois (dĂ©solĂ© d’y revenir mais bon… 😉 ), de ne pas prendre ton cas pour une vĂ©ritĂ© absolue.

            “Tu es hyperacousie implique concert interdit” : ça c’est une croyance. “Je suis hyperacousique et je ne peux pas aller en concert” : ça c’est une vĂ©ritĂ© qui t’est propre. C’est toute la diffĂ©rence !

            Dire aux gens de “faire attention”, c’est justement ce que je fais. C’est leur dire “ne fais pas ça”, au motif que soi-mĂȘme on ne peut pas / plus, qui pose problĂšme.

            Ce que tu sembles ne pas comprendre, c’est que l’ouĂŻe est essentielle pour tout le monde d’un point de vue utilitaire, mais qu’elle revĂȘt une toute autre importance pour des tas de gens. Et lĂ  je parlais des mĂ©lomanes. On peut aussi parler de ceux pour lesquels elle est au coeur de leur mĂ©tier par exemple.

            Ce que tu sembles ne pas comprendre c’est que je ne vais pas dire Ă  quelqu’un que je connais qui a eu un grave accident de vĂ©lo et qui s’y est remis plus tard “tu ne dois pas faire ça”. Parce que moi le vĂ©lo ça me sert pour aller d’un point A Ă  un point B. Ça peut me servir Ă©ventuellement pour une ballade. Voire pour faire une course un jour, pourquoi pas. Mais le vĂ©lo, quand je ne m’en sers pas, je n’y pense mĂȘme pas. Lui le vĂ©lo c’est sa vie. Si moi demain j’ai un grave accident du mĂȘme type, je ne vais pas lui dire “arrĂȘte, tu es fou, tu ne rĂ©alises pas”. Je lui ferai part de mon expĂ©rience naturellement. En lui disant de faire attention. Et avec toutes les donnĂ©es dont il dispose, il prendre sa dĂ©cision. Parce que c’est sa vie. Parce que c’est sa passion. Donc si amoureux de la musique PEUT continuer d’aller en concert (en se protĂ©geant blablabla), il ne faut pas lui dire “tu dois arrĂȘter” au motif que soi-mĂȘme on ne peut pas. Chaque cas est diffĂ©rent. Il y a des hyperacousiques (Rodrigue, moi, j’en connais pas mal d’autres) qui ont pu retourner en concert. MalgrĂ© une hyperacousie sĂ©vĂšre dans certains cas. D’autres ne peuvent pas. Ils ne doivent pas en conclure que leur cas vaut pour tout le monde.

            Ça me semble pourtant clair… 😉

          7. c’est ta phrase ” se considĂ©rer perdu pour la musique est un mensonge, un mensonge confortable qui permet de se faire sa petite cour de lecteurs hyperacousiques qui viendront tous les jours lire ses papiers mais qui ne guĂ©riront jamais, ” qui Ă©tait particuliĂšrement rude…

            quel mensonge? C’est la rĂ©alitĂ© pour certains d’entre nous.

            on dĂ©conseillant aux gens de retourner en concert, on fait exactement ce que tu dis, prĂ©venir les autres de ce qui pourraient leur arriver. On leur rappelle que c’est pas parce que TOI tu retournes en concert que c’est possible pour tout le monde.

            surtout que le cas du concert c’est particuliĂšrement facultatif, mĂȘme pour un mĂ©lomane… on peut aimer et jouer de la musique sans se mettre Ă  des niveaux sonores extrĂȘmes. et c’est franchement pas Ă  moi que tu vas apprendre Ă  quel point la musique c’est merveilleux, Ă  ton avis, je me suis retrouvĂ©e dans cet Ă©tat pour quelle raison.

          8. Oui en effet cette phrase est rude, je le reconnais. Visiblement j’Ă©tais agacĂ© Ă  l’Ă©poque par un certain blog dont l’auteur se complaisait Ă  rabĂącher que lorsque l’on Ă©tait hyperacousique c’Ă©tait Ă  vie, que tout Ă©tait fichu, qu’il n’y avait rien Ă  faire, que le complot judĂ©o-maçonnique visait Ă  nous rendre tous acouphĂ©niques et hyperacousiques etc. J’Ă©tais en colĂšre parce que oui cette personne mentait (je ne sais pas si ce blog existe encore, peu importe) en faisant croire ça, mais qu’elle y trouvait un intĂ©rĂȘt Ă©vident puisqu’elle attirait Ă  elle en effet une petite cour de lecteurs hyperacousiques qui y trouvait lĂ  quelqu’un qui crachait sa haine sur le monde entier. Il passait par courageux alors qu’il Ă©tait tout l’inverse. Il ne faisait qu’alimenter la ma-ĂȘtre de certains en s’en abreuvant. Une sorte de vampire de l’hyper, en quelque sorte 😉

            LĂ  tu parles de dĂ©conseiller aux gens… Dans ce cas, ok. Tu dĂ©conseilles d’y aller, moi je conseille de bien se protĂ©ger. Finalement, la nuance est mince non ? 🙂

            Ils ne peuvent savoir s’ils peuvent ou pas qu’en essayant, bien protĂ©gĂ©, quand ils se sentent prĂȘts Ă  tenter, en commençant par un concert acoustique, etc. “Y aller doucement”, comme dit Rodrigue en somme !

            Sinon oui je suis d’accord, surtout quand on aime le rock comme moi : le son est souvent dĂ©gueulasse, et encore je ne frĂ©quentais que de petites salles ! Pour d’autres styles de musique, se passer de concert me semble plus “prĂ©judiciable” mais Ă©videmment avec une bonne installation chez soi on peut s’en sortir pas trop mal…

          9. “comme la dĂ©pression n’est pas une question de volontĂ©” la dĂ©pression est une maladie psychiatrique, pas l’hyperacousie/acouphenes. Je chipote, mais le parallĂšle me dĂ©range un peu.

          10. Certes – c’était effectivement pour illustrer – mais le rĂŽle du cerveau est tout de mĂȘme central cĂŽtĂ© acouphĂšnes / hyperacousie, du moins dans la grande majoritĂ© des cas (exception connue par exemple : les acouphĂšnes objectifs). Non ?

          11. oui je pense aussi qu’on est d’acord au fond 😉 Le principal Ă©tant de se fier Ă  ses propres expĂ©riences et de faire attention.
            et je vois de quel extrĂ©miste tu parles, au moins a-t-il le mĂ©rite d’alerter les gens qu’ils puissent se faire une opinion autre que celle des ORL.

            quant au mot “cerveau”, oui mais neuro ne veut pas dire psy! et la dĂ©pression c’Ă©tait psy.

          12. “MĂ©rite”, je ne pense pas… “Opinion”, encore moins… C’est juste son mal-ĂȘtre et sa haine qu’il dĂ©verse au fil des pages… Haine des autres mais aussi de lui-mĂȘme au fond… Le Chevalier Blanc des acouphĂšnes et de l’hyperacousie… Quand on se choppe des trucs aussi graves, on n’a pas besoin de lire du vomi pareil… Cela ne fait que tirer le moral un peu plus vers le bas, alors que tout ce dont on a besoin s’est de regarder vers la surface…

          13. ben Ă  part lui, j’ai vu… personne pour m’alerter du fait que je pouvais me rechoper un traumatisme facilement! chose que j’ai constater moi-mĂȘme par la suite donc, si, je pense que c’est bien de voir autre chose que les bĂȘtises qu’il y a Ă©crit partout sur le net.

            l’attitude des ORL spĂ©cialistes de nos maux, est scandaleuse, il faut bien quelqu’un pour le dĂ©noncer… aprĂšs il y a des maniĂšres, c’est sĂ»r qu’ĂȘtre aussi agressif est stupide.

            Ca ne sert Ă  rien non plus de nier la rĂ©alitĂ©. En propageant l’idĂ©e que les hyperacousiques peuvent aller en concert, et peuvent faire tout comme tout le monde sans rien risquer pour leurs oreilles, on propage l’idĂ©e que ce n’est pas si grave que ca, et qu’ils peuvent vivre comme tout le monde s’ils le veulent bien, alors que ça n’est pas le cas de beaucoup. Ca tue la notion mĂȘme de handicap, au sens “incapacitĂ©” de faire telle ou telle chose. Ca tue la perception que les autres ont de notre maladie et sa reconnaissance.

            est-ce pour cela que tu n’as pas fait de “billet” sur mon tĂ©moignage? Il n’Ă©tait pas assez positif Ă  ton sens?

          14. Oh non pas du tout ! Je suis trĂšs attachĂ© Ă  la libertĂ© d’expression, aux yeux de beaucoup je le suis mĂȘme vraiment trop d’ailleurs, alors ce n’est pas mon genre ! Ton tĂ©moignage c’est ton vĂ©cu et ta façon de voir les choses, en cela il est trĂšs prĂ©cieux.

            Tu l’as publiĂ© sur le forum, normalement c’est fait pour ça 😉 Pour celles et ceux qui l’ont ratĂ©, ton tĂ©moignage est ici.

            Le blog n’est pas “hiĂ©rarchiquement” supĂ©rieur au forum, et comme tu es membre du site, il me semble que le forum est l’endroit idĂ©al pour ce genre de choses, non ? 🙂 C’est vrai que je t’avais dit que j’allais en faire un billet mais c’Ă©tait plus logique que tu le publies toi-mĂȘme sur le forum je pense…

            Les ORL que j’ai vus au tout dĂ©but m’ont quand mĂȘme dit qu’Ă  chaque concert un peu important Ă  Paris ils voyaient dĂ©filer des dizaines de personnes qui y avaient subi un traumatisme auditif… Si tu multiplies par le nombre d’ORL dans la capitale, j’ai vite compris que c’Ă©tait une boucherie…

            Je pense que vomir sur le monde en gĂ©nĂ©ral et sur tous les spĂ©cialistes ORL et compagnie en particulier aboutit Ă  nous faire passer, acouphĂ©niques et hyperacousiques, pour des gens qui ont effectivement un gros problĂšme psy. Donc cĂŽtĂ© perception de nos problĂšmes, c’est totalement contre-productif.positif Ă  ton sens?

          15. Je ne parle pas de tous les ORL, pas du tout !… Je parle des ORL spĂ©cialistes des acouphĂšnes et de l’hyperacousie, il y en a peu… Ils sont sur-spĂ©cialisĂ©s par rapport aux autres ORL, peuvent se permettre de sur-tarifer leurs prestations, et sont la rĂ©fĂ©rence de tous, y compris des autres ORL, et des autres mĂ©decins.

            Autrement dit leur parole c’est la Bible, personne n’a de crĂ©dit en les contestant. Ils disent que nos maladies sont psychologiques, alors elles sont psychologiques pour tout le monde.

            Oui, je pense que dénoncer cela peut nous faire avancer. Car ce sont eux, les premiers à nous faire perdre toute légitimité.

  10. 1)
    Personellement, je ne comprend pas ce que ce Rodrigue fait dans la catĂ©gorie hyperacousique. Quelqu’un qui peut aller Ă  un concert sans bouchons est tout sauf hyperacousique. Il est juste lĂ©gĂšrement incommodĂ© par le sifflement d’un moniteur et quelques bruits particuliers mais il peut largement les supporter.

    Je ne comprend pas qui a mis Rodrigue dans ce reportage et pourquoi.

    Nicko lui, par contre est un vrai hyperacousique.

    2)
    VoilĂ  mon expĂ©rience. Je suis devenu hyperacousique sĂ©vĂšre. J’Ă©tais dĂ©sespĂ©rĂ© et j’ai essayĂ© tous les traitements. La TRT a aggravĂ© considĂ©rablement et durablement mon hyperacousie. J’ai ensuite essayĂ© une cure de rĂ©habituation progressive au bruit pendant 10 mois. Ca a Ă©tĂ© catastrophique plus je me forçais Ă  me rĂ©habituer au bruit plus mon hyperacousie s’aggravait. Pourtant je n’abusais pas j’Ă©vitais les sons trop forts. Je m’exposais simplement aux bruits normaux que subissent les gens tous les jours, chez eux ou dans la rue.

    J’Ă©tais dĂ©sespĂ©rĂ© et au bord du suicide. Heureusement j’ai trouvĂ© moi mĂȘme un traitement qui dans mon cas a Ă©tĂ© trĂšs efficace. Il est tout simple : c’est rester au calme.
    Ca fait 3 ans et demi que je reste au calme et j’ai fait Ă©normĂ©ment de progrĂšs. Maintenant je supporte beaucoup de bruits que je ne supportais plus au dĂ©but. Mais, il faut ĂȘtre patient, les rĂ©sultats ne viennent que trĂšs progressivement. C’est trĂšs long et trĂšs contraignant. Je reste au calme chez moi. Je ne me protĂšge surtout pas les oreilles, il faut quand mĂȘme conserver un environnement sonore modĂ©rĂ©: celui d’un intĂ©rieur calme, disons en moyenne 35 Ă  45 db. Je n’ai plus aucunes douleurs alors que je souffrais de douleurs chroniques. Le niveau de mes acouphĂšnes a beaucoup baissĂ© et est nettement supportable maintenant.
    Je peux avoir un semblant de vie sociale et recevoir des amis Ă  diner par exemple, ce qui Ă©tait impensable avant.
    Le soir et toute la nuit je suis dans le silence total et ça me fait beaucoup de bien; c’est trĂšs relaxant psychologiquement et physiquement.
    Par silence totale, je ne veux pas dire 0 bd c’est impossible, je veux dire quelque chose comme 20 db. DĂ©jĂ , lorsque l’on dort on respire fort on produit plus de 35 db en expiration. Donc ce n’est certes pas le silence total mais ça relaxe dĂ©jĂ  beaucoup.

    VoilĂ  c’est mon expĂ©rience. Je pense que petit Ă  petit mes oreilles se rĂ©tablissent mais c’est trĂšs long et il y a des dĂ©gats qui ne se rĂ©pareront jamais. Les cils dĂ©truits de la cochlĂ©e ne repousseront jamais.

    3) J’ai tout essayĂ© et contrairement Ă  toi je ne pense pas qu’on puisse guĂ©rir totalement de l’hyperacousie.
    Je pense que c’est nĂ©gatif de tout voir en noir mais il y a pire. Les personnes les plus nĂ©gatives pour moi sont celles qui donnent de faux espoirs, les vendeurs de poudres de perlinpinpin. Il vaut mieux un traitement qui donne de vrais amĂ©liorations sans malheureusement guĂ©rir que des propos extrĂȘmement positifs qui en rĂ©alitĂ© ne changent rien quand ils n’aggravent pas la situation.

    Qu’est ce qui est plus nĂ©gatif?
    a) dire la vĂ©ritĂ© mĂȘme si elle n’est pas rose
    b) ĂȘtre positif, promettre monts et merveilles et finalement donner de faux espoirs, ĂȘtre positif en disant qu’on peut s’exposer au bruit et finalement aggraver la situation du malade.

    C’est quand mĂȘme Ă  cause de ce soi-disant positivisme que ce malheureux ingĂ©nieur du son est mort. Il est Ă©vident qu’il a cru les bobards qui l’encourageait Ă  continuer son mĂ©tier d’ingĂ©nieur du son. S’il avait arrĂȘtĂ© il serait encore vivant.

    Je ne dis pas ça contre toi c’est juste mon expĂ©rience de 8 ans d’hyperacousie.

    1. Avant de te rĂ©pondre, j’aimerais que tu m’expliques un point :
      “La TRT a aggravĂ© considĂ©rablement et durablement mon hyperacousie.” 😯

      Je conçois trĂšs bien que la TRT n’apporte rien, ça a d’ailleurs Ă©tĂ© mon cas. Mais je ne vois absolument pas comment cela peut aggraver son hyperacousie considĂ©rablement et durablement. Donc je me dis que l’on ne parle pas de la mĂȘme chose… En quoi a constituĂ© ta TRT ? Qu’est-ce que la TRT pour toi ?

  11. 1)La TRT
    Je t’explique: il faut porter plusieurs heures par jours un appareil qui ressemble Ă  un appareil pour les sourds et qui gĂ©nĂšre des bruits blancs. J’ai suivi les indications de l’audioprothĂ©siste. Au bout d’une semaine je suis revenu le voir en lui disant que ça me faisait trĂšs mal et que ça augmentait mes acouphĂšnes, il m’a dit que c’Ă©tait normal, il a fait des rĂ©glages je suis revenu le voir il a refais des rĂ©glages. Je me suis encore forcĂ© un peu plus d’un mois et j’ai arrĂȘtĂ© car mes acouphĂšnes avaient explosĂ©. RĂ©sultat: aujourd’hui 7ans plus tard, il en reste encore des sĂ©quelles, j’entends encore des acouphĂšnes qui sont apparus avec cette thĂ©rapie.

    Je connais les arguments: je n’ai pas vu le bon audioprothsistes, je n’ai pas entendu le bon bruit blanc rose marron ou vert, je fais partie des malchanceux, etc…
    Et la discusssion peut durer 1 siĂšcle …

    Une chose est certaine en tout cas, ça a aggravé mes acouphÚnes et mon hyperacousie.

    2)Désinformation, mensonges, hypocrisie et témoignages de complaisance

    De toute façon, comme dans toutes les discussions sur ce sujet, on sombre toujours dans les mĂȘmes travers: mensonges, dĂ©sinformation, hypocrisie, malhonnĂȘtetĂ©, mauvaise foi, intĂ©rĂȘts cachĂ©s, etc…

    ArrĂȘtons l’hypocrisie, tout le monde sait trĂšs bien que Rodrigue Londero est un tĂ©moin de complaisance qui rĂ©cite la leçon que lui a apprise son maĂźtre. Je devrais dire Rodrigue Marconi (la voix de son maĂźtre).

    Combien faudra-t-il de suicides en raison de l’hyperacousie et des acouphĂšnes pour que cette dĂ©sinformation cesse?

    Di emilio et Dietrich ont cru aux fables sur la réhabituation au bruit, ça leur a couté la vie.

    Quand on est hyperacousique ou que l’on a des acouphĂšnes il faut regarder comment rĂ©agissent nos oreilles si l’on s’expose au bruit normalement (sortie en ville, voyage en voiture, etc …).
    A)Si le bruit fait baisser les acouphĂšnes et l’hyperacousie il faut continuer Ă  s’exposer.
    B)Si le bruit fait augmenter les acouphĂšnes et l’hyperacousie il faut arrĂȘter de s’exposer.
    Il faut croire ses oreilles et non internet qui est truffé de faux témoignages.

    Il n’y a pas de rĂšgle fixe: Dietrich et Di Emilio en sont la preuve. Les conseils donnĂ©s par des ORL de l’hopital Pompidou Ă  Paris les ont conduit au suicide.

    Heureusement, tous les ORL ne sont pas comme ça, j’ai un excellent ORL, je tiens Ă  le prĂ©ciser.

    Il n’y a aucun traitement Ă  l’heure actuelle.

    La TRT donne 75% de bons résultats paraßt-il. Ca ne sert à rien de broder là-dessus, il y a deux possibilités:

    – Soit c’est vrai et c’est formidable.
    – Soit c’est faux et c’est minable et dĂ©gueulasse de donner de faux espoirs Ă  des malheureux qui endure un calvaire tous les jours.

    Je ne dis pas ça pour toi, je dis ça pour ceux qui mentent.

  12. Au sujet des taux de rĂ©ussite de la TRT, il faudrait qu’ils se concertent avant de donner les rĂ©sultats sinon les bobards risquent d’ĂȘtre voyants

    là la TRT donne 80% de réussite

    lĂ  elle en donne 64% depuis 8 ans

    Le docteur Londerodrigue à Paris obtient 75% de réussite

    Ca fait des milliers de gens guĂ©ris grĂące Ă  la TRT, mais oĂč se cachent donc ces cohortes de miraculĂ©s?

    Il faut juste prĂ©ciser que les gens qui ont intĂ©rĂȘt Ă  avoir de bons rĂ©sultats pour ne pas ĂȘtre bredouilles et les ge,s qui mesurent les rĂ©sultats sont … les mĂȘmes.

    C’est un peu comme si on demandait Bayrou de choisir son score au Ă©lections rĂ©gionales.

    Pourquoi ne pas faire contrÎler la mesure de ces résultats par un organisme ou une association neutre, impartiale et objective comme France acouphÚnes par exemple.
    Ou un témoin de confiance comme Rodrigue Marconi par exemple.

  13. Taux de réussite de la TRT:

    64% lĂ  : http://marcbouletaudition.over-blog.com/article-6805385.html

    80% lĂ : http://www.revue-laryngologie.com/detail.lasso?id=2d5be3ff366419e4&-session=rvl:42F941221b523280B4jrK1F61223

    75%: Chez le Docteur Londerodrigue Ă  Paris

    En tout cas, on peut dĂ©boucher le champagne, nous sommes enfin venus Ă  bout des acouphĂšnes. Il aura fallu beaucoup de temps mais grĂące au dĂ©vouement sans failles de docteurs chevronnĂ©s nous y sommes parvenus. Les acouphĂšnes ne sont plus une maladie incurable, une maladie que dis-je, un symptĂŽme (Rodrigue euh pardon le docteur Londerodrigue tient Ă  le prĂ©ciser qu’il s’agit d’un symptĂŽme et non d’une maladie. Logique , symptome ça sonne bĂ©nin alors que maladie ça semble plus grave.

    Pour les 20% restants, il faut minimiser et camoufler euh pardon dĂ©drammatiser leur acouphĂšnes et tout le monde ira beaucoup mieux … parce que l’on en parlera moins.

    Et voilĂ  c’est rĂ©glĂ©, mission accompli. Pour se remettre de tout ça: un petit voyage d’une semaine aux BalĂ©ares payĂ© par Acoustisson and co; le dernier modĂšle de la classe B de chez MercĂ©des offert par Siemens prothĂšses et un petit coup de pouce de chez Phonak pour payer la rĂ©sidence secondaire sur l’Ile de retz.

  14. je donne mon avis comme j’ai rien d’autre Ă  faire…je me demande si anto, tu n’as pas sortit la vidĂ©o ci dessus de son contexte. Je pense que c’est une vidĂ©o prĂ©ventive qui s’adresse Ă  des personnes qui n’ont pas encore subit de traumatismes. Donc le “allez y mollo mais faites vous plaisir quand mĂȘme” ne me choque pas vraiment puisque c’est ce que je dis (d’une autre maniĂšre) Ă  mes frĂšres et soeur:
    restez loin des enceintes
    faites des pauses
    si vous sentez que le son est trop fort mettez des bouchons (je leur en ai acheté)
    si Ă  la sortie vos oreilles sont bouchĂ©es ou sifflent un peu c’est que vous avez dĂ©connĂ©s

    pour moi voilĂ  ce que veut dire allez y mollo mais faites vous plaisir quand mĂȘme, je sais que si je dis Ă  mes proches mettez des bouchons systĂ©matiquement je vais les saouler plus qu’autre choses et ils feront peut etre meme encore plus les cons. Donc moi je rejoint le point de vue de rodrigue car je commence Ă  savoir ce que c’est que la prĂ©vention, si tu tentes de les effrayer avec ton hyperacousie sĂ©vĂšre c’est mort. Pratiquer la demi mesure me semble hĂ©las la seul solution…

  15. Si les oreilles sifflent aprĂšs le concert ou la boite ce n’est pas parce qu’ils ont dĂ©connĂ© mais parce qu’ils font partie des malchanceux qui ont des oreilles fragiles.

    Les acouphĂšnes disparaissent au bout de quelques heures ou de quelques jours. Mais si l’on continue Ă  aller en boĂźte, les acouphĂšnes et l’hyperacousie risquent de s’installer dĂ©finitivement.

    Apparemment un concert a rendu Rodrigue Marconi, hyperacousique et acouphĂ©nique mais il retourne Ă  d’autres concert et ça n’a pas d’effet sur ses oreilles. On en dĂ©duit donc qu’une fois qu’on est hyperacousique et acouphĂ©nique, la situation reste stable.
    Les gens qui se sont suicidĂ©s Ă©taient comme Rodrigue et Ă  force de continuer Ă  aller Ă  des concerts leur situation s’est s’est dĂ©gradĂ©e jusqu’Ă  devenir extrĂȘme; face Ă  l’impuissance de la mĂ©decine, le suicide Ă©tait leur seule issue. Et ce n’est pas parce qu’ils prĂ©sentaient un terrain “prĂ©disposĂ©” comme je l’ai lu sur france acouphĂšnes qu’ils se sont suicidĂ©.

    Quand on se retrouve hyperacousique et acouphĂ©nique aprĂšs un concert, on verra s’aggraver si l’on continue Ă  aller en concert.Les concerts doivent ĂȘtre frĂ©quentĂ©s uniquement par les gens qui n’ont pas de problĂšmes d’oreille aprĂšs un concert. Si un concert a dĂ©gradĂ© l’oreille dĂ©finitivement, d’autres concert ne peuvent pas ĂȘtre sans effet.

    Si Rodrigue dit l’inverse c’est parce que c’est un malade qui dit ce qu’on lui a dit de dire. la preuve, il parle des acouphĂšnes en les appelant des “symptĂŽmes”. Une seule personne appelle les acouphĂšnes des symptomes: le docteur Londerodrigue de l’hopital Pompidou.
    Par une incroyable coincidence c’est ce docteur qu’on retrouve sur le plateau TV Ă  cĂŽtĂ© de Rodrigue Marconi…

    Encore un “tĂ©moignage” qui va rassurer encourager certains Ă  aller en concert … jusqu’au suicide pour certains.

    La situation es trĂšs claire pourtant:

    – Si l’on a pas de problĂšmes d’acouphĂšnes aprĂšs un concert, on peut continuer Ă  y aller.

    – Si l’on a des problĂšmes d’acouphĂšnes et d’hyperacousie, il faut banir ce genre d’endroit et ne pas suivre les conseils du docteur Rodrigue Londero.

    Avec les acouphĂšnes et l’hyperacousie, le problĂšme c’est qu’aujourd’hui la mĂ©decine ne fait plus de mĂ©decine mais de la communication; on remplace les vrais mots par d’autres mots:

    – “dĂ©drammatiser” au lieu de “minimiser et camoufler”
    – “symptĂŽme” au lieu de “maladie” ou “handicap invalidant”
    – “rĂ©habituation” au lieu de “rĂ©signation”
    – “le silence est le pire ennemi” au lieu de dire “rester au calme est la seule chose Ă  faire” (mais il ne faut surtout pas dire ça car ça signifiera que la mĂ©decine est impuissante or ça c’est impossible)

    Je comprends bien que c’est dĂ©sagrĂ©able pour un docteur de dire: “il n’y a rien Ă  faire, il faut vivre avec”. Mais est-ce pus intelligent de donner de faux espoirs aux malades pour dĂ©fendre son intĂ©rĂȘt de docteur. Ou de d’encourager les malades Ă  dilapider ce qu’il leur reste de capital audition en leur diffusant des “tĂ©moignages” de types dressĂ©s comme des chiens savant qui rĂ©citent la leçon que leur a appris leur maĂźtre. Tout cela afin de faire dire aux malades ce qu’on veut les entendre dire au lieu de leur apprendre Ă  gĂ©rer ce prĂ©cieux capital audition dont ils auront besoin jusqu’Ă  la fin de leurs jours.

    – Il y a dix ans le discours Ă©tait plus sain; on disait clairement les choses: ” il n’y a rien Ă  faire, il faut vivre avec”. Je me souviens d’un reportage sur envoyĂ© spĂ©cial oĂč l’on faisait de la vraie prĂ©vention. On voyait des vrais malades qui souffraient de leurs acouphĂšnes et un docteur qui dĂ©conseillait trĂšs clairement les concerts et boĂźtes aux gens qui avaient des acouphĂšnes.
    Avec internet, les malades ont pu s’exprimer et on a vu Ă  quel point des millions de gens souffraient des acouphĂšnes. Cela a fortement indisposĂ© les grands docteurs car ça mĂ©diatisait leur impuissance.
    Leur contre-attaque a Ă©tĂ© rapides et la communication dĂ©sinformation et l’intoxication se sont substituĂ©es Ă  la mĂ©decine. A grands renforts de confĂ©rences, d’interventions annuelles dans les mĂ©dias (allo docteur, savoir + santĂ©, paris match, sciences et avenir, que choisir magazine etc…), ou de faux tĂ©moignages, des gens comme le docteur londerodrigue sont parvenus Ă  faire de leur discours mensonger le discours officiel sapant par la mĂȘme occasion le formidable travail de prĂ©vention d’associations comme l’APTA. Pour dĂ©fendre Ă©goĂŻstement leur intĂ©rĂȘt, qui est de camoufler leur impuissance, ces docteurs sont prĂȘts Ă  aggraver jusqu’au suicide la situation de dĂ©tresse de milliers de personnes.

    Ils ont rĂ©ussi Ă  bien camoufler la rĂ©alitĂ© puisqu’aujourd’hui selon le discours officiel:
    – la TRT soigne 80% des malades
    – La TCC soigne 80% des malades
    – 80% des malades ne se plaignent de rien.
    – La quasi totalitĂ© des acouphĂšnes mesure 10 db (ce qui reprĂ©sente un lĂ©ger bruissement Ă  peine perceptible).

    En rĂ©alitĂ©, c’est tout le contraire. Pour le constater, il suffit de dire dans votre entourage que vous souffrez d’acouphĂšnes. InĂ©vitablement, vous entendrez les gens vous dire que leur mĂšre, leur frĂšre, leur oncle, un ami, un voisin, etc … souffrent Ă©galement beaucoup Ă  cause des acouphĂšnes. S’il n’y avait qu’une petite minoritĂ© qui se plaignait, on ne verrait pas autant de gens se plai dre de leurs acouphĂšnes.

    Si la mĂ©decine est impuissante, ce n’est pas de la faute des docteurs ou des chercheurs, on sait trĂšs bien qu’ils font tout ce qu’ils peuvent.
    Mais il faut qu’ils soient capables d’assumer l’absence de rĂ©sultats au lieu de camoufler la gravitĂ© et l’Ă©tendu du problĂšme. En dissimulant la vĂ©ritĂ©, ils se discrĂ©ditent et sapent le travail de prĂ©vention. RĂ©sultat: le nombre d’acouphĂ©niques et d’hyperacousiques augmente bien plus rapidement aujourd’hui qu’il y a 10 ans. Ce qui est logique puisqu’on dit aux gens que ce n’est qu’un symptĂŽme (bĂ©nin Ă©videmment), qu’il se soigne trĂšs bien et qu’ils peuvent aller en toute quiĂ©tude en concert; il faut juste y aller tranquillement, ce qui ne veut rien dire ou plutĂŽt tout dire.

  16. je suis tout Ă  faitd’accord avec Anto; en + le message de Rodrigue c’est : “mĂȘme si vous avez des acouphĂšnes et de l’hyperacousie vous pouvez aller aux concerts” c’est lamentable. On sait qui est derrĂšre ça: c’est des ORL et franc acouphĂšnes; c’est dĂ©gueulasse de faire ça quand on sait les consĂ©quences.

  17. Les acouphĂšnes et l’hyperacousie c’est terrible mais, il ne faut pas non plus jeter la pierre au docteurs, c’est pas facile pour eux de voir qu’ils n’y peuvent rien. On peut les comprendre.

  18. Il est trÚs simple de clore le débat.

    Rodrigue n’est pas hyperacousique. Quelqu’un qui peut assister sans problĂšmes Ă  un concert est tout sauf hyperacousique.

    Rodrigue est gĂ©nĂ© par le bruit infime d’un Ă©cran cathodique comme certains sont gĂȘnĂ©s par le crissement d’une fourchette sur une assiette ou d’ongles sur un tableau. Je connais une personne qui est trĂšs gĂȘnĂ©e par le frottement des mains; une autre ne supporte pas qu’on chiffonne une feuille de papier. Ce sont des gĂšnes psychologiques; cela n’a rien Ă  voir avec l’hyperacousie qui elle suscite de vraies douleurs qui peuvent durer des semaines.

    C’est de la dĂ©sinformation que de prĂ©senter Rodrigue comme un hyperacousique quand on sait que l’hyperacousie est un vrai handicap. Nico par contre est un vrai hyperacousique.

    Je pense qu’il s’agit d’une Ă©niĂšme manƓuvre de propagande (Ă©mamant toujours des mĂȘmes ORL) destinĂ©e comme toujours Ă  minimiser, camoufler et Ă©touffer la gravitĂ© de l’hyperacousie en la faisant passer pour une sorte de petite phobie bĂ©nigne. C’est ce groupe d’ORL qui se cache derriĂšre bruit parif.

    Bruit parif n’a pas inventĂ© cela, il a Ă©tĂ© informĂ©, ou plutĂŽt dĂ©sinformĂ©. C’est assez Ă©trange de voir que dans une campagne de prĂ©vention contre les dangers du bruit on conseille d’aller aux concerts. C’est plutĂŽt une campagne contre une supposĂ©e “phobie” du bruit.

    En tout cas Rodrigue ne doit plus ĂȘtre gĂ©nĂ© car il n’y a plus d’Ă©crans cathodique aujourd’hui.

    1. “Rodrigue n’est pas hyperacousique. Quelqu’un qui peut assister sans problĂšmes Ă  un concert est tout sauf hyperacousique.” :
      hĂ© non, tu te trompes… 🙂 Il y a une multitude de formes d’hyperacousie. Par ailleurs, l’intensitĂ© “brute” d’un son n’est qu’un paramĂštre parmi beaucoup d’autres.

      Durant toutes ces annĂ©es j’ai dĂ©jĂ  eu cette discussion avec plusieurs personnes. Il faut arriver Ă  sortir de son expĂ©rience personnelle pour comprendre certaines choses. Moi-mĂȘme j’ai assistĂ© Ă  des concerts quelques semaines aprĂšs l’apparition de mon hyperacousie. Et pourtant Ă  l’Ă©poque j’Ă©tais hyperacousique sĂ©vĂšre, c’est-Ă -dire qu’un simple bruit de vaisselle ou de trousseau de clĂ©s agitĂ© pouvait entraĂźner une douleur qui me menait au bord de l’Ă©vanouissement.

      Bien entendu j’avais des bouchons. C’Ă©tait des concerts en plein air, le son n’Ă©tait apas retenu au sein d’une salle. J’avais l’impression qu’il y avait une guerre atomique, c’Ă©tait horrible. Mais j’avais pris les places avant mon accident (c’Ă©tait un festival rock Ă  l’Ă©tranger) avec un ami et je n’ai pas voulu annuler…

      En outre je ne me protĂ©geais pas des sons quotidiens. Sans doute parce que je refusais ce qui m’arrivait. Du coup plein de gens m’ont dit aprĂšs coup “ahah donc tu n’avais pas d”hyperacousie parce que moi je n’ai pas le choix, je dois me protĂ©ger sinon j’ai trop mal”. La vĂ©ritĂ© est que j’avais atrocement mal et que j’aurais probablement dĂ» me protĂ©ger, au moins en partie, parce que quelques mois plus tard j’ai complĂštement sombrĂ© (grave dĂ©pression) et que les douleurs n’y sont sans doute pas pour rien. Mais que je “supportais” la douleur. Un peu comme un type peut supporter d’avoir les boyaux Ă  l’air au fond d’une tranchĂ©e j’imagine.

      Et dans ces gens qui me disaient “moi j’ai de l’hyperacousie et pas toi” il y en avait beaucoup qui avait des symptĂŽmes bien moins forts que les miens… Dans le mĂȘme genre, un exemple auquel j’ai repensĂ© rĂ©cemment : une nana qui disait “j’ai la mĂȘme chose que toi” et dans la phrase suivante “quand je suis en Corse et qu’il y a plein de cigales, ça me fait mal, donc je mets des bouchons, je n’ai pas le choix”. Et pourtant elle vivait parfaitement normalement par ailleurs. Elle n’avait pas d’hyperacousie. Moi j’en ai toujours aujourd’hui. Pourtant si j’allais en Corse Ă  l’endroit dont elle parle je “supporterais” peut-ĂȘtre les cigales en question.

      Il faut bien garder Ă  l’esprit que le cerveau est impliquĂ© de maniĂšre centrale dans les mĂ©canismes de l’hyperacousie (ce qui fait dire Ă  certains mĂ©decins un peu limitĂ©s intellectuellement sans doute “c’est psychologique, rentrez chez vous”). Or le fonctionnement du cerveau est quasiment inconnu encore Ă  l’heure actuelle… Et chaque cerveau est diffĂ©rent.

      Bref, tu ne peux pas en conclure que Rodrigue n’a pas d’hyperacousie au motif qu’il assistes Ă  des concerts… On parle de dĂ©pression dĂšs lors qu’un certain nombre de points sont vĂ©rifiĂ©s au sein d’une liste. Dans le cas de l’hyperacousie je pense qu’on peut raisonner de la mĂȘme façon. Ceci permet d’affirmer que je suis hyperacousique sans l’ombre d’un doute. Pour certains autres personnes, moins de critĂšres sont observĂ©s, il faut donc pousser les examens un peu plus. Pour d’autres enfin, seul un ou deux critĂšres sont observĂ©s : on ne peut donc pas les qualifier d’hyperacousiques. C’est une dĂ©marche expĂ©rimentale, pragmatique, empirique, la seule valable pour ce type de pathologies.

      Par ailleurs, dire que le rĂŽle du cerveau est central dans l’hyperacousie ce n’est en rien la minimiser. Bien au contraire : il est d’autant plus difficile de s’en sortir ! Car il n’y a pas de mĂ©thode de type “on enlĂšve la partie qui pose problĂšme” pour s’en sortir. C’est donc en fait beaucoup plus grave, contrairement il est vrai Ă  la croyance populaire.

      “En tout cas Rodrigue ne doit plus ĂȘtre gĂ©nĂ© car il n’y a plus d’écrans cathodique aujourd’hui.” : lĂ  encore tu te trompes… J’entends trĂšs distinctement le son de mon moniteur, au moment mĂȘme oĂč je te parle. Et j’entends le bruit qu’il fait lorsque je scrolle (si, si). J’ai fait Ă©couter le son en question Ă  d’autres personnes, a priori elles me disaient qu’elles n’arrivaient pas Ă  l’entendre. J’entends aussi trĂšs nettement le sifflement Ă©mis par la Living color prĂ©sente dans ma chambre, et bien d’autres choses. Mais c’est vrai que quand j’Ă©tais hyperacousique sĂ©vĂšre j’ai dĂ» quitter plusieurs fois une piĂšce en raison d’un tĂ©lĂ©viseur cathodique… ou d’un frigo !

      Pour finir, je suis d’accord sur le fait que dire que l’hyperacousie est une peur du bruit est idiot (phonophobie). Moi le premier, si j’avais eu peur, j’aurais dĂ» me protĂ©ger aprĂšs mon accident. Et je n’avais pas du tout le sentiment d’ĂȘtre en danger pour autant. Simplement j’avais extrĂȘmement mal. Ceci dit, si tu vas voir un kinĂ©, il peut te dire que si tu bouges un muscle tout doucement, tu vas le dĂ©tendre, mais que si tu le bouges un peu brusquement il va se contracter, car il met en place une rĂ©action de dĂ©fense face Ă  ce qu’il pense ĂȘtre une agression. Cela n’a rien d’un mĂ©canisme conscient. Ne peut pas apparenter ceci Ă  une forme de “peur” ? En fait il faudrait utiliser un autre mot en effet, car les gens (y compris pas mal d’ORL) sont trop bĂȘtes pour comprendre ce que l’utilisation d’un tel terme dans un tel cadre signifie 😉

  19. 1) L’hyperacousie va de la gĂšne au handicap lourd:
    Dans ce cas, je pense qu’il est facile d’Ă©tablir une Ă©chelle de gravitĂ© dans l’hyperacousie. Plus elle affecte notre vie plus elle est grave. Moins elle affecte notre vie, moins elle est grave.

    Exemple:
    – Rodrigue a une hyperacousie trĂšs lĂ©gĂšre que j’Ă©changerai bien contre la mienne. Il peut continuer Ă  travailler et apparemment Ă  tout faire. Il n’y a que certaines chose qui le gĂšnent. Il ne risque aucunement un traumatisme.

    – Nico quand a lui est au stade le plus grave de l’hyperacousie. Il ne peut pus rien faire. S’il sort, il risque le traumatisme sonore (sirĂšne ou alarmes par exemple)

    2) L’hyperacousie peut s’aggraver … avec le bruit
    Dans cette video de prĂ©vention on laisse entendre que l’hyperacousie est un handicap statique qui ne s’aggrave pas. A tel point que Rodrigue conseille aux hyperacousiques d’aller en concert ( ça montre Ă  quel point il n’est pas trĂšs atteint). C’est d’ailleurs inquiĂ©tant de conseiller aux malades d’aller en concert dans une vidĂ©o de … prĂ©vention.

    Nico quant Ă  lui a Ă©tĂ© hyperacousique lĂ©ger et au fil des concerts son hyperacousie s’est aggravĂ©e jusqu’Ă  devenir extrĂȘmement handicapante. S’il n’avait pas continuĂ© Ă  aller aux concerts , il n’en serait pas lĂ …

    3) Je n’ai toujours pas de rĂ©ponse Ă  ma question:
    Rodrigue conseille d’aller en concert mais il dit qu’il faut quand mĂȘme observer une rĂšgle importante: ” il faut y aller doucement”. Ca fait des annĂ©es que je me demande ce que veut dire ” aller doucement en concert” et j’aimerais bien le savoir ; ça me permettrait de retourner en concert. En observant cette rĂšgle protectrice de Rodrigue je serais en sĂ©curitĂ©.
    Cette rĂšgle est mĂȘme le point central de la vidĂ©o ( le reste n’est que rĂ©pĂ©tition du dĂ©jĂ  -entendu). MystĂ©rieusement, Rodrigue ne dĂ©veloppe pas ce qu’est cette rĂšgle et on reste sur sa faim en se posant la question: ” qu’est-ce que c’est que d’aller doucement en concert ????”. C’est vraiment dommage car cette rĂšgle vaut vraiment de l’or pour les gens quu veulent pouvoir retourner en concert.

    En tout cas, Rodrigue se dit hyperacousique parce qu’il est gĂ©nĂ© par le sifflement d’un tĂ©lĂ©viseur, une grande partie de la population est hyperacousique. De nombreuses personnes sont gĂ©nĂ©es par un type de bruit particulier.

    SĂ©rieusement je pense qu’il faut bien dĂ©finir quelles sont les consĂ©quences du bruit pour savoir qui est vĂ©ritablement hyperacousique.

    Si c’est juste une gĂšne ou une douleur qui disparait quand on supprime le bruit ce n’est pas bien grave.
    Par contre si le bruit occasionne des douleurs et des crises d’acouphĂšnes qui mettent au mieux plusieurs heures Ă  s’appaiser et bien souvent plusieurs jours; lĂ  on peut parler de vĂ©ritable hyperacousique.

    La vrai hyperacousie est liĂ©e Ă  2 facteurs: l’intensitĂ© du bruit et la durĂ©e d’exposition. Un vrai hyperacousique subira un grave trauma sonore s’il s’expose ne serait-ce qu’Ă  5 minutes d’un concert, il souffrira longtemps et ne se remettra jamais d’une exposition. Il risque mĂȘme sa vie car les acouphĂšnes peuvent atteindre un niveau extrĂȘme et ne plus baisser. C’est ce qui Ă  conduit au suicide bien des malheureux. C’est effectivement invivable de subir en permanence des acouphĂšnes extrĂȘmes. Surtout quand des ORL, profitant lĂąchement de l’invisibilitĂ© de la maladie, vous disent qu’ils sont faibles et que Roseline et Rodrigue ont les mĂȘmes acouphĂšnes et ne se plaignent de rien; cette hypocrisie violente et mensongĂšre est une incitation directe au suicide.

    Les gens qui se disent hyperacousique parce qu’ils sont par exemple gĂȘnĂ©s par le bruit d’un Ă©cran cathodique ne sont pas hyperacousique au sens propre du terme. Il ne risque pas de trauma sonore ni de le payer toute leur vie s’ils s’expose au bruit du tĂ©lĂ©viseur. Il faudrait trouver un nom diffĂ©rent pour parler de leur gĂšne qui pas un handicap sĂ©vĂšre comme dans le cas des vrais hyperacousiques. On devrait plutĂŽt dire qu’ils sensibles Ă  certains bruits. Mais Ă  partir du moment oĂč ils supportent les bruits de trĂšs forte intensitĂ© je pense qu’ils ne peuvent pas et ne doivent pas ĂȘtre classĂ©s dans la catĂ©gorie hyperacousique parce qu’ils ne le sont pas. Ce qui ne signifie pas qu’il faille nier la gĂšne passagĂšre qu’ils Ă©prouvent.

    Dire que Rodrigue est un hyperacousique c’est comme dire que quelqu’un que quelqu’un qui souffre d’un rhino pharyngite a le cancer de la gorge. Cela porte prĂ©judice au VRAIS hyperacousiques ( comme Nico) car cela minimise leur pathologie gravement handicapante.

    Pour conclure, je dirais qu’il est malhonnĂȘte de METTRE TOUT LE MONDE DANS LE MEME SAC. Etre gĂ©nĂ© par certains bruits (tĂ©lĂ©viseur) sans qu’ils nous fasse risquer un traumatisme sonore et des sĂ©quelles Ă  vie, ce n’est pas ĂȘtre hyperacousique au sens propre du terme.

    NICO et RODRIGUE ne souffre pas du mĂȘme mal. C’est une grave erreur de les mettre dans le mĂȘme sac.

    NICO risque sa vie en sortant de chez lui (Klaxon, sirĂšnes, alarmes, etc …) ou tout au moins, il risque de contracter des sĂ©quelles chroniques qui le handicaperont encore plus.

    Rodrigue est trĂšs loin d’ĂȘtre handicapĂ© comme Nico et n’a pas besoin de prendre de prĂ©cautions, il ne risque rien. Et tant mieux pour lui.

    4) Dire que Rodrigue est hyperacousique n’est pas que erreur anodine et involontaire …

    DerriĂšre cette pseudo erreur, se trouvent toujours ces mĂȘmes ORL qui alimentent une propagande destinĂ©e Ă  mi nimiser la gravitĂ© des acouphĂšnes et de ‘hyperacousie afin de camoufler au mieux leur impuissance face Ă  ces pathologie.

    Le problĂšme c’est qu’en dĂ©fendant leur intĂ©rĂȘt qui est de cacher leur impuissance, ils aggravent la situation des malades souffrant d’acouphĂšnes et d’hyperacousie. Ils leurs sont extrĂȘmement nocifs , ce qui est un comble de la part de gens sensĂ©s nous soigner

    Pour info, c’est ce mĂȘme Rodrigue qu’ils ont utilisĂ© pour un “tĂ©moignage ” sur les acouphĂšnes. Et lĂ  aussi, comme para hasard, ce Rodrigue faisait passer les acouphĂšnes pour une petite gĂšne bĂ©nigne avec laquelle ont vit trĂšs bien.
    C’est pour ça que je pense que j’ai de gros doutes quant Ă  l’authenticitĂ© des dires de ce Rodrigue; je pense que , comme pour les acouphĂšnes ils rĂ©cite surtout une leçons. Ils veille bien Ă  dire que les acouphĂšnes sont des … “symptĂŽme”. Terme minimisant auquel est sont trĂšs attachĂ©s les ORL qui veulent Ă  tout prix minimiser acouphĂšnes et hyperacousie.

    Mon petit doigt me dit que Rodrigue les a dĂ©jĂ  renontrĂ© et les connaĂźt. Et il y a mĂȘme une grande connivence entre eux….

    5) Moi aussi j’ai un living color, je ne l’utilise plus car il fait trop de bruit. Par contre mon Ă©cran est totalement inaudible.

    1. Ça c’est du commentaire, un vrai pavĂ© ! 😉 Je vais essayer d’y rĂ©pondre mais il y a Ă©normĂ©ment Ă  dire…

      1) LĂ  il me semble que tu t’appuies sur deux postulats :
      – plus une personne souffre d’hyperacousie, plus le risque d’un nouveau traumatisme sonore est Ă©levĂ©,
      – l’hyperacousie ne peut que s’aggraver en cas d’exposition au son.

      Tu as tout Ă  fait le droit de le penser 🙂 mais aucun de ces deux postulats n’a Ă©tĂ© dĂ©montrĂ©.

      Pour certaines pathologies, s’exposer mĂȘme modĂ©rĂ©ment Ă  l’agent en cause peut effectivement entraĂźner une aggravation durable des symptĂŽmes. Dans d’autres cas, cela peut les amĂ©liorer. Dans le cas de l’hyperacousie, ce qui est certain, c’est qu’elle n’est pas “gravĂ©e dans le marbre”. Comme tout ce qui touche au cerveau d’ailleurs.

      Par ailleurs, je n’ai pas regardĂ© cette vidĂ©o depuis trĂšs longtemps, mais je ne pense pas qu’elle suffise Ă  en dĂ©duire que Nico est plus handicapĂ© que Rodrigue. On ne se base que sur ce qu’ils racontent. Mais on n’est pas dans leur tĂȘte, Ă  ressentir ce qu’ils vivent rĂ©ellement. C’est impossible de toute façon 🙂 Un paquet de gens m’ont ainsi dit au fil des ans qu’ils n’avaient pris conscience de la gravitĂ© de mes symptĂŽmes qu’au bout de quelques annĂ©es car je ne me “roulais pas par terre de douleur” etc. Certains me l’ont mĂȘme “reprochĂ©” ! Pourtant j’ai appelĂ© Ă  l’aide, mais les mots que j’employais,parfois trĂšs crus, n’ont souvent pas trouvĂ© d’Ă©cho car je ne les prononçais pas en me “roulant par terre”. Quelqu’un Ă  cĂŽtĂ© de moi qui en pleurant Ă  chaudes larmes aurait hurlĂ© qu’il allait s’ouvrir les veines car il venait de se faire cambrioler son appartement aurait trouvĂ© sans doute bien plus d’Ă©cho ! On serait allĂ© l’entourer, le consoler, la cajoler. Et rien pour moi. Pourquoi ? Le fait est que j’intĂ©riorise beaucoup. Autrement dit, je “serre les dents”. J’ai d’ailleurs dĂ©veloppĂ© un fort bruxisme, qui est toujours prĂ©sent aujourd’hui.

      J’ai connu des personnes qui avaient une hyperacousie infiniment plus lĂ©gĂšre que la mienne (cela se voyait dans la vie de tous les jours, un paquet de sons qui me faisaient atrocement mal et qu’elles remarquaient Ă  peine par exemple), et pourtant ils se protĂ©geaient frĂ©quemment, car leur postulat Ă©tait qu’ils Ă©taient en danger, dans la rue, le mĂ©tro, etc. Et moi je ne me protĂ©geai jamais, malgrĂ© la violence de la douleur, car je refusais ce qui m’arrivait… Un oeil extĂ©rieur aurait abouti Ă  le conclusion qu’ils Ă©taient plus handicapĂ©s que moi, soit l’inverse de la “rĂ©alitĂ©”. MĂ©fiance donc pour ce qui est des conclusions hĂątives.

      Je le rĂ©pĂšte : j’ai assistĂ© Ă  des concerts (protĂ©gĂ©, naturellement) alors mĂȘme que je souffrais d’hyperacousie sĂ©vĂšre. Encore un exemple : n’as-tu jamais vu un sportif de haut niveau forcer sur une blessure qui le faisait pourtant atrocement souffrir, et parfois l’aggraver d’ailleurs ? Alors qu’un autre gars Ă  cĂŽtĂ© qui souffre de quelque chose de bĂ©nin va se mettre au repos. Nous sommes tous diffĂ©rents, dans ce qui nous motive, nous fait vivre, nos rĂ©actions, etc.

      2) Il est aussi faux de penser que l’hyperacousie s’aggrave nĂ©cessairement avec le bruit, ou qu’elle ne s’aggrave pas de toute façon. Il n’y a pas de vĂ©ritĂ© absolue.

      Rodrigue a raison de conseiller aux hyperacousiques amoureux de la musique d’aller en concert si c’est important pour eux et qu’ils se sentent prĂȘts. A condition naturellement d’ĂȘtre bien protĂ©gĂ©, et de partir au moindre doute ! Inutile d’y aller en revanche si on est convaincu qu’on va y laisser sa peau Ă©videmment… Moi je suis mĂ©lomane, je suis donc retournĂ© voir des concerts (infiniment moins que par le passĂ© il est vrai 🙁 ). En revanche, je n’ai jamais Ă©tĂ© fan des discothĂšques. Depuis mon trauma, je n’y suis plus retournĂ© et n’y retournerai jamais.

      L’Ă©volution de l’hyperacousie ne suit pas de rĂšgle immuable. Pour ma part je suis passĂ© brutalement de “zĂ©ro hyperacousie” Ă  “hyperacousie sĂ©vĂšre”. Puis il y a eu quelques amĂ©liorations par palier, durant disons trois ans. Elle n’Ă©volue plus depuis plusieurs annĂ©es. Dans le cas de Nico, ça s’est aggravĂ© au fil du temps. S’il ne s’est pas protĂ©gĂ©, cela n’a effectivement rien d’Ă©tonnant malheureusement…

      L’hyperacousie peut s’aggraver avec le bruit, tu as raison. Elle peut aussi vraisemblablement s’amĂ©liorer avec le bruit. Tout dĂ©pend de ce qu’on met derriĂšre le terme “bruit” (cf mĂ©thode Tomatis par exemple, cf aussi la TRT qui quoiqu’en dise donnent apparemment certains rĂ©sultats chez certains hyperacousiques).

      3) “Aller doucement” en concert, cela veut dire il me semble :
      – ne pas y aller si on ne se sent pas prĂȘt, c’est-Ă -dire si l’apprĂ©hension est trop forte. C’est une rĂšgle classique qui suit tout type de traumatisme. Il y a un premier stade Ă  franchir.
      – se protĂ©ger (et des bouchons moulĂ©s c’est encore mieux),
      – savoir que mĂȘme avec des protections on n’est pas totalement Ă  l’abri, donc dĂ©cider au cas par cas si avec ses protections on court un risque ou pas. C’est lĂ  ou c’est le plus compliquĂ© car, contrairement Ă  ce que tu penses, l’intensitĂ© est la durĂ©e d’exposition ne sont que deux facteurs parmi d’autres… C’est ce que beaucoup de gens appellent “Ă©couter son corps” en somme.

      Rodrigue a raison : si on aime vraiment la musique, si on a vraiment envie d’aller en concert, il faut le faire, au moins de temps en temps. Ne pas se priver de ce que l’on aime le plus au monde. Mais il faut “y aller doucement”.

      “En tout cas, Rodrigue se dit hyperacousique parce qu’il est gĂ©nĂ© par le sifflement d’un tĂ©lĂ©viseur, une grande partie de la population est hyperacousique. De nombreuses personnes sont gĂ©nĂ©es par un type de bruit particulier.” : j’ai toujours Ă©tĂ© trĂšs sensible Ă  certains types de son. Mais je n’Ă©tais pas hyperacousique. Lorsque je suis brutalement devenu hyperacousique, j’entendais ces mĂȘmes sons multipliĂ©s par 10, par 100, par 1000. Un frigo ou un tĂ©lĂ©viseur Ă©mettait pour moi un sifflement aussi puissant qu’une sirĂšne de paquebot.

      Il y a des examens qui permettent d’objectiver l’hyperacousie. Je suis prĂȘt Ă  parier que Rodrigue a subi ces examens, qui permettent de voir notamment comment l’oreille (et le cerveau ! C’est trĂšs important de comprendre ça !) rĂ©agit Ă  certains sons. Il se trouve que suite Ă  son hyperacousie il a constatĂ© que certains sons anodins le gĂȘnent. C’est une consĂ©quence, pas une “cause”. Tu conviendras avec moi qu’il est TRES difficile d’expliquer aux gens ce qu’est l’hyperacousie 😉 J’ai moi-mĂȘme plusieurs fois pris l’exemple du frigo ou de la tĂ©lĂ© cathodique pour expliquer, tout comme j’expliquais qu’un trousseau de clĂ©s agitĂ© me menait au bord de l’Ă©vanouissement. Parce que ça parle aux gens, ça ! Si tu leur dis “je ne supporte plus le bruit”, ils pensent que l’hyperacousie c’est simplement ne plus pouvoir aller en concert ou discothĂšque !

      Dans tout ce que tu dis, il y a une croyance de fond, qui est fausse. Non, un hyperacousique ne va pas nĂ©cessairement subir un grave traumatisme au bout de 5 minutes de concert. A partir d’une certaine intensitĂ© sonore + durĂ©e d’exposition, tout le monde risque un traumatisme. En-dessous d’un certain niveau, personne n’en risque un, pas mĂȘme un hyperacousique sĂ©vĂšre (sinon chaque trousseau de clĂ© agitĂ© m’aurait enfoncĂ© un peu plus dans la maladie, non ? 😉 ). Entre les deux, pour faire simple, un tas d’autres facteurs entrent en jeu (frĂ©quence, dynamique, rĂ©verbĂ©ration, fatigue physique, dimensions gĂ©nĂ©tiques, maladie ponctuelle ORL du type sinusite, etc. La liste est trĂšs longue). Mais dans de nombreux cas, un son absolument bĂ©nin va entraĂźner chez l’hyperacousique une rĂ©action qui peut durer, parfois trĂšs longtemps, parfois apparemment “Ă  vie” : ici il n’y a pourtant pas eu de lĂ©sion de l’oreille interne, c’est le cerveau qui “bugue” !

      Il faut aussi absolument que tu rĂ©alises que le rĂŽle du cerveau dans l’hyperacousie est primordial. Cela ne minimise d’ailleurs en rien la pathologie. Bien au contraire !

      Il faut absolument aussi que tu dissocies la notion de douleur de celle de danger. Le fait d’avoir mal n’indique pas nĂ©cessairement un danger. C’est difficile Ă  accepter, je sais, car le mĂ©canisme naturel est douleur = danger. Mais dans le cas de l’hyperacousie, ce mĂ©canisme s’est dĂ©traquĂ©. Heureusement ce n’est pas gravĂ© dans le marbre – mĂȘme si ce n’est pas pour autant facile Ă  rĂ©gler et les spĂ©cialistes ORL devraient tous avoir l’humilitĂ© de comprendre et d’admettre qu’ils n’y entendent eux-mĂȘmes pas grand chose 🙂 Si l’hyperacousie Ă©tait irrĂ©versible, je serais toujours hyperacousique sĂ©vĂšre aujourd’hui.

      “Les gens qui se disent hyperacousique parce qu’ils sont par exemple gĂȘnĂ©s par le bruit d’un Ă©cran cathodique ne sont pas hyperacousique au sens propre du terme. Il ne risque pas de trauma sonore ni de le payer toute leur vie s’ils s’expose au bruit du tĂ©lĂ©viseur.” : AUCUN hyperacousique ne risque de trauma sonore s’il est exposĂ© au bruit d’un Ă©cran cathodique 😉 Mais le cerveau de l’hyperacousique traite ce son de façon “incorrecte”.

      En fait, ce que tu dis porte prĂ©judice Ă  de nombreux hyperacousiques, Ă  commencer par moi 😉 Je te le rĂ©pĂšte, plusieurs personnes pourtant bien moins atteintes que moi m’ont pointĂ© du doigt en disant “ahah tu n’es pas hyperacousique, tu es retournĂ©e en concert”. Elles ont tort. Malheureusement pour moi ! Je ne les ai pas pointĂ©es du doigt en disant “mais toi tu n’es pas hyperacousique parce que tu n’as pas ceci alors que moi oui !”, pourtant les occasions ne manquaient pas 😉

      4) Il ne faut pas cĂ©der Ă  la facilitĂ© de la “thĂ©orie du complot”. Je crois surtout que les connaissances actuelles des ORL sont extrĂȘmement limitĂ©es et qu’ils ne veulent pas forcĂ©ment l’admettre (cf la citation sur la page Facebook d’Oreille malade).

      Je ne connais pas Rodrigue (Ă  l’inverse j’ai dĂ©jĂ  discutĂ© avec Nico, cela fait longtemps que je n’ai plus parlĂ© avec lui malheureusement mais il me semble que sa situation s’Ă©tait un peu amĂ©liorĂ©e) mais je n’ai aucune raison de penser qu’il n’est pas un hyperacousique. Il vient raconter sa propre histoire, avec ses propres mots… Et pour ça je l’en remercie. Tu n’as aucune façon de savoir “rĂ©ellement” ce qu’il endure. Encore une fois, j’ai Ă©tĂ© dans la mĂȘme situation que lui. Des gens qui me pointaient du doigt en disant “ahah mais tu n’es pas hyperacousique, tais-toi, tais-toi, tu nous portes prĂ©judice !”. Et pourtant lorsque je discutais avec ces personnes je voyais que bon nombre d’entre elles Ă©taient bien moins atteintes que moi. Elle n’arrivaient tout simplement pas Ă  comprendre autre chose que leur propre vĂ©cu, leur propre expĂ©rience…

      5) Ton Ă©cran est totalement inaudible ? C’est que tu n’as pas d’hyperacousie car moi j’en ai et je suis sĂ»r que j’entendrais son bruit ! 😉 Je plaisante, c’est pour te faire comprendre encore une fois qu’il ne faut pas rester enfermĂ© dans son expĂ©rience personnelle…
      Au dĂ©but un Ă©cran allumĂ© faisait plus de bruit pour moi qu’une cocotte minute en pleine excitation, le tout pile au milieu de mon crĂąne, alors imagine plusieurs Ă©crans dans l’open-space oĂč je me trouvais…

  20. Ce qui est intĂ©ressant c’est de voir qu’il n’y a pas de dĂ©finition stable de l’hyperacousie… qu’est ce que l’hyperacousie? Ce qui est Ă©crit partout, la dĂ©finition c’est d’avoir un “seuil” de tolĂ©rance au bruit faible, autrement dit de ne pas supporter les bruits trĂšs forts (tous, dĂšs qu’ils dĂ©passent un certain nombre de dĂ©cibels). Je me retrouve la-dedans.

    Mais des personnes hyperacousiques disent aller en concert………?

    Connaissez-vous la MISOPHONIE? c’est le fait de trouver irritant certains sons… Cela permettrait peut ĂȘtre de distinguer certains cas de personnes qui se disent “hyperacousiques” ?

    1. Il n’y a pas de dĂ©finition stable de la dĂ©pression non plus. Pour aucune pathologie liĂ©e au cerveau en fait 🙂

      Pour reprendre l’exemple de la dĂ©pression, on la diagnostique suite Ă  une liste dĂ©finie de critĂšres (au-dessus d’un certain nombre de critĂšres observĂ©s, on parle de dĂ©pression, en-dessous on n’en parle pas) et la prĂ©sence d’un certain nombre de symptĂŽmes pendant au moins deux semaines. C’est Ă©videmment un peu arbitraire. Plus exactement c’est pragmatique, parce qu’il faut bien mettre un cadre Ă  quelque chose d’aussi peu “stable”, pour reprendre ton mot.

      “TolĂ©rance au bruit faible”, oui. Ensuite il reste Ă  dĂ©finir “tolĂ©rance”, “bruit” et “faible” ! Et si tu le fais tu vas t’apercevoir trĂšs trĂšs vite que cela ne se limite pas au cas que tu donnes.

      Tu te retrouves dans ton cas, quoi de plus normal ! Mais ce n’est pas pour autant que le monde s’arrĂȘte au-delĂ  😉

      J’ai pris un exemple Ă©vident tout Ă  l’heure : l’hyperacousie sĂ©lective. C’est un phĂ©nomĂšne rĂ©el, connu, identifiĂ©. Toi tu restreins dĂ©jĂ  ta dĂ©finition comme cela t’ “arrange” 😉 en disant qu’on ne peut parler d’hyperacousie que si tous les sons sont concernĂ©s.

      Oui, je suis en allé en concert malgré mon hyperacousie.

      Et je le rĂ©pĂšte : encore pire, hyperacousie sĂ©vĂšre Ă  l’Ă©poque !

      Et dans le mĂȘme temps, je manquais de tomber dans les pommes tellement la douleur Ă©tait violente dans le cas de certains sons complĂštement anodins, de vaisselle ou mĂȘme de trousseau de clĂ© agitĂ©. Tourner les pages d’un livre me faisait mal aussi ! Je pourrais continuer cette liste pendant des heures !

      Une fois ceci dit, plusieurs solutions s’offrent Ă  toi au sujet de ce que je dis :
      – soit je ne suis pas hyperacousique,
      – soit je mens,
      – soit je suis hyperacousique et je dis la vĂ©ritĂ©.

      Je souffre d’hyperacousie. Pas de misophonie. J’ai mĂȘme eu ce genre de discussions avec un ou deux ORL il y a plusieurs annĂ©es : c’est moi qui demandais si mon problĂšme ne se nommait pas “misophonie” ! Ils m’ont bien expliquĂ© les diffĂ©rences et pourquoi c’Ă©tait bien dans mon cas de l’hyperacousie.

      AprĂšs, il reste l’hypothĂšse du “je mens”. Ou la troisiĂšme. A toi de voir… 😉

      1. La dĂ©finition de la dĂ©pression n’est pas du tout arbitraire, puisque le nombre d’items Ă  valider est dĂ©fini et limitĂ©, et la pĂ©riode de temps aussi dĂ©finie (2semaines). En plus, tu mets tout dans “cerveau”. La dĂ©pression est une maladie psychiatrique… L’hyperacousie une maladie neurologique…. Donc rien Ă  voir.

        Tu dis ĂȘtre allĂ© en concert Ă©tant hyperacousique sĂ©vĂšre, et que tu souffrais pendant le concert. Donc non, ca ne me semble pas contradictoire du tout.

        1. Ça remonte Ă  quelques annĂ©es, donc je n’ai pas pris de notes, dĂ©solĂ© 😉

          Wikipedia dit ça :
          “Le terme misophonie (« haine des sons ») a Ă©tĂ© inventĂ© en 2000 par Pawel et Margaret Jastreboff, de l’universitĂ© Emery d’Atlanta, quand ils ont dĂ©couvert que certaines personnes avaient des rĂ©actions fortes et nĂ©gatives Ă  certains sons sans pour autant souffrir de phonophobie, d’hyperacousie ou d’acouphĂšne. Le son est associĂ© Ă  quelque chose de dĂ©sagrĂ©able et s’ensuivent des rĂ©actions nĂ©gatives lorsque le son se reproduit.”
          Je connais des gens comme ça, agacĂ©s, Ă©nervĂ©s par certains bruits, que la plupart des gens ne remarquent mĂȘme pas la plupart du temps.

          Ils n’ont pas une douleur physique. Ça les Ă©nerve, c’est tout.

          Moi j’ai mal. Ça ne m’agace pas, ça ne m’Ă©nerve pas.

          Ce sont donc deux choses bien différentes.

          Tu vois, cette hypothĂšse Ă©tait trĂšs facile Ă  Ă©carter 😉

          Ce qui est vrai en revanche c’est que je souffre d’une inhibition cognitive latente peu active, ce qui explique certainement au moins en partie pourquoi mes acouphĂšnes restent toujours aussi forts aprĂšs tant d’annĂ©es.

          1. Sauf qu’on peut ĂȘtre hyperacousique sans avoir de douleur…

            Donc quelqu’un qui ne supporterait pas un sifflement de tĂ©lĂ© (j’ai pas compris de quoi vous parliez, mais bon), sans douleur, mais qui pourrait aller en concert, serait il misophonique ou hyperacousique?

          2. On peut avoir de l’hyperacousie sans avoir de douleur, vraiment ? C’est une vraie question, pour moi la douleur fait nĂ©cessairement partie du pack…

            Le sifflement de tĂ©lĂ© en question ou autre, si tu ne l’entends pas, tant mieux 😉 Si le sifflement de tĂ©lĂ© ne lui fait pas mal mais l’Ă©nerve, cela rejoint il me semble la dĂ©finition de la misophonie, et non de l’hyperacousie. AprĂšs, tout modĂšle a ses limites… Celui qui entend le son en question beaucoup plus fort que ce qu’une personne “normale” entend, mais qui dit que cela ne le dĂ©range pas, est-ce de l’hyperacousie (tu fais allusion Ă  quelque chose comme ça quand tu dis “sans avoir de douleur” j’imagine) ? De l’hyperacousie sĂ©lective ?

          3. ben je sais pas, je suppose.. si tu te rĂ©fĂšres Ă  la dĂ©finition “seuil de tolĂ©rance abaissĂ©e”, ca veut pas dire qu’il a des douleurs. Quelqu’un de normal qui ne tolĂšre pas qu’on lui crie dans les oreilles, est ce qu’il a des douleurs?

          4. J’imagine que pour savoir s’il y a hyperacousie il faudrait tester la sensibilitĂ© de cette personne Ă  un son de cette frĂ©quence – et Ă  d’autres types de son – pour voir Ă  quel niveau ce situe son seuil. Il y a un examen qui permet d’observer, d’ “objectiver” ça. Je ne sais plus son nom mais c’est comme ça que j’ai vu pour mon cas qu’une rĂ©action de l’oreille Ă©tait observĂ©e Ă  par exemple – je me souviens plus des chiffres mais j’Ă©tais trĂšs en-dessous de la norme – 50 ou 60 dB au lieu de 80 ou 90 dB pour une personne normale.

            Sil n’y a pas de diffĂ©rence notable mais que la personne est contrariĂ©e par un bruit de ce type, on parlera alors de misophonie.

            Elle peut aussi avoir les deux en mĂȘme temps mais lĂ … il me semble qu’ĂȘtre contrariĂ© par un son lorsqu’on a facilement mal est plutĂŽt logique 😉

          5. et j’ai lu quelque part (l’Ă©chelle de france acouphĂšne surement, ou tous les sites qui reprennent les dĂ©finitions) que l’hyperacousie douloureuse Ă©tait le dernier stade de gravitĂ© (le summum, le paradis quoi), ca sous entend que les autres formes ne sont pas douloureuses?

          6. C’est possible aprĂšs tout… Quand on sait qu’environ 40% des acouphĂšniques souffriraient d’hyperacousie…
            Dans ce cas, l’hyperacousie sĂ©vĂšre est le summum du summum 😉

    2. Je pense que tu as cernĂ© le problĂšme et bien dĂ©finit l’hyperacousie.

      AprĂšs on peut broder des pages lĂ -dessus avec des commentaires du genre “je suis hyperacousique mais je vais au concerts donc l’hyperacousie ce n’est pas uniquement ce que tu dis.”

      Moi le type qui revient d’un concert et me dit que ça ne lui a posĂ© aucun problĂšme et qui se tort de douleurs en entendant l’infime grĂ©sillement d’un tĂ©lĂ©viseur… Je pense que c’est d’autre chose que de l’hyperacousie qu’il souffre.”

      La mysophonie comme tu dis par exemple.

  21. et derniĂšre remarque, j’ai lu quelque part dans ces commentaires que “l’hyperacousie n’est pas stable car ca se passe au niveau du cerveau et que ce qui est dans le cerveau n’est pas gravĂ© dans le marbre” …. J’aimerais objecter que beaucoup de maladies neurologiques sont sans retour possible…..

    1. S’il y a eu une lĂ©sion organique au niveau du cerveau certainement. Et les maladies de ce genre ne manquent pas.

      Tu ne penses certainement pas qu’un traumatisme sonore peut entraĂźner une lĂ©sion organique dans le cerveau (c’est envisageable mais cela ne doit pas reprĂ©senter plus de 0,000001% des cas).

      En fait, il faut que tu reprennes la dĂ©finition d’un traumatisme auditif. A la base, c’est un choc, une destruction d’Ă©lĂ©ments physiques (cellules ciliĂ©es, plus rarement nerf auditif, parfois le tympan) situĂ©s dans l’oreille.

      Il faut donc le comparer Ă  ce qui est comparable. Ce n’est pas une maladie. Cela s’apparente Ă  une douleur fantĂŽme. On coupe un bras Ă  quelqu’un, il ne sentira rien ou, pas de chance, il va avoir mal Ă  ce bras manquant. Reste que cette douleur fantĂŽme est rĂ©versible. Cela peut ĂȘtre extrĂȘmement difficile, mais le retour n’est pas impossible !

  22. Je voudrais une prĂ©cision lexicale : je ressens une gĂȘne auditive rĂ©elle -des bourdonnements / grĂ©sillements fort dĂ©sagrĂ©ables- lorsque j’entends certains sons – (ex: passage de moto dans la rue, mĂ©tro) C’est donc j’imagine que mon seuil de tolĂ©rance sonore a rĂ©ellement baissĂ©. Par contre ma perception des bruits n’est pas amplifiĂ©e ou dĂ©formĂ©e : je perçois les sons Ă  leur niveau “normal”. Peut-on parler nĂ©anmoins d’hyperacousie ? J’imagine que oui ! Qu’en pensez-vous ?

  23. Non l’ORL qui m’a affirmĂ© que c’Ă©tait de l’hyper n’a pas fait de test hormis l’audiogramme. Ce test de “tolĂ©rance” au bruit porte-t-il un nom prĂ©cis ? Peut-on le demander Ă  n’importe quel ORL ou faut-il aller dans un centre spĂ©cialisĂ© Ă  Paris ou ailleurs ?

    1. Oui il porte un nom mais lĂ  tout de suite celui-ci m’Ă©chappe… N’importe quel ORL je ne sais pas mais la plupart doivent ĂȘtre Ă©quipĂ©s pour… C’est un test assez basique en fait. Contrairement Ă  ce que la page Wikipedia affirme, il existe bien un test, mĂȘme s’il ne permet pas effectivement de dire que telle ou telle hyperacousie est plus grave qu’une autre.
      Mais bon, le dernier ORL que j’ai vu il y a quelques mois – le prĂ©cĂ©dent c’Ă©tait deux ans plus tĂŽt – m’a fait un audiogramme trĂšs rapide dans une piĂšce mĂȘme pas insonorisĂ©e… C’Ă©tait donc forcĂ©ment TRES approximatif. Il en a conclu que mon audition Ă©tait excellente et que par consĂ©quent mes acouphĂšnes et mon hyperacousie ne sont pas liĂ©s Ă  l’oreille. J’ai prĂ©fĂ©rĂ© ne rien dire, sinon j’aurais Ă©tĂ© grossier 😉

      Au tout dĂ©but de mon hyperacousie j’Ă©tais mesurĂ© nettement au-dessus de 0dB sur plusieurs frĂ©quences – ce qui n’Ă©tait pas le cas avant l’hyper – donc l’audiogramme peut ĂȘtre un signe, certes. Mais il ne permet pas Ă  lui seul de conclure.

        1. Ah non pas du tout ! Je n’ai jamais dit ça… AprĂšs tout ce temps passĂ© Ă  discuter… Je dois vraiment mal m’expliquer alors 😉 Je rĂ©essaie.

          Je dis que l’oreille n’explique pas tout. Je dis que tout ramener au psy est aussi stupide que nier le rĂŽle du psy (au sens large). Je dis – ce n’est que mon avis – que tous acouphĂšnes et hyperacousie dĂ©coulent d’une atteinte organique de l’oreille et/ou du nerf auditif. Je dis qu’affirmer “votre oreille n’a rien” au motif qu’un audiogramme est normal, lorsque l’on sait Ă  quel point ce type d’examens est approximatif et limitĂ©, c’est idiot, crĂ©tin, stupide quoi 😉
          Je dis que mĂȘme si on te coupe un bras Ă  la tronçonneuse et que tu souffres naturellement atrocement, ton cerveau a “thĂ©oriquement” la possibilitĂ© de faire en sorte que tu ne sentes peu de temps aprĂšs plus aucune douleur liĂ©e Ă  cette zone. Donc, sur le papier, le rĂŽle du cerveau est effectivement prĂ©pondĂ©rant.

          Ai-je Ă©tĂ© plus clair ? 🙂

          1. en fait tu dis qu’il y a eu atteinte de l’organe le jour du traumatisme (genre concert), mais pas ensuite (genre, coup de klaxon, tolĂ©rĂ© par une personne normale) c’est ca?

  24. Oui peut-ĂȘtre faut-il aller dans des centres spĂ©cialisĂ©s – comme l’IMERTA Ă  Marseille- pour avoir des tests plus sophistiquĂ©s ! J’ai entendu aussi parler sur divers forums de la rue FalguiĂšre et de l’hĂŽpital Pompidou Ă  Paris.

    Quant aux “acouphĂšnes et hyperacousie pas liĂ©s Ă  l’oreille”, l’ORL voulait probablement dire : “c’est psychologique” ou “c’est de la dĂ©pression”, ce qu’on dit pour clore le dĂ©bat … quand on n’en sait rien et qu’on n’ose pas le dire au patient.

  25. Laurent Matignon,

    Tu te trompes. Un type qui peut aller en concert sans bouchons est tout sauf hyperacousique. Il “souffre” d’autre chose: une gĂšne trĂšs bĂ©nigne d’ailleurs.Rodrigue n’est pas aucunement handicapĂ© , il est juste gĂ©nĂ© par un bruit qui n’existe plus ( le grĂ©sillement des tĂ©lĂ©viseurs cathodique). A part toi et tes habituels raisonnements Ă  dormir debout, , laurent Matignon, tout le monde est d’accord pour dire que Nico est infiniment plus handicapĂ© que Rodrigue.

    AprÚs tu es libre de pondre tes vérités avec des raisonnements genre:
    – il y a une multitude de type d’hyperacousie; ce qui est vrai mais de lĂ  Ă  exploiter cette information pour dire qu’on peut ĂȘtre hyperacousique et aller en concert … A part Laurent Matignon ou les ORL de Pompidou (curieuse convergence…) pas grand monde ne ferait preuve d’une telle mauvaise foi.
    – l’intensitĂ© « brute » d’un son n’est qu’un paramĂštre parmi beaucoup d’autres sur la courbe subjective du vĂ©cu sonore personnel propre Ă  l’individualitĂ© ressentie par le sujet telle qu’il la perçoit au moyen de ses rĂ©cepteurs sensoriels Ă  un instant X de la subjectivitĂ© analytique de sa propre expĂ©rience.

    Gardons-nous de la mauvaise foi facile, apanage des faibles d’esprit malhonnĂȘtes et faisons preuve d’originalitĂ© en raisonnant HONNÊTEMENT (caractĂ©ristique rare sur internet quand il s’agit de parler d’acouphĂšnes et d’hyperacousie)
    1) La mĂ©decine actuelle ne sait pas guĂ©rir les acouphĂšnes et l’hyperacousie.

    2) Face à cela, des déluges de mensonges, de faux témoignages, de fausses informations sont déversés sur le net afin de cacher cette impuissance de la médecine.

    3) Rodrigue est connu. L’hĂŽpital Pompidou fait appelle Ă  lui Ă  chaque fois qu’ils ont besoin
    – d’accrĂ©diter leur mensonges:
    Exemple:
    la TCC pou la TRT guĂ©rissent l’hyperacousie trĂšs bien.

    – ou de discrĂ©diter des vĂ©ritĂ©s:
    l’hyperacousie ĂȘtre sensible Ă  certains bruits ( clefs; couverts) et ÉVIDEMMENT ĂȘtre dans l’impossibilitĂ© d’aller en concert.

    AprĂšs avec des pseudo-arguments comme:
    – ça n’a pas Ă©tĂ© prouvĂ©
    – il y a un tas d’autres facteurs
    – rien n’est gravĂ© dans le marbre
    – c’est plus compliquĂ© que ça
    – il y a une croyance de fond dont il faut se dĂ©partir
    – ce postulat n’a pas Ă©tĂ© dĂ©montrĂ©
    – il faut sortir de ce raisonnement binaire
    – etc
    On peut absolument tout nier et tout accrĂ©diter. Et tu ne t’en prive pas. C’est ton droit.
    C’est le genre de phrase-mauvaise foi que l’on utilise pour faire passer le message: “je suis plus malin que toi”.
    A ceux qui me lisent, notez bien ces phrases, quand vous ĂȘtes en difficultĂ© ou que vous voulez accrĂ©diter votre mensonge ces phrases sont trĂšs efficaces.

    4) Ce tĂ©moignage bidon de Rodrigue est destinĂ© Ă  faire croire Ă  l’opinion publique que l’hyperacousie c’est bĂ©nin. La derniĂšre trouvaille de la propagande ORL destine Ă  cacher l’impuissance des ORL est de dire que l’hyperacousie c’est ĂȘtre sensible Ă  certains bruit (clefs ,couverts) et pouvoir aller en concert sans problĂšme. Selon eux, ceux qui ne peuvent pas aller en concert souffrent d’autre chose que d’hyperacousie …
    C’est , comme d’habitude une façon de brouiller les pistes et cacher l’impuissance de la mĂ©decine et la gravitĂ© des acouphĂšnes et de l’hyperacousie.

    5) Et Laurent Matignon en met une couche supplémentaire en sortant ses habituels raisonnements à dormir debout. Ainsi selon lui:

    – Rodrigue (qui va en concert sans problĂšmes) souffre autant que Nico (qui ne peut mĂȘme plus sortir de chez lui) mais n’affrontent pas la douleur de la mĂȘme façon. Du grand Laurent Matignon.

    – Rodrigue conseille aux hyperacousiques d’aller en concert SANS METTRE de BOUCHONS dans les oreilles sinon il l’aurait Ă©videmment prĂ©cisĂ©. Selon Laurent Matignon Rodrigue a vpoulu dire AVEC BOUCHONS mais ne l’a pas prĂ©cisĂ©… Du grand Laurent Matignon.

    – Selon Matignon, on peut parfaitement se tordre de douleurs en entendant un trousseau de clefs et n’avoir aucun problĂšme en assistant Ă  un concert. Ca en dit long sur la crĂ©dibilitĂ© qu’on peut lui accorder. Il adore la mauvaise foi provocatrice et va encore pondre doctement du ” c’est pas graver dans le marbre” ; “il faut sortir de la logique binaire”, etc…

    6) Pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris Laurent Matignon raffole de la mauvaise foi provocatrice et ne lĂ©sine sur aucun bobard.
    J’en veux pour preuve l’anecdote suivante.

    Laurent tu va t’en rappeler et me le confirmer.

    Laurent Matignon est un peu raciste et ne s’en cache pas. Sur le site France acouphĂšne il a racontĂ© la scĂšne suivante:

    Laurent Matignon Ă©tait dans le mĂ©tro pas loin de lui, il y avait une dizaines d’arabe et de noirs style ” rappeurs banlieu zy-va”. Ils ont tenu des propos dĂ©sobligeant Ă  l’Ă©gard de Monsieur matignon. Monsieur Matignon est allĂ© les voir et leur a dit “il y a un problĂšme? Aller dĂ©gagez!” Et ils sont tous partis la queue entre les jambes ridiculisĂ©s par Laurent Matignon.

    C’est lĂ  que j’ai compris que Laurent Matignon Ă©tait un gros menteur. Et que je ne suis absolumpent pqs Ă©tonn de le voir tenir des propos Ă  dormir debout sur les acouphĂšnes et l’hyperacousie.

    7) Matignon est un menteur certes mais lĂ  n’est pas le problĂšme. Ce qu’il est intĂ©ressant de savoir c’est quel est lebut de ses mensonges. Une chose est sĂ»r ses mensonges vont toujours dans le mĂȘme sens que les mensongees de la clique d’ORL de l’hĂŽpital Pompidou.

    1. Bon alex35, bien Ă  l’abri derriĂšre ton Ă©cran et ton pseudo, j’avais dĂ©jĂ  remarquĂ© chez toi un certain penchant pour les thĂ©ories du complot – Ă  mon avis tu es Ă  fond derriĂšre DieudonnĂ© en ce moment non ? – mais lĂ  tu fais fort. J’essaierai de prendre le temps de te rĂ©pondre en dĂ©tail dans les jours qui viennent, si j’ai du temps Ă  perdre.
      En attendant, tu vas te calmer et adopter un minimum de rĂšgles de politesse, on n’est pas au PMU en train de jouer au Rapido lĂ . Je suis infiniment attachĂ© Ă  la libertĂ© d’expression, cela ne veut pas dire que l’on peut venir faire caca devant ma porte.
      A bon entendeur.

    2. Allez, va, ce matin j’ai un peu de temps Ă  perdre. J’ai bien conscience que t’expliquer certaines choses ne servira Ă  rien mais il faut bien nettoyer aprĂšs ton passage.

      La vĂ©ritĂ© c’est que tu fais partie de ces quelques pleureuses qui traĂźnent depuis des annĂ©es sur les sites et forums qui parlent d’acouphĂšnes et d’hyperacousie et qui sont persuadĂ©es que leur cas personnel est le pire de tous. Par extension, tout ce qui se rapproche au maximum de ton cas a droit Ă  ta compassion et tout le reste rĂ©colte ton mĂ©pris, ta jalousie ou ta haine (“ouuiiiin c’est horrible, on a la pire situation du monde et les autres y parlent alors qu’y sont mĂȘme pas malades, ils ont rien du tout, je suis indignĂ©”).

      Je peux parfaitement comprendre que tu souffres Ă©normĂ©ment, d’oĂč certainement la violence des tes Ă©ructations, mais toi es-tu capable de comprendre que le monde ne s’arrĂȘte pas Ă  la pĂ©riphĂ©rie de ton petit crĂąne ?

      Si demain tu te chopes une gastro et que tu croises un type qui a un ulcĂšre de l’estomac carabinĂ© depuis des annĂ©es, tu vas de toute Ă©vidence lui dire que ton cas est bien pire que le sien parce que toi tu ne peux rien avaler, alors que lui tu viens de le voir manger un morceau, ce qui prouve bien qu’il a peut-ĂȘtre un petit problĂšme, mais certainement rien de comparable avec le truc terrible dont tu souffres. Je ne peux pas te garantir qu’il aura la patience que j’ai pour te rĂ©pondre prĂ©cisĂ©ment, en revanche je peux t’assurer qu’il sera surpris que tu ne comprennes pas.

      C’est vrai ceci dit que tu n’es pas le seul Ă  rencontrer quelques difficultĂ©s de cet ordre, mais heureusement l’immense majoritĂ© des acouphĂ©niques et hyperacousiques est tout Ă  fait capable de comprendre qu’il y a une infinitĂ© “variĂ©tĂ©s” de cas, que la science ne comprend encore Ă  peu prĂšs rien aux mĂ©canismes qui sont en jeu et que quand un malade dĂ©crit certains symptĂŽmes dont il souffre la premiĂšre rĂ©action ne doit pas ĂȘtre de dire “c’est un malade imaginaire”. Or c’est prĂ©cisĂ©ment ce que tu fais.

      Lorsque j’ai subi mon traumatisme, une des premiĂšres personnes que j’ai rencontrĂ©es Ă©tait tout comme moi un passionnĂ© de musique et frĂ©quentait beaucoup de salles de concert. Pour l’anecdote, il avait subi son traumatisme dans une petite salle de concert parisienne, “La boule noire”, lors d’un concert du groupe “And You Will Know Us by the Trail of Dead”. Son cas prĂ©sentait naturellement quelques diffĂ©rences avec le mien, mais il a dans un premier temps lui aussi souffert d’hyperacousie sĂ©vĂšre.

      Mais trĂšs vite, comme la musique Ă©tait “vitale” pour lui, c’est-Ă -dire qu’il n’envisageait pas de vivre sans musique, il a voulu tenter de retourner en concert. Bien protĂ©gĂ©, naturellement. Ça a Ă©tĂ© trĂšs dur et douloureux, mais il a si l’on peut dire mis en balance cette souffrance et son amour de la musique.

      Dans le mĂȘme temps, chez lui, il portait systĂ©matiquement des bouchons pour passer l’aspirateur. Crois-tu vraiment, gros malin que tu es, qu’un aspirateur crache plus de dĂ©cibels qu’un concert de rock ? Il portait mĂȘme des bouchons pour laver et ranger la vaisselle. Parce que mĂȘme si, mon pauvre petit, ton cas est le pire du monde, tous les hyperacousiques savent bien que les “sons de vaisselle” sont parmi les plus douloureux qui soient au quotidien, donc tu dois le savoir aussi, je me trompe ?

      Ou alors dois-je faire comme toi et considĂ©rer, si tu n’es pas d’accord avec ce point qui est dĂ©crit par la quasi-totalitĂ© des hyperacousiques, que tu es un “imposteur”, que tu ne souffres aucunement d’hyperacousie mais d’autre chose, une “petite gĂȘne bĂ©nigne” ?

      Quelques temps plus tard – quelques mois, mĂȘme peut-ĂȘtre quelques annĂ©es -, il a assistĂ© Ă  quelques concerts pas trop nerveux dans de toutes petites salles – tu sais, les endroits que l’on nomme les “cafĂ©s concerts” -, sans bouchons, ou plutĂŽt avec les bouchons dans les poches. Pourtant Ă  cette pĂ©riode il portait toujours des bouchons pour passer l’aspirateur. A noter qu’il a fait une dĂ©pression Ă  cause de toute cela etc.

      Avec ton intelligence supĂ©rieure, toi qui sais tout mieux que tout le monde, j’imagine que tu vas en conclure qu’il souffrait d'”autre chose”, d’une “gĂȘne trĂšs bĂ©nigne” mais qu’il n’Ă©tait pas hyperacousique. S’il Ă©tait en face de toi, je pense qu’il apprĂ©cierait.

      Tu te comportes prĂ©cisĂ©ment comme les ORL que tu “dĂ©nonces” et tu n’es mĂȘme pas assez futĂ© pour t’en rendre compte.

      Ou tu vas affirmer que je mens, naturellement. Pour les adeptes des thĂ©ories du complot, le plus efficace reste d’Ă©carter purement et simplement toutes les donnĂ©es qui ne cadrent pas avec leur dĂ©lire.

      Pour ce qui est de tes autres Ă©lucubrations…

      – Je ne vais pas me relancer lĂ  tout de suite dans des explications sur les problĂ©matiques de l’acoustique, libre Ă  toi de rester dans ton raisonnement simpliste. Les autres personnes sont capables de comprendre qu’en matiĂšre de tempĂ©rature on n’a pas le mĂȘme ressenti lorsqu’il fait 15 degrĂ©s selon qu’il y a du vent ou non, ou encore selon le degrĂ© d’humiditĂ© dans l’air. En matiĂšre de risque auditif, c’est la mĂȘme chose.

      Ce qui est le plus surprenant ce n’est pas ton ignorance crasse sur la question aprĂšs plusieurs annĂ©es d’hyperacousie, c’est le fait que tu persistes Ă  ne pas rĂ©flĂ©chir et te renseigner un minimum aprĂšs tout ce temps. Etant parmi les premiers concernĂ©s, tu devrais avoir envie de creuser la question, or avec internet et Google ce doit ĂȘtre Ă  ta portĂ©e, alors pourquoi rester vautrĂ© dans l’inculture la plus totale ?

      1) “La mĂ©decine actuelle ne sait pas guĂ©rir les acouphĂšnes et l’hyperacousie.” :
      Effectivement et Ă©videmment. Si tu penses m’avoir vu affirmer le contraire un jour, il vaudrait mieux pour toi que tu arrĂȘtes la fumette.

      D’ailleurs, sur la page Facebook d’Oreille malade, j’ai choisi en image d’illustration une citation de Charles Liberman. Comme je sens bien que tu es trĂšs paresseux, je vais t’Ă©pargner un clic :

      “We really don’t understand tinnitus and hyperacusis at all. We are so far from understanding that’s it’s not productive to make anybody think there’s an answer”

      (J’espĂšre que tu comprends l’anglais un peu mieux que le français, sinon on n’est pas sorti de l’auberge)

      Mais toi tu es plus malin et cultivé que Charles Liberman, donc tu as plein de réponses. Tu devrais prendre contact avec lui, il va te demander en mariage.

      2) “Face Ă  cela, des dĂ©luges de mensonges, de faux tĂ©moignages, de fausses informations sont dĂ©versĂ©s sur le net afin de cacher cette impuissance de la mĂ©decine.” :
      T’es trop fort, on te la fait pas Ă  toi, aucun homme n’a jamais marchĂ© sur la lune, Elvis est vivant et les tours du World Trade Center ont Ă©tĂ© dĂ©truites Ă  l’explosif par les Juifs et les AmĂ©ricains.

      3) “Rodrigue est connu. L’hĂŽpital Pompidou fait appelle Ă  lui Ă  chaque fois qu’ils ont besoin
      – d’accrĂ©diter leur mensonges blablabla” :
      Rodrigue, collabo ! Tu seras tondu à la libération !

      Au passage, si Rodrigue dit que “la TCC ou la TRT guĂ©rissent l’hyperacousie trĂšs bien”, ce dont je ne suis pas sĂ»r, en tout cas je ne sais pas si ce sont ses mots exacts et le fond de sa pensĂ©e, personnellement j’ai toujours dit que la TCC et la TRT n’ont rien pu pour moi. La diffĂ©rence entre toi et moi encore une fois, jeune Padawan, c’est que je ne prends pas mon cas personnel pour une vĂ©ritĂ© absolue.

      Sur ce sujet de la TCC et de la TRT, je le redis pour la Ă©niĂšme fois, pour moi ce n’est qu’un pis-aller en attendant de vĂ©ritables traitements, mais il est incontestable que chez certaines personnes elles ont eu un effet important.

      Par exemple, l’auteur de “Tortured by sound” a de toute Ă©vidence Ă©tĂ© soignĂ©e par la TRT, qui l’a totalement guĂ©rie de son hyperacousie sĂ©vĂšre – lis ce bouquin, tu vas aimer, elle ne pouvait pas sortir de chez elle. Elle a souffert pendant quatre ans, aujourd’hui elle n’a plus que de trĂšs lĂ©gers acouphĂšnes. La TRT l’a sauvĂ©e. Elle le dit. D’autres personnes le disent.

      Tu devrais lĂ  encore faire une effort de recherche, aller consulter un peu des forums anglo-saxons par exemple.

      En revanche je pense que pour l’immense majoritĂ© des cas, en tout cas des “cas graves”, la TCC et la TRT ne donnent que peu voire pas du tout de rĂ©sultat. C’est mon avis, rien que mon avis. Eux affirment le contraire et c’est bien normal. Ils dĂ©fendent leur chapelle.

      Mais au moins ils essaient d’aider les acouphĂ©niques et les hyperacousiques, contrairement Ă  des guignols comme toi dont les crachas permanents aux quatre coins du web ne font que contribuer Ă  nous faire passer pour des personnes qui souffrent de troubles psy. Autant dire qu’avec une telle attitude nous ne sommes pas prĂšs de voir un traitement arriver, bravo et merci Ă  toi.

      Tu dis que je prĂ©tends ĂȘtre “plus malin” mais en fait c’est prĂ©cisĂ©ment ton comportement, pas le mien. Tu dĂ©blatĂšres des choses qui vont Ă  l’encontre de ce que disent Ă  peu prĂšs toutes les personnes qui connaissent un tant soit peu le sujet. Tu sais tout mieux que tout le monde. Du coup, ta seule issue est d’en conclure que tous les autres font partie d’un gigantesque complot, et que nous mentons Ă  longueur de temps pour servir ce complot. Je ne suis pas franc-maçon, grand.

      4) “Faire croire Ă  l’opinion publique… propagande…”
      Le complot, le complot…

      5) Le complot, toujours et encore…

      Je rappelle tout de mĂȘme que je ne suis pas Rodrigue, je ne connais pas Rodrigue, je ne sais pas ce qu’il pense etc.

      Pour ma part, je conseille trĂšs fortement, comme je l’ai toujours fait, de mettre des bouchons pour aller en concert. Que l’on soit hyperacousique, acouphĂ©nique ou pas.

      6) Tu touches le fond, tu me fais sincĂšrement de la peine lĂ … Tu parles de mensonges, de bobards, mais tu viens de prouver en quelques mots qu’en la matiĂšre tu es le maĂźtre. Darwin Awards, bonjour.

      Le message dont tu parles n’est pas sur le site France-AcouphĂšnes mais ici-mĂȘme, il date de 2007 et chacun pourra se faire sa propre opinion pour constater la diffĂ©rence entre ce que j’ai racontĂ© et ce que tu en as compris :
      Journée de merde

      Au vu de ce dernier point je pense que tu as, comme je le supposais dĂ©jĂ , un sĂ©rieux problĂšme de comprĂ©hension du français, mĂȘme le plus Ă©lĂ©mentaire, ce qui peut sans doute expliquer au moins en partie le monde dans lequel tu vis et ton sentiment de persĂ©cution permanent. Mais y a-t-il un traitement pour ça ?

      7) Le complot, le complot…
      Fascinant, comme dirait Spock.

  26. Des docteurs impuissants qui font tout pour cacher leur impuissance ce n’est pas un complot c’est un classique.

    J’aimerais que tu me dise Laurent Matignon si comme les ORL de Pompidou du penses que les acouphĂšnes c’est psy et l’hyperacousie c’est psy.

    Ils reconnaissent que les acouphĂšnes existent mais que leur intensitĂ© est de 2 db et qu’ils sont donc quasi-inaudibles. C’est le patient qui en raison de ses problĂšmes psychologiques, amplifie l’intensitĂ© des acouphĂšnes.

    En consultant un psychologue , meilleur spĂ©cialiste de la TCC (entretiens et relaxation), les patients gurissent dans l’immense majoritĂ© des cas.

    Crois-tu ces mensonges (appelĂ©s “informations”) de certains ORL ?

    A titre indicatif, certain des ORL que j’ai consultĂ© ainsi que des gĂ©nĂ©ralistes m’ont carrĂ©ment dit ouvertement que c’Ă©tait des mensonges. Certain ont le courage d’assumer l’impuissance de la mĂ©decine; d’autres prĂ©fĂšrent se lover Ă©goĂŻstement et lĂąchement dans le mensonge.

    1. Si tu m’avais rĂ©ellement lu, tu connaĂźtrais dĂ©jĂ  la rĂ©ponse. Je pense qu’il y a une composante psy. Comme dans toute “maladie”. Ni plus, ni moins. Un cancĂ©reux qui est en dĂ©pression a beaucoup moins de chance de s’en sortir qu’un cancĂ©reux lambda, qui lui mĂȘme a beaucoup moins de chance de s’en sortir qu’un cancĂ©reux qui est super heureux / optimiste / dĂ©tendu etc. On n’en conclut pas pour autant que le cancer est psy.

      2dB, non, j’ai plutĂŽt entendu parler de 10dB max, mais sur le fond ça ne change pas ta question. Les miens ont d’ailleurs Ă©tĂ© mesurĂ©s Ă  l’Ă©poque comme Ă©tant “au maximum possible”. Je pense que cette affirmation n’a aucune sens, car on peut entendre des acouphĂšnes plus forts qu’une machine Ă  laver en plein essorage. Ils veulent parler du signal dĂ©fectueux d’origine, qui se retrouve amplifiĂ© par le cerveau – ça c’est une certitude, c’est le cerveau qui traite les sons, j’espĂšre que tu ne remets pas cela en cause. Mais le fait est qu’on peut entendre des sifflements trĂšs forts, donc qui n’ont rien Ă  voir avec du 2, 10 ou mĂȘme 30 dB.

      Pour la question de l’ “immense majoritĂ©”, je t’ai rĂ©pondu un peu plus haut. Ils dĂ©fendent leur paroisse. Je pense que c’est une minoritĂ© en rĂ©alitĂ©, voire une petite minoritĂ©. C’est ce que ces 11 ans me laissent penser, en Ă©coutant, regardant autour de moi. Mais j’ai peut-ĂȘtre tort. Auquel cas j’attends qu’on me le prouve 🙂

      Il faut que tu admettes que les mĂ©decins sont des gens comme tous les autres. Plus ou moins intelligents, plus ou moins ouverts d’esprit, etc. IL y a de tout. Aucun ne dĂ©tient la VĂ©ritĂ© Absolue. Et encore moins sur ce sujet !

      Par exemple, ça va peut-ĂȘtre t’intĂ©resser de lire ça :
      Surdouance et acouphĂšnes / hyperacousie

      1. Sur ce point on est bien d’accord. Le facteur psy est un facteur (plutĂŽt qu’une composante) mais aucunement la cause des acouphĂšnes et de l’hypercousie.

        Chez toute personne malade, le facteur psy joue. Il est donc important de ne pas donner de faux espoirs aux acouphéniques/hyperacousiques en leur faisant croire que TCC et TRT guérissent la grande majorité des acouphÚnes et des hyperacousiques.

        Les faux espoirs sont trĂšs Ă©prouvants psychologiquement.

        De plus les malades vont croire qu’en ne guĂ©rissant pas ils font partie de la minuscule majoritĂ© des malchanceux chez qui TRT et TCC ne fonctionne pas. Alors qu’ils faut les rassurer en leur disant que des millions de gens sont comme eux. Et que la science et la recherche vont donc sĂ©rieusement se pencher sur leur pathologie. Et qu’il ne sont pas des cas , des malchanceux.

        Le discours des ORL de Pompidou est trÚs violent et trÚs nocif pour les acouphniques hyperacousiques.En voulant défendre égoïstement leur chapelle, ces ORL aggravent fortement la situation des acouphéniques hyperacousiques.

        1. Tu as parfaitement raison en ce qui concerne les “faux espoirs”. Mais c’est tout aussi nocif de mentir aux acouphĂ©niques et aux hyperacousiques en leur disant que la TCC et la TRT n’ont jamais guĂ©ri personne – lĂ  il y a bien mensonge puis les faits sont lĂ , les cas de guĂ©rison existent bien.

          Pour que la recherche se penche sur notre cas, il faudrait commencer par cesser de faire la guerre aux mĂ©decins et aux associations, au motif qu’ils ne tiennent pas le discours exact que l’on souhaite. C’est Ă  nous de montrer que nous sommes extrĂȘmement nombreux Ă  ne pas ĂȘtre guĂ©ris ni mĂȘme soulagĂ©s un tant soit peu par la TCC, la TRT ou autres thĂ©rapies (acupuncture, magnĂ©tisme, ce que tu veux). Mais ça ne marchera pas si on ment en disant que les cas de guĂ©rison n’existent pas. Ce que tu fais, pas moi.

          Par ailleurs, tout ne tombe pas tout cuit du ciel. Sans mobilisation, pas de traitement. Mais pour trouver des gars comme toi qui critiquent et insultent, lĂ  y a du monde. Lorsqu’il s’agit d’ĂȘtre constructif, y a plus personne ou presque.

          Vu de l’extĂ©rieur, l’image que ça donne c’est que les acouphĂ©niques et hyperacousiques ont beaucoup d’agressivitĂ© refoulĂ©e en eux. Ça ne fait donc que renforcer ceux qui disent que tout ça n’est qu’un problĂšme psy.

          En voulant défendre égoïstement ta chapelle, tu aggraves fortement la situation des acouphéniques hyperacousiques.

      2. on ne fait pas de concours Ă  celui qui souffre le plus… on dit que crier sur tous les toits que “des hyperacousiques peuvent aller en concert” cela nuit Ă  notre image, et que c’en est trĂšs trĂšs trĂšs choquant, car la plupart ne le peuvent pas….

        qu’as tu pensĂ© de Dominique Bertinotti qui dit qu’ “on peut avoir un cancer et une vie au travail”
        qu’as tu pensĂ© de Rachida Datti qui a repris ses fonctions le jour mĂȘme de sa sortie de clinique aprĂšs sa grossesse
        quelle image cela renvoie_ des autres femmes dans ces cas_ qui, elles, n’ont pas le choix ?

        Souviens toi, cela a crĂ©Ă© un tollĂ©, on s’est insurgĂ©, Ă  juste titre.
        on a la mĂȘme logique

        Proposer une TCC pour l’hyperacousie, ce n’est pas aider le malade. Les TCC sont utilisĂ©es pour les phobies. Dire que l’hyperacousie se soignerait par la TCC voudrait dire que l’hyperacousie est une phobie. Et donc que cette maladie n’existerait pas.

        1. PremiĂšre question : C’est qui “on” ?

          Pour le reste :

          Pour ne pas nuire Ă  l’image, il faut donc mentir ? Et dire aux “nouveaux hyperacousiques” qu’aucun d’entre eux n’ira jamais mieux ? Personnellement c’est cela que je trouve trĂšs choquant.

          J’en pense que c’est l’avis de Dominique Bertinotti, et que cela n’engage qu’elle. J’en pense que c’est le choix de Rachida Dati, et que cela n’engage qu’elle. On ne peut pas dĂ©cider de sa vie et de ses actes uniquement en fonction de l’image que cela renvoie. Ce serait inhumain.

          Proposer une TCC, Ă  dĂ©faut d’autre chose, pourquoi pas. Il appartient ensuite Ă  nous tous acouphĂ©niques et hyperacousiques de partager nos expĂ©riences. Sans mentir. Sans dire que cela n’a jamais eu le moindre rĂ©sultat pour personne. Sans dire pour autant que c’est une solution miracle.

          C’est pour cela qu’un site comme Oreille malade existe. C’est Ă  toi, Ă  moi, Ă  tout le monde, de raconter son expĂ©rience. Ton tĂ©moignage Ă©tait d’ailleurs intĂ©ressant, dommage que tu aies demandĂ© Ă  le supprimer. Pour ma part, l’acupuncture n’a rien donnĂ©, je ne t’ai pour autant pas traitĂ© de menteuse et je n’en ai pas conclu que l’acupuncture ne pouvait rien pour personne. C’est comme la TCC, un pis-aller, Ă  dĂ©faut d’un vrai traitement.

          Les TCC ne sont pas utilisĂ©es que pour les phobies. Elles “regroupent un ensemble de traitements des troubles psychiatriques (notamment addictions, psychoses, dĂ©pressions et troubles anxieux) qui partagent une approche selon laquelle la thĂ©rapeutique doit ĂȘtre basĂ©e sur les connaissances issues de la psychologie scientifique”, dixit Wikipedia.

          Ce qui ne signifie pas que si tu perds un bras et que tu subis des douleurs-fantĂŽmes abominables, la TCC ne peut pas t’aider, au motif qu’une perte de bras est “purement organique”. Mais elle ne te rendra pas ton bras, c’est certain.

          1. les TCC sont utilisĂ©es pour les troubles psychiatriques selon ta citation!! On devine le sous entendu de ta citation. Tu penses que l’hyperacousie serait “psychiatrique” ou “psychologique”? C’est ce que les ORL essaient de faire croire Ă  tout le monde, mais ce n’est pas le cas.

            les TCC sont indiquĂ©es par les ORL comme TRAITEMENT Ă  la maladie. Et non comme un soin de support. C’est bien ca qui est dĂ©rangeant.

            “on” je parle des hyperacousiques, bien sĂ»r. Parce que oui, pour trouver une solution, pour se faire reconnaitre, il faut dĂ©jĂ  parler de la meme chose, et se penser comme un groupe.

            Ce n’est pas inhumain de penser aux autres, de penser au groupe entier, ni de rĂ©flĂ©chir en stratĂ©gie avant de diffuser un message, d’avoir une parole unie, qui ne nuise pas aux “plus dĂ©munis”. C’est logique, pour faire reconnaĂźtre notre maladie, de donner une information COHERENTE sur notre maladie.

            Parce que ca n’a aucun sens de dire que l’hyperacousie est vrai handicap, et en meme temps dire qu’on peut tout faire avec. Parce que ca n’a aucun sens de dire que l’hyperacousie, c’est avoir des difficultĂ©s dans le bruit, et en meme temps dire qu’aller en concert ne pose aucun problĂšme.

            Ca ne fait que diviser le groupe, et le condamner Ă  ne jamais avoir aucune lĂ©gitimitĂ©… A qui cela profite de dire cela?? Pas aux hyperacousiques, en tout cas!

            Ca ne donne pas de l’espoir comme tu dis. Diffuser des messages de guĂ©rison, ca, ca donne de l’espoir. Diffuser des messages de gens juste “gĂ©nĂ©s” et sans autre problĂšme dans leur vie que devoir mettre des bouchons en passant l’aspirateur, ca ne fait que culpabiliser les autres, ceux qui galĂšrent beaucoup plus.

          2. et non, les propos de Bertinotti n’engagent pas qu’elle, ils concernent l’ensemble des gens qui ont un cancer et qui travaillent. Je ne demande Ă  personne de mentir, Comme je n’ai jamais dit qu’il fallait dire qu’on ne guĂ©rit jamais! Tu dĂ©formes mes propos…. J’ai dit que c’est insultant d’aller prĂ©senter aux non connaisseurs que l’hyperacousie n’est une “gĂȘne Ă  l’aspirateur qui n’empĂȘche mĂȘme pas d’aller en concert”, surtout dans un contexte ou personne ne veut croire que cette maladie est handicapante!

          3. Ma citation ? La phrase n’est pas de moi, elle est de Wikipedia. D’ailleurs je rappelle que si tu estimes que l’information en question sur Wikipedia est erronĂ©e, tu peux y apporter une modification, c’est la raison d’ĂȘtre de Wikipedia. En outre, il existe un wiki acouphĂšnes, qui n’attend que les bonnes volontĂ©s.

            Sous-entendu ? Quel sous-entendu ? Tu dis que « les TCC sont utilisĂ©es pour les phobies ». Je corrige simplement en rappelant briĂšvement qu’elles ne sont pas censĂ©es traiter que ça. Aucun sous-entendu, juste une correction factuelle.

            Et pour la millioniĂšme fois, non, je ne pense pas que l’hyperacousie est « psychiatrique » ou « psychologique ». Je le dis sans cesse, depuis des annĂ©es. Je l’ai encore dit ici-mĂȘme ce week-end.

            Le terme « traitement » est effectivement trĂšs vague. Pour la millioniĂšme fois, pour moi, la TCC n’est pas un traitement. C’est une aide, une bĂ©quille, un pis-aller, ce qu’on veut, mais pas un traitement. Le fait est qu’il n ‘existe aucun traitement Ă  l’heure actuelle.

            Pour la millioniĂšme fois, si le discours des ORL nous gĂȘne, c’est Ă  nous de raconter notre histoire, notre expĂ©rience, notre analyse.

            J’ai racontĂ© mon expĂ©rience, et j’invite sur ce site depuis des annĂ©es tous les acouphĂ©niques et hyperacousiques Ă  faire de mĂȘme. Ceci dit, il faudrait respecter – je ne dis pas ça pour toi – un minimum de rĂšgles de savoir-vivre. Il ne s’agit notamment pas de tomber dans l’insulte de l’acouphĂ©nique / hyperacousique d’Ă  cĂŽtĂ© qui prend le temps de le faire et de se dĂ©voiler (que ce soit Rodrigue ou n’importe qui d’autre).

            Parce qu’il est hors de question qu’Oreille malade devienne une sorte de « poubelle » du forum de France-AcouphĂšnes. Ce n’est pas parce que je n’ai jamais censurĂ© le moindre message depuis la crĂ©ation de ce site que je ne le ferai pas.

            Tu dis « on », donc tu t’exprimes au nom de tous les hyperacousiques. Tu dis par exemple « on dit que crier sur tous les toits que « des hyperacousiques peuvent aller en concert » cela nuit Ă  notre image », donc tu estimes que tous les hyperacousiques pensent ça. Sauf que la rĂ©alitĂ© est que des hyperacousiques peuvent aller en concert. « Des », pas tous etc. Contrairement Ă  alex35 par exemple, je ne pense pas que mentir serve les hyperacousiques. Nos problĂšmes sont dĂ©jĂ  tellement violents qu’ils se suffisent Ă  eux-mĂȘme. Mentir serait perdre toute crĂ©dibilitĂ©. Et accrĂ©diter la thĂ©orie du « tout psy ».

            Donc tu le vois bien, d’autres points de vue existent. Personnellement je ne me verrais pas m’exprimer au nom de tous les hyperacousiques… Personne n’a je pense de lĂ©gitimitĂ© pour « incarner » un si grand nombre de personnes et de cas si diffĂ©rents…

            Je ne pense pas d’ailleurs qu’il faille se penser comme un groupe, ou alors il faut prendre sa carte auprĂšs d’une association de type France-AcouphĂšnes. En admettant dans ce cas d’adopter le point de vue du groupe. J’ai Ă©tĂ© adhĂ©rent, je respecte totalement leur action, car eux au moins font des choses, contrairement Ă  la quasi-totalitĂ© des acouphĂ©niques et hyperacousiques. Mais d’une certaine façon je ne me reconnaissais pas dans le “groupe”.

            Ah mais rĂ©flĂ©chir Ă  une stratĂ©gie, je ne demande que ça. C’est mĂȘme une des raisons d’ĂȘtre d’Oreille malade. Tu as dĂ©posĂ© des idĂ©es ? Tu as commentĂ© celles des autres ? Si non, je t’invite Ă  le faire, car une action collective aura toujours plus de force qu’une action individuelle.

            Une information cohĂ©rente doit d’abord ĂȘtre juste. Or j’explique mon cas, qui Ă©tait objectivement parmi les cas graves, on me dit que je suis un menteur. Rodrigue explique son cas, on dit qu’il n’est pas malade et il se fait insulter. Et les cas comme ça sont lĂ©gion.

            Ce n’est pas une question de Rodrigue ou de moi, combien de personnes qui ont eu le courage de tĂ©moigner se sont fait cracher dessus, au motif que selon le gars d’Ă  cĂŽtĂ© elles n’Ă©taient pas malades ? Partant de lĂ , c’est trĂšs facile de dĂ©crĂ©ter qu’untel ou untel fait partie des « plus dĂ©munis » lorsqu’on nie la rĂ©alitĂ© de la maladie chez d’autres.

            Tu veux prĂ©tendre qu’aucun hyperacousique n’a jamais pu retourner en concert ? C’est ton droit, et tu peux fabriquer un discours cohĂ©rent avec ça, mais c’est un mensonge. Une information ce n’est pas ça. Ou alors, je le rĂ©pĂšte, il faut fonder une association qui aura pour but de dĂ©fendre un point de vue cohĂ©rent, peu importe les faits et la rĂ©alitĂ©.

            Parce que ca n’a aucun sens de dire que l’hyperacousie est vrai handicap, et en mĂȘme temps dire qu’on peut tout faire avec. Parce que ca n’a aucun sens de dire que l’hyperacousie, c’est avoir des difficultĂ©s dans le bruit, et en mĂȘme temps dire qu’aller en concert ne pose aucun problĂšme.

            Sur la question du handicap, prenons un exemple. Imaginons un hyperacousique qui peut retourner en concert, bien protĂ©gĂ©, mais qui au quotidien souffre de violents et permanents maux de tĂȘte. Il en souffre dĂ©jĂ  dans le silence, et en plus il entend de forts acouphĂšnes. Mais hyperacousie oblige certains sons du quotidien ont tendance Ă  aggraver ses douleurs et ses acouphĂšnes, au point qu’il a souvent envie de se jeter par la fenĂȘtre. Du coup, il ne peut pratiquement plus travailler. Si je te suis, ce n’est pas un handicap ?

            Ça me fait penser Ă  ce mĂ©decin que j’avais entendu Ă  la tĂ©lĂ© il y a quelques mois, qui parlait des arrĂȘts de travail abusifs. Il prenait le cas d’une jeune femme arrĂȘtĂ©e pour dĂ©pression et que des gens avaient surprise alors qu’elle venait de jouer au tennis avec une amie. Sa conclusion ? Elle joue au tennis, elle n’est pas chez elle Ă  se morfondre, c’est donc qu’elle n’est pas en dĂ©pression. Que c’est Ă©triquĂ© et insultant pour le malade…

            Si l’on veut que les ORL nous entendent et nous comprennent, il faudrait commencer par ne pas mentir, comme je l’expliquais, mais aussi par ne pas nier la rĂ©alitĂ© des problĂšmes des acouphĂ©niques et hyperacousiques qui ne viennent pas la mĂȘme situation que nous-mĂȘmes.

            HiĂ©rarchiser les symptĂŽmes ou mener l’inquisition contre ceux qui ne seraient pas de « vrais malades », ça ne m’intĂ©resse pas. Durant ces annĂ©es j’ai dĂ©jĂ  rencontrĂ© tellement de gens qui agressent d’autres malades sur les forums… Ils expliquent qu’eux souffrent rĂ©ellement alors que celui d’Ă  cĂŽtĂ© n’a qu’une simple gĂȘne.

            Et puis en lisant la suite, tu t’aperçois que celui qui se prĂ©tend plus malade n’a aucune douleur dans le silence, par exemple, ou qu’il n’a aucun acouphĂšne. Celui d’Ă  cĂŽtĂ© parvient Ă  sortir de chez lui, mais il a des acouphĂšnes et des douleurs terribles, en permanence, peut-ĂȘtre prĂ©cisĂ©ment parce qu’il sort de chez lui, d’ailleurs. Et il se fait insulter par le premier. On lui dit qu’il n’est pas malade. On lui demande de se taire. De partir.

            La vĂ©ritĂ© est qu’on n’a aucun moyen de savoir ce qu’il en est. Mais une chose est sĂ»re, cela ne fait que contribuer Ă  donner l’images de malades qui souffrent de problĂšmes psy. C’est totalement contre-productif, du pain bĂ©ni pour les tenants du tout psychologique.

            Faisons confiance aux gens. Cessons d’insulter ceux dont on ne comprend pas la maladie et les symptĂŽmes. Cela les fait culpabiliser alors que, peut-ĂȘtre, ils galĂšrent beaucoup plus que nous.

            Pour finir :

            C’est quand mĂȘme fou que je doive me justifier comme ça sans cesse sur le cĂŽtĂ© psy, les TCC TRT and co, et ces derniers temps plusieurs fois par jour, alors mĂȘme que j’ai suivi une TCC qui n’a dans mon cas rien donnĂ©. Qu’est-ce que je prendrais si « malheureusement pour moi » la TCC avait amĂ©liorĂ© mes symptĂŽmes, voire m’avait guĂ©ri !

            D’oĂč vient cette colĂšre voire cette haine envers des personnes, ORL thĂ©rapeutes etc., qui ne parviennent pas Ă  vous aider – et qui n’ont pas rĂ©ussi non plus dans mon cas – , mais qui au moins essaient, contrairement Ă  99,99999% des gens ? Vous vous trompez d’ennemis.

            Je vais essayer dorĂ©navant de ne plus passer mon temps Ă  corriger des propos qui me sont prĂȘtĂ©s. Si dans un message ou un commentaire quelqu’un me dit encore « tu dis que c’est blanc je suis indigné ! » alors que j’ai dit trois lignes au-dessus et dix minutes avant « à mon avis c’est noir », le message en question partira directement Ă  la poubelle.

          4. Alors lorsque je parle mes propos engagent tous les acouphĂ©niques et hyperacousiques ? C’est donc Ă  cette idĂ©e que je dois l’agressivitĂ© dont fait preuve alex35 ? Non, je le rĂ©pĂšte, mes propos n’engagent que moi.

            Si Bertinotti estime que tous les cancĂ©reux doivent travailler, que veux-tu que je te dise… ? Qu’elle est stupide ? Si elle pense rĂ©ellement ça, c’est une Ă©vidence. Mais les gens qui la croient sont tout aussi stupides. C’est donc Ă  des gens moins stupides et/ou cancĂ©reux non pas de chercher Ă  la faire taire mais de s’exprimer pour montrer qu’elle l’est.

            Pour la suite, c’est toi qui comprends que « l’hyperacousie n’est qu’une « gĂȘne Ă  l’aspirateur qui n’empĂȘche mĂȘme pas d’aller en concert »… Ce n’est absolument pas ce qui a Ă©tĂ© dit.

            C’est terriblement insultant pour le type dont j’ai parlĂ© d’ailleurs. Il souffrait terriblement.

            AprĂšs, Ă©videmment, tu as raison, expliquer une situation complexe est toujours plus dĂ©licat que de donner dans la communication pure et le sensationnalisme. Je sens que tu vas te vexer donc je prĂ©cise tout de suite que je veux simplement dire par lĂ  qu’il est effectivement plus « spectaculaire » de prĂ©senter quelqu’un qui vit enfermĂ© chez lui avec un casque anti-bruit et qui a tapissĂ© son logement de protections pour s’isoler du monde extĂ©rieur plutĂŽt qu’un autre qui en apparence a une vie normale, lorsque tu le croises dans la rue, mais a des sifflements et des douleurs Ă  s’exploser la tĂȘte contre un mur, le tout aggravĂ© par le bruit ambiant, et qui se demande s’il va pouvoir tenir longtemps comme cela.

            Mais c’est plus honnĂȘte, donc plus sain, et au final toujours plus productif et constructif.

            Tiens, cela me rappelle le cas d’un hyperacousique qui avait tĂ©moignĂ© Ă  la tĂ©lĂ© il y a quelques annĂ©es de ça. Il y avait eu un sujet sur lui, durant lequel on le voyait se risquer hors de chez lui, et mĂȘme au volant de sa voiture, etc. On pouvait observer ses rĂ©actions en prĂ©sence de « bruits ». Il me semble qu’Ă  un moment par exemple il arrĂȘtait sa voiture et sortait en courant s’abriter.

            En privĂ©, il m’avait expliquĂ© qu’il en avait largement rajoutĂ©, non pas parce que c’Ă©tait un malade imaginaire naturellement, loin de lĂ  vu qu’il Ă©tait hyperacousique sĂ©vĂšre, il avait mĂȘme souffert le martyr pour se rendre sur le plateau de la chaĂźne de tĂ©lĂ©. Mais parce que sa souffrance n’Ă©tait pas assez « tĂ©lĂ©visuelle ». Je crois me souvenir que ce n’est pas l’Ă©quipe de tournage qui lui avait demandĂ© d’en rajouter mais que c’est lui-mĂȘme qui en avait pris l’initiative, peut-ĂȘtre parce que des gens lui avaient dĂ©jĂ  fait remarquer que sa maladie ne se voyait pas (simple hypothĂšse) et donc qu’on ne la comprenait pas.

            ProblĂšme : j’ai fait l’essai de montrer cette vidĂ©o Ă  plusieurs personnes durant les mois qui ont suivi (mĂ©decins et non mĂ©decins), pour faire comprendre ce dont je souffrais moi-mĂȘme. La rĂ©action de la plupart d’entre eux a Ă©tĂ© de l’Ă©tonnement, mais ils ont focalisĂ© sur le cĂŽtĂ© spectaculaire et extrĂȘme des rĂ©actions de cet hyperacousique face au bruit. Il y en a un qui a mĂȘme rigolĂ© (!). Un autre m’a dit quelque chose du genre « cette personne a quand mĂȘme un drĂŽle de rapport Ă  la douleur ».

            Bref, ils Ă©taient presque tous en train de penser que le problĂšme Ă©tait psy. Alors que dans la mĂȘme Ă©mission il expliquait rationnellement certaines choses. Tout a Ă©tĂ© fichu par terre par son idĂ©e qu’il fallait absolument se faire comprendre, plutĂŽt que de se contenter de raconter son expĂ©rience.

          5. Je dĂ©nonce le fait qu’on utilise les TCC parce qu’elles sont destinĂ©es aux phobies, et toi tu me rĂ©ponds que je me trompe (sous entendu que si si c’est justifiable) puisqu’elles sont destinĂ©es Ă  des problĂšmes psy… Normal que je rĂ©agisse! (nimporte qui lit ce truc comprend que tu veux contrer mes propos et donc que tu penses que si si c’est justifiable. si ce n’est pas ce que tu penses, il faudrait que tu t’exprime mieux) En plus, pour info les phobies font partie du champ psychiatrique, donc je ne vois pas l’intĂ©rĂȘt de ta “correction”

            Et ce que tu dis sur la comparaison restaurant bruyant sans bouchons = concert avec bouchons est aberrant. Quiconque (meme sans hyperacousie) qui l’a deja testĂ© sait que ce n’est pas comparable.

            je te trouve gonflé de dire que je ne fais rien pour faire changer les choses.
            En plus, la base de la base c’est dĂ©jĂ  de se mettre d’accord sur ce qu’est l’hyperacousie.

          6. ArrĂȘte de voir des sous-entendus partout s’il te plaĂźt ;-)… Il n’y a aucun sous-entendu, je te l’ai dit. Non, n’importe qui ne comprend pas que je veux contrer tes propos, parce ce n’est pas le cas.

            Il faut simplement penser Ă  toutes les personnes qui tombent sur notre conversation, qui n’ont pas lu toute la page, qui lisent cela en diagonale, qui ignorent jusqu’Ă  l’existence mĂȘme des TCC, et qui cherchent des Ă©lĂ©ments de rĂ©ponse Ă  leurs problĂšmes auditifs. Du coup, quand tu dis que les TCC ne servent qu’Ă  traiter les phobies, c’est une erreur puisque leur champ d’application est plus Ă©tendu. Ce n’est pas une erreur dramatique, mais la correction, ou plutĂŽt la prĂ©cision, est recevable, je ne comprends pas que tu y vois un sous-entendu et que tu prennes ça pour une « attaque ». C’est une prĂ©cision factuelle, rien de plus.

            Ton point sur les restaurants bruyants me surprend. ArrĂȘte s’il te plaĂźt de dire que tout le monde est forcĂ©ment d’accord avec toi, ce que je dis n’est pas dĂ©bile, nous Ă©changeons simplement nos expĂ©riences et nos points de vue.

            Un restaurant bondĂ© est en gĂ©nĂ©ral un cauchemar total pour un hyperacousique, du moins si j’en crois ceux que j’ai rencontrĂ©s sur le net ou « en vrai » et ça paraĂźt logique puisque les bruits de vaisselle sont souvent citĂ©s comme terriblement douloureux, donc quand ils sont multipliĂ©s par 40 ou 50 personnes… En tout cas c’Ă©tait mon cas, mĂȘme dans un restaurant pas trop bruyant c’Ă©tait intenable au dĂ©but, et encore aujourd’hui c’est dur.

            Par ailleurs en terme d’intensitĂ© sonore ma comparaison est tout sauf aberrante. Je viens de chercher rapidement quelques Ă©lĂ©ments de comparaison du volume de sources de bruit.

            De 70 à 80 dB : aspirateur, restaurant bruyant, passage d’un train à 80 km/h

            Un concert autour de 100, si tu enlÚves 20dB (bouchons), si je sais encore compter, ça fait environ 80. Tout sauf aberrant, donc.

            Si tu as l’occasion mesurer l’intensitĂ© sonore dans un restaurant bondĂ© et animĂ©, tu vas ĂȘtre surprise. Personnellement il m’est dĂ©jĂ  arrivĂ© de relever des sons au-dessus de 80dB, mĂȘme si je suis trĂšs trĂšs peu allĂ© au restaurant depuis toutes ces annĂ©es, et que je n’ai pas systĂ©matiquement mesurĂ©, loin de lĂ .

            Au risque de m’entendre encore dire que ce que je raconte c’est n’importe quoi, mais je commence Ă  avoir l’habitude, lorsque mon hyperacousie a commencĂ© Ă  diminuer, c’Ă©tait bien pire pour moi de me trouver dans un restaurant bruyant sans bouchon que d’assister Ă  un concert « relativement calme » avec des bouchons. Ce qui ne veut pas dire que je sais expliquer dans le dĂ©tail et avec certitude pourquoi c’Ă©tait le cas. Je constate, c’est tout.

            GonflĂ©, non, ce n’Ă©tait pas une attaque, c’Ă©tait simplement un rappel sur le fait que tout est en place sur ce site – plus que sur n’importe quel autre sur le sujet en France – pour mettre en place des actions. Donc je veux bien qu’on me dise « il faut se mobiliser », ce qu’on me dit extrĂȘmement souvent, mais il faut s’attendre Ă  ce que je rĂ©ponse « ok, tout est prĂȘt pour le faire », c’est logique il me semble… Maintenant si tu considĂšres qu’il faut ĂȘtre 100% d’accord sur ce qu’est l’hyperacousie avant de faire quoique ce soit, alors mĂȘme que les plus grands spĂ©cialistes sur le sujet reconnaissent – en tout cas ceux qui sont restĂ©s ouverts d’esprit – qu’ils n’y connaissent et comprennent pour ainsi dire encore aujourd’hui Ă  peu prĂšs rien…

          7. tu dis que tu es contre l’idĂ©e d’associer phobie Ă  hyperacousie, mais toi-mĂȘme tu me l’as demandĂ© si j’Ă©tais phobique, un jour que je t’expliquais justement que j’avais pas fait assez attention (autrement dit oĂč je n’avais pas eu assez “peur”) et que mon Ă©tat s’Ă©tat s’Ă©tait dĂ©gradĂ©…

          8. Ce n’est pas parce que phobie et hyperacousie ne sont pas systĂ©matiquement associĂ©es, et de toute Ă©vidence c’est trĂšs loin d’ĂȘtre le cas, qu’elles ne le sont jamais.

            Il est mĂȘme assez logique de dĂ©velopper une forme de peur lorsque tel ou tel Ă©lĂ©ment est cause d’une grande souffrance. Ensuite, il y a diffĂ©rents degrĂ©s et formes de peur. Autrement dit, certains hyperacousiques dĂ©veloppent une phobie. C’Ă©tait d’ailleurs le cas de celui avec lequel j’avais suivi ma TRT Ă  l’Ă©poque. Il le disait lui-mĂȘme. Il Ă©tait devenu phobique des haut-parleurs, mĂȘme s’ils Ă©taient tout petits, mĂȘme s’ils Ă©taient Ă©teints. Cette phobie Ă©tait la rĂ©sultante de son hyperacousie, et non l’inverse.

            Certains mĂ©decins partent du principe “inverse”, Ă  savoir que selon eux on peut devenir hyperacousique Ă  cause d’une phonophobie. D’aprĂšs les multiples cas d’hyperacousie que j’ai rencontrĂ©s au fil des ans, je ne sais mĂȘme pas si j’ai rencontrĂ© un seul cas qui validerait cette hypothĂšse. Lorsque phobie il y avait, elle semblait toujours la consĂ©quence de l’hyperacousie, et non l’inverse.

            Ceci dit et comme toujours, tout dĂ©pend de ce que l’on entend par phonophobie. Voici la dĂ©finition de la phonophobie selon Wikipedia :

            La phonophobie (plus rarement audiophobie) est une crainte d’entendre ou d’Ă©couter due Ă  une sensation auditive insupportable produite par les sons environnants. Certaines maladies (par exemple l’algie vasculaire de la face) provoquent une phonophobie mais aussi une photophobie.

            Par ailleurs, la question est lĂ©gitime et n’a rien d’insultant, ce n’est pas une remise en cause de ta maladie ou de ta souffrance. Moi-mĂȘme on me demande encore aprĂšs toutes ces annĂ©es de temps en temps si je suis phobique. Il faut simplement expliquer Ă  nouveau et, si l’interlocuteur n’est pas trop bornĂ©, il comprend trĂšs vite que ce n’est pas le cas. Et surtout que cela ne l’a jamais Ă©tĂ©. Preuve en est justement, par exemple, que j’ai trĂšs vite essayĂ© de retourner en concert (avec des bouchons Ă©videmment). Ça ne signifie pas que celui qui ne retourne pas en concert est phobique, en aucune façon, mais simplement que celui qui y retourne ne l’est Ă©videmment pas !

            Si quelqu’un me dit qu’on peut subir un traumatisme auditif en entendant un cliquetis de clĂ©s, c’est soit qu’il ne comprend pas ce qu’est un traumatisme auditif (c’est le cas d’alex35 a priori), soit qu’il est effectivement phonophobique. Je n’ai pas dit que c’Ă©tait ton cas, j’explique, c’est tout…

          9. alex n’a jamais dit qu’on pouvait avoir un traumatisme avec un cliquetis de clĂ©s. Par contre on dit effectivement qu’on peut subir une aggravation durable (et peut etre non rĂ©versible) avec un niveau sonore non dangereux pour une personne normale. La dĂ©finition meme de l’hyperacousie (aprĂšs tu pourras broder dessus si ca t’amuse) communĂ©ment admise, c’est l’abaissement du seuil de tolĂ©rance. Donc si le seuil est abaissĂ©, c’est logique qu’on puisse subir des “dommages” Ă  un seuil plus bas que la normale….

          10. et puis tu dis qu’il faut rester ouvert Ă  toutes les opinions, et bien accepte que des gens aient des “traumatismes” Ă  cause de bruits anodins s”ils te le disent…

          11. Si, alex a Ă©mis cette hypothĂšse. Relis ses commentaires si nĂ©cessaire. Or Ă©mettre cette hypothĂšse comme il l’a fait c’est envisager cela possible, or j’ai rĂ©pondu et je vais le refaire tout de suite : c’est un non-sens. MĂȘme quelqu’un qui a trĂšs gros problĂšme au bras ne va pas endommager les fibres musculaires de son bras en soulevant une petite cuiller. En revanche, cela pourra lui faire atrocement mal. Ici c’est la mĂȘme chose. Ça ne va sans doute pas te plaire, mais je vais encore une fois revenir Ă  une dĂ©finition du terme. Qui dit traumatisme auditif dit dommage organique au niveau de l’oreille, mĂȘme de façon modĂ©rĂ©e et trĂšs temporaire. Un cliquetis de clĂ©s NE PEUT PAS endommager physiquement l’oreille.

            AprĂšs, si la personne a encore terriblement mal au bras au motif qu’elle a soulevĂ© la petite cuiller, ce n’est Ă©videmment pas impossible. Il faut comprendre de quoi cela relĂšve. Avec une dĂ©marche scientifique. Car on sait que le fait de soulever la petite cuiller n’a pas endommagĂ© organiquement le corps du sujet.

            ArrĂȘte de dire « on » pour parler Ă  la place des autres, c’est agaçant… Tu donnes ton avis et le tien seul, tout comme lui, tout comme moi. Et mĂȘme si vous ĂȘtes deux Ă  dire « A » pendant que je dis « B », cela ne signifie pas que le « A » l’emporte.

            L’aggravation durable dont tu parles, je ne la nie pas, je ne l’ai jamais niĂ©e, bien au contraire. Mais le dĂ©bat se situe sur les causes du phĂ©nomĂšne. Tiens, un autre exemple, un de plus. Il y a plusieurs annĂ©es, je dirais en 2006 Ă  vue d’oeil, j’ai eu en pleine journĂ©e (ou au rĂ©veil, je ne sais plus), mes acouphĂšnes qui sont soudainement redevenus extrĂȘmement forts. Cela m’a fait flipper bien entendu, et au bout de quelques heures je suis allĂ© aux urgences. Ils n’ont rien pu faire pour moi bien entendu. Finalement ça a durĂ© environ 48 heures et c’est revenu Ă  son niveau prĂ©cĂ©dent. Il ne pouvait pas y avoir de traumatisme sonore en cause, c’est absolument impossible. C’est donc « autre chose ». Mais j’ai bien compris que tu vis le fait d’Ă©voquer le rĂŽle du cerveau et d’autres Ă©lĂ©ments dans le phĂ©nomĂšne comme une attaque et comme une nĂ©gation de ton cas personnel.

            Pour ce qui est du seuil, il s’agit d’un seuil de tolĂ©rance. Je l’ai dĂ©jĂ  dit un million de fois, ce sera une de plus : il n’y a Ă  ce jour aucune preuve qu’une oreille qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© traumatisĂ©e et/ou qui prĂ©sente un seuil de tolĂ©rance plus bas que la normale (c’est en rĂ©alitĂ© du systĂšme auditif complet qu’il s’agit ici et pas uniquement de l’oreille) est devenue plus fragile. Point barre. Cela ne veut pas dire que c’est une VĂ©ritĂ© absolue, une autre Ă©tude viendra peut-ĂȘtre un jour montrer le contraire, c’est le lot des dĂ©marches scientifiques. Mais aujourd’hui, ton hypothĂšse « j’ai mal avec un son plus bas donc c’est logique que mon oreille soit plus fragile » ne repose sur rien. AprĂšs, libre Ă  toi de broder, comme tu dis…;-)

            Allez, encore un cas concret. Hier j’ai « cassé » des yaourts, tu sais, quand tu achĂštes un pack. HĂ© bien je ne sais pas en quoi sont fabriquĂ©s ces yaourts lĂ  mais ça a fait un son dantesque, ça m’a vraiment surpris. Non seulement ça m’a fait mal mais mes oreilles ont sifflĂ© trĂšs fort pendant une bonne minute. Puis c’est passĂ©. Cela signifie-t-il que je viens de subir un traumatisme auditif ? Non, ce n’est pas possible. Pas avec un tel son, aussi bref. Les « dommages » dont tu parles relĂšvent donc d’autres mĂ©canismes. Depuis le tout dĂ©but que je rĂ©ponds Ă  tes commentaires, c’est ce que j’essaie de te faire comprendre…

            SĂ©rieusement, je commence Ă  me dire que je perds mon temps Ă  expliquer sans cesse les mĂȘmes points… D’ailleurs et prĂ©cisĂ©ment, je ne brode pas, bien au contraire, je rappelle des faits, du concret, du prouvĂ©. On ne peut pas imaginer tout et n’importe quoi sans tenir compte des avancĂ©es, des Ă©tudes etc. Ou alors cela relĂšve plus d’une dĂ©marche « religieuse » que d’une dĂ©marche scientifique. Dans ce cas lĂ , Ă©videmment, on ne pourra jamais s’entendre. Car la science ne dĂ©montrera jamais l’existence ou la non-existence de Dieu.

  27. Désolé Laurent Matignon, je ne pensais pas que ça te vexerait à ce point le fait de signaler que tu es un menteur.

    1) Merci infiniment d’avoir retrouvĂ© ce message oĂč tu expose ouvertement ton racisme et tes exploits d’homme charismatique qui a fait peur, humiliĂ© et ridiculisĂ© une bande de banlieusards dont tu prĂ©zsente une descriptiojn trĂšs subjective.
    Maintenant les gens peuvent parfaitement se faire une idĂ©e du cĂ©rdit qu’ils peuvent accorder Ă  tes propos sur lez acouphĂšnes et l’hyperacousie.
    Merci infiniment Laurent. Vive la France hein!

    Tu te trompes Laurent. Tu inventes les informations qui te conviennent. Comme d’habitude.

    2) Tu appelles ça aider les acouphéniques / hyperacousiques:
    – leur faire croire que la TRT les guĂ©rira dans l’immense majoritĂ© des cas
    – leur faire croire que la TCC les guĂ©rira dans l’immense majoritĂ© des cas
    – leur conseiller d’entendre du bruit jour et NUIT sans rĂ©pis
    – de vivre normalement et donc de ne pas se protĂ©ger dans les concerts, face Ă  des bruits de travaux publics, etc…
    – de ne surtpout pas demander un poste adaptĂ© dans une entreprise car ils seront privĂ©s d’un “environnement sonore enrichi”
    – de leur dire que les acpuphĂšnes sont la musique du corps ( livre de Philippe ” bien vivre avec ses acouphĂšnes)
    – de leur dire que les acouphĂšnes font parti du “vacarme de la mĂ©canique humaine”
    – de dire Ă  l’opinion publique que les acouphĂšnes font en rĂ©alitĂ© 2db
    – d’inciter l’entourage des acouphĂ©niques hyperacousique Ă  faire du bruit car le silence est le pire des ennemis
    – d’inciter la recherche Ă  ne rien faire car acpouphĂšnes et hyperacousie relĂšvent d’un problĂšme psychologique et ça se guĂ©rit trĂšs bien car il y a mĂȘme l’embarras du choix entre plusieurs thĂ©rapies
    – etc..

    Il serait plus intelligent de dire la vĂ©ritĂ© pour permettre aux gens de gĂ©rer au mieux l’impuissance de la mĂ©decine.C’est ce sue j’essaye de faire et tu appelles ça “pleurer” et crachats”.

    3) Pour dire que les ORL de Pompidou mentent (en disant qu’ils guĂ©rissent l’immense majoritĂ© des acouphĂ©niques hyperacousiques grĂące Ă  la TRT et la TCC) tu dis “ils dĂ©fendent leur chapelle”. Ce contournement est typique de toi.

    4) Tu affirmes clairement que la mĂ©decine ne sait pas guĂ©rir les acouphĂšnes et l’hyperacousie et que donc les ORL de Pompidou sont bien des menteurs (ils affirment que l’on peut guĂ©rir l’hyperacousie et qu’il y a mĂȘme l’embarras entre la TCC et la TRT). J’aimerais que tu me donnes ton avis sur ces mensonges. Pourquoi mentent-ils?
    Puis tu dis que la TRT a totalement guĂ©rit l’hyperacousie dans certains cas.
    C’est typique de toi de dire une chose puis dire l’inverse et si quelau’un te contredfit tu vas lui dire qu’il a un raisonnement simpliste
    – que la rĂ©alitĂ© est plus complexe
    – ça n’a pas Ă©tĂ© prouvĂ©
    – il y a un tas d’autres facteurs
    – rien n’est gravĂ© dans le marbre
    – c’est plus compliquĂ© que ça
    – il y a une croyance de fond dont il faut se dĂ©partir
    – ce postulat n’a pas Ă©tĂ© dĂ©montrĂ©
    – il faut sortir de ce raisonnement binaire
    – l’intensitĂ© « brute » d’un son n’est qu’un paramĂštre parmi beaucoup d’autres sur la courbe subjective du vĂ©cu sonore personnel propre Ă  l’individualitĂ© ressentie par le sujet telle qu’il la perçoit au moyen oĂč ses rĂ©cepteurs sensoriels et plus prĂ©sicĂ©ment Ă  un instant X de la subjectivitĂ© analytique de sa propre expĂ©rience reçoivent l’information telle qu’elle est livrĂ© objectivement.
    – etc

    5) Tu dis qu’on peut avoir un traumatisme sonore avec un cliquetis de clĂ© mais aller sans problĂšme Ă  des concerts.
    Tu dis que Nico n’est pas plus handicapĂ© que Rodrigue… C’est juste une façon diffĂ©rente d’affronter la douleur… Nico apprĂ©ciera…
    Tu dis que Rodrigue a voulu dire qu’il faut mettre des bouchons mais ne l’a pas dit (c’est vrai que c’est un dĂ©tail insignifiant dans une video sur la prĂ©vention …)
    Je passe sur tes exploits dans le mĂ©tro …
    Et tu dis ensuite que j’Ă©carte toutes les donnĂ©es qui ne cadrent pas avec mes “dĂ©lires” (comme tu dis)….
    Objectivement, les délires sont de ton cÎté Laurent.

    6) La science (sur le son ou autre) et la mĂ©decine doivent servir Ă  avancer vers la vĂ©ritĂ© et Ă  huĂ©rir lesmalades et non Ă  les leurer…
    La science et la médecine sont malheureusement souvent exploitées pour accréditer des mensonge ou nourrir la désinformation.

    7) Je ne souffre pas.

    Je commet seulement le crime d’ĂȘtre Ă©coeurĂ© par les mensonges sur les acouphĂšnes et l’hypercousie qui ciculent sur internet.

    Les sons de vaisselle ne me posent aucun problĂšme depuis que j’ai arrĂȘtĂ© de suivrevles conseils des ORL de Pompidou et de leur association France acouphĂšnes.

    8) Je n’ai jamais dit que les acouphĂ©niques ou hyperacousiques Ă©taient des malades imaginaire ou psychologique. Je ne suis pas un ORl de l’hĂŽpital pompidou. Je ne m’appelle pas LondĂ©ro, Frachet, Bonfils ou leur sous-fifre Peignard.

    1. Jusqu’Ă  preuve du contraire, je sais mieux que toi quelle est mon histoire et ma situation. Que la rĂ©alitĂ© te dĂ©range et donc que tu la rejettes, libre Ă  toi.

      1) Donc je me fais insulter Ă  plusieurs reprises par un type au motif que je suis blanc, et tu en conclus que je suis raciste. C’est intĂ©ressant.

      Puis tu parles une nouvelle fois d’une “bande de banlieusards” alors que je dis clairement que le type Ă©tait seul – accompagne de deux nanas, qui Ă©taient “passives” – et qu’il Ă©tait de toute Ă©vidence de Paris intra-muros. Mais Ă  part ça, tu sais lire.

      2) Bon lĂ  c’est ta mĂ©thode habituelle, me prĂȘter des idĂ©es que je n’ai pas et des propos que je n’ai pas tenus. Dans tout ce que tu cites, en vrac, j’ai d’ailleurs le plus souvent dit l’exact contraire de ce que tu as compris. Je t’ai encore expliquĂ© ça hier, mais Ă  part ça tout est normal.

      Tu ne dis pas la “vĂ©ritĂ©”, bien au contraire, tu donnes ton opinion – jusque lĂ  c’est normal, on fait tout ça – mais lĂ  oĂč cela pose problĂšme c’est que tu nies tout ce qui ne cadre pas avec ce que tu penses, et du coup tu insultes les gens au passage. Attitude habituelle des thĂ©oriciens du complot.

      3) Non. LĂ  encore tu te trompes. Ce que tu n’arrives pas Ă  comprendre, c’est qu’un grand nombre de thĂ©rapeutes qui pratiquent la TRT et la TCC sont rĂ©ellement persuadĂ©s qu’ils guĂ©rissent ainsi l’immense majoritĂ© des acouphĂšnes et des hyperacousies.

      Il y aurait mensonge Ă  partir du moment oĂč ils penseraient le contraire. Mais pour avoir vu comment procĂšde un thĂ©rapeute français pour obtenir les chiffres qu’il prĂ©sente, ce n’est pas difficile Ă  comprendre. Un premier biais est qu’il n’interroge, forcĂ©ment, que les personnes qui ont suivi l’intĂ©gralitĂ© des sĂ©ances avec lui. Or, quand j’ai suivi ma TCC, nous Ă©tions trois et un a abandonnĂ© Ă  la moitiĂ© du chemin, car cela ne donnait rien pour lui. Il ne rentre probablement pas dans les statistiques du thĂ©rapeute, puisqu’il estime que le traitement n’a pas Ă©tĂ© suivi.

      Tous les mĂ©decins raisonnent comme ça, c’est parfaitement logique. Et pas qu’en mĂ©decine, d’ailleurs.

      4) “Oui mais” Ă  la premiĂšre partie de ta phrase. La mĂ©decine propose des solutions qui guĂ©rissent certains cas. Je pense leur nombre mineur, en effet. Mais au cas oĂč tu n’es pas au courant, il n’y a aucun traitement qui guĂ©rit 100% des cas. Dans aucun domaine.

      “Non” Ă  la seconde partie de ta phrase, cf plus haut.

      Pour la Ă©niĂšme fois, de mon point de vue, la TCC et la TRT ne sont que des pis-aller en attendant de vĂ©ritables traitements. Mais c’est l’histoire des avancĂ©es de la mĂ©decine, ça. Dire qu’il n’y a rien d’autre et qu’on est au bout du chemin serait, de mon point de vue, faux.

      Mais de nombreux mĂ©decins au Moyen-Âge Ă©taient rĂ©ellement persuadĂ©s que la saignĂ©e guĂ©rissait beaucoup de maladies et qu’il Ă©tait donc inutile de chercher un autre traitement, puisqu’ils en avaient dĂ©jĂ  un Ă  disposition. Autrement dit, ils avaient tort, mais ils ne mentaient pas. Nul complot lĂ -dessous.

      Pour le reste, non, je ne dis pas une chose et son contraire. Tu as simplement, je suis navrĂ© de te le dire, un lĂ©ger problĂšme de comprĂ©hension du français. Je ne me suis jamais contredit sur la question, depuis toutes ces annĂ©es. Ceci dit la cohĂ©rence n’empĂȘche pas l’ouverture d’esprit. Je suis obligĂ© par exemple de constater que la TCC et/ou la TRT ont guĂ©rie certains hyperacousiques sĂ©vĂšres. Cela pousse Ă  la rĂ©flexion. C’est toujours mieux que de penser que tous ces gens sont des menteurs.

      5) Nouveau problĂšme de comprĂ©hension de ta part – on n’est plus Ă  ça prĂšs. Je n’ai jamais dit qu’on peut avoir un traumatisme auditif avec un cliquetis de clĂ©s. J’ai mĂȘme dit, lĂ  encore, exactement l’inverse.

      J’ai dit qu’on peut souffrir atrocement, au point de presque tomber dans les pommes, avec un cliquetis de clĂ©s. Cela ne signifie nullement qu’il y a eu traumatisme.

      Je rĂ©pĂšte lĂ  encore pour la Ă©niĂšme fois qu’on peut avoir un traumatisme sans ressentir de douleur, tout comme on peut avoir une douleur mĂȘme violente sans qu’il y ait eu traumatisme.

      Un hyperacousique sĂ©vĂšre indique souvent des bruits de ce type, comme j’ai fait. Si ce genre de bruits ne t’a jamais fait mal, peut-ĂȘtre n’as-tu tout simplement jamais Ă©tĂ© hyperacousique sĂ©vĂšre (simple hypothĂšse) ?

      Non je n’ai pas dit que Nico a simplement une façon diffĂ©rente d’apprĂ©hender la douleur. En fait, tu dis que tous les autres mentent mais toi c’est un mensonge par ligne, parce que je ne peux pas croire que tu sois ne comprennes pas – et que tu comprennes souvent exactement le contraire – de ce que je dis. C’est systĂ©matique chez toi, y a un souci lĂ .

      6) Le complot, le complot…

      7) Les sont de vaisselle ne te posent aucun problĂšme ? Tu es donc de toute Ă©vidence guĂ©ri de ton hyperacousie – en admettant qu’ils te faisaient souffrir avant et donc que tu Ă©tais hyperacousique.

      Peux-tu expliquer prĂ©cisĂ©ment comment tu as pu guĂ©rir de ton hyperacousie, parce que nous sommes trĂšs peu Ă  y ĂȘtre parvenu, vu qu’il n’existe aucun traitement Ă  l’heure actuelle. Ce serait plus intĂ©ressant et constructif.

      8) Si, puisque tous les hyperacousiques qui ne cadrent pas avec ta vision n’en sont pas selon toi. Ce sont donc des malades imaginaires, des menteurs.

      Plusieurs annĂ©es aprĂšs mon traumatisme sonore, de mĂ©moire trois ou quatre ans aprĂšs, j’ai passĂ© un test de seuil de sensibilitĂ© – je ne me souviens plus du nom exact. Ce test, parfaitement objectif, a montrĂ© que mon seuil de tolĂ©rance au son Ă©tait d’environ 20dB infĂ©rieur Ă  la normale. C’est Ă©norme.

      J’Ă©tais donc bien hyperacousique, et pas qu’un peu. Surtout, mon hyperacousie avait Ă  l’Ă©poque trĂšs nettement diminuĂ© par rapport Ă  ce qu’elle Ă©tait dans un premier temps. Je ne sais donc pas quel Ă©tait mon seuil au tout dĂ©but, mais le chiffre Ă©tait nĂ©cessairement bien plus Ă©levĂ©. Pourtant, malgrĂ© cette hyperacousie encore importante, j’Ă©tais dĂ©jĂ  retournĂ© quelques fois en concert Ă  l’Ă©poque, bien protĂ©gĂ© naturellement. Dans le mĂȘme temps certains bruits, comme les bruits de vaisselle dont tous les hyperacousiques parlent, restaient terriblement douloureux.

      Ce sont des faits. Mais comme ces faits te dĂ©rangent, tu les balaies d’un revers de la main en hurlant “Mensonge ! Complot !”. Autrement dit, tu nies la rĂ©alitĂ© et la souffrance de certains acouphĂ©niques et hyperacousiques.

      Personnellement, je n’ai jamais fait ça. Je pars toujours du principe que la personne dit vrai, et j’essaie de comprendre ensuite sa situation. MĂȘme si certaines choses me surprennent – dans ton cas par exemple, si tu me dis que c’est le cas, tu serais le premier hyperacousique que je rencontre en onze ans pour lequel le cliquetis de clĂ©s ou les bruits de vaisselle n’est pas douloureux, mĂȘme un peu.

  28. 1) Ca ressemble Ă  un problĂšme psychologique type phobie
    Un patient qui est gĂ©nĂ© face Ă  un lĂ©ger grĂ©sillement de tĂ©lĂ©viseur cathodique et peut aller Ă  des concerts sans problĂšme a plutĂŽt un problĂšme qui psychologique (mysophonie, phonophobie ou je ne sais quoi d’autre).

    Il est malhonnĂȘte d’appeler cela hyperacousie car ça minimise et psychologise l’hyperacousie, objectif inlassablement poursuivi par les ORL de Pompidou (comme par hasard).

    3) TĂ©moignage factice
    La différence entre Nico ( hyperacacousie sévÚre) et Rodrigue ( sensibilité sélective).

    Le cas de Rodrigue:
    Je sais que cette personne a déjà fait un témoignage douteux sur les acouphÚnes en récitant à la perfection les arguments des ORL de Pompidou.
    Comme par hasard on le retrouve en train de faire un tĂ©moignage sur l’hyperacousie oĂč il rĂ©cite Ă  merveille les arguments des ORL de Pompidou. En effet j’ai vu derniĂšrement qu’ils ont inventĂ© une nouvelle classification destinĂ© comme d’habitude Ă  minimiser l’hyperacousie. il y aurait selon eux:
    – l’hyperacousie: gĂšne face Ă  des bruits lĂ©ger spĂ©cifiques mais pas face aux bruits puissants ( concerts, tir au fusil, etc).
    – l’hypersensibilitĂ©: souffrance face au bruit, globalement proportionnelle Ă  l’intensitĂ© du bruit ( et Ă©videmment impossibilitĂ© d’assister Ă  des concerts).

    C’est une manƓuvre de communication. Une de plus. Celle-ci est destinĂ©e, comme toujours, Ă  minimiser et psychologiser l’hyperacousie ( si le patient souffre avec un lĂ©ger grĂ©sillement et peut assiter sans problĂšme Ă  des concerts ça relĂšve de la psychologie, psychiatrie).

    Comme par hasard, Rodrigue, en rĂ©citant parfaitement sa leçon, vient une fois de plus, accrĂ©diter les arguments des ORL de Pompidou qui comme toujours cherchent Ă  minimiser et psychologiser acouphĂšnes et hyperacousie pour cacher Ă©goĂŻstement leur impuissance en faisant fi des consĂ©quences catastrophiques que cela occasionne aux VRAIS acouphniques hyperacousiaques. Ca fait 15 ans que ça dure. TrĂšs prĂ©cisĂ©ment depuis queles acouphniaques hyperacousiques peuvent mĂ©diatiser leur souffrance et l’Ă©tendue impressionnante de ces pathologies grĂące Ă  internet…

    3) Ce n’est pas un complot c’est un classique:
    Ce n’est pas un complot, c’est juste des docteurs Ă©goĂŻstes qui font tout pour cacher leur impuissance en faisant fi de la nocivitĂ© de leur discours mensongers sur les malades. Il y a lĂ  une grave atteinte Ă  la dĂ©ontholohie mĂ©dicale. Il faut absolument remettre en cause le statut d’intouchables de ces gens qui se croyant tout permis ne lĂ©sinent devant aucun mensonge fut-il extrĂȘmement nocif pour les acouphĂ©niques et les hyperacousiques.

    Exemple:
    Un de leur conseil rĂ©current est que plus on se protĂšge plus on est sensible ; “il faut vivre noramalement” dit Philippe dans son oeuvre “bien vivre avec ses acouphĂšnes. Ils savent PARFAITEMENT que ce “conseil” a dĂ©jĂ  aggravĂ© irrĂ©versiblement le cas de nompbreux acpouphĂ©niques et hyperacousiques qui se sont mis a s’exposer au bruit normalement, bravant leurs douleurs et crises aigues d’acouphĂšnes.
    La moindre des choses de leur part serait de ne pas mettre tpout le monde dzns le mĂȘme sac et admettre que chez certains , leurs conseils mĂšnent Ă  des aggravations irrĂ©versibles et non des “majoration symptĂŽmatiques” passagĂšres ” colmme dirait philippe pour parler d’une auglpentaion irrĂ©versible de l’intensitĂ© des acouphĂšnes.

    Moi j’ai eu des acouphĂšnes pendant 7 ans; il ne me posaient pazs problĂšme car il Ă©taient d’intensitĂ© relativement faible. Ensuivant les conseils des ORl de Pompidou que je croyais honnĂȘtes, j’ai aggravĂ© mĂ© situation. Mes acouphĂšnes ont augmentĂ© et n’ont jamais retrouvĂ© leur niveau d’avant. Ca fait 11 ans que j’attends, non pas de guĂ©rir, mais de voir leur intensitĂ© retrouver le niveau d’autrefois quand je faisais attention Ă  ne pas m’exposer aux bruits intenses ce qui me permettait de maintenanir mes acpuphĂšnes Ă  un niveau supportable. Les ORL de Pompidou ( Londero, Frachet, Bonvfils etc…) vont Ă©videmment dire que tout cela est psy. Il n’ont que cette explication Ă  la bouche. C’est leur Ă©chappatoire. Ils sont incapables d’assumer dignement , courageusement et honnĂȘtement leur impuissance.

    1. 1) Tu fais exactement comme les ORL que tu dĂ©nonces. Lorsque tu es confrontĂ© Ă  un cas que tu ne comprends pas, tu bottes en touche en disant “c’est psychologique”. C’est malhonnĂȘte de ta part. Et c’est insultant pour les hyperacousiques.

      2) Tu pars du principe que Rodrigue fait partie d’un complot : il ment, il “rĂ©cite sa leçon”, etc. Moi je pars du principe qu’il apporte son tĂ©moignage, son vĂ©cu. Qui n’est aucunement la VĂ©ritĂ© Absolue, mais bien son vĂ©cu, son opinion, avec des parti-pris et ses limites. Comme pour tout un chacun.

      Je t’ai montrĂ© tout Ă  l’heure que dans mon cas l’hyperacousie Ă©tait avĂ©rĂ©e, puisque mesurĂ©e et objectivĂ©e. Ce sont des faits. Incontestables – sauf naturellement si il y a complot mondial contre les hyperacousiques. Mais tu rejettes les faits en concluant que c’est un problĂšme psychologique. Ce faisant, tu nies la rĂ©alitĂ© de l’hyperacousie et la souffrance des hyperacousiques. PrĂ©cisĂ©ment ce que tu reproches aux ORL dont tu parles. Heureusement que tu n’es pas ORL, tu ferais beaucoup de mal aux hyperacousiques qui viendraient te consulter…

      3) Tu donnes des leçons de dĂ©ontologie mais tu rejettes les faits qui te cadrent pas avec ta vision des choses. C’est plutĂŽt comique.

      Tu parles de Philippe Peignard mais pour avoir discutĂ© avec lui Ă  l’Ă©poque il conseillait en effet de ne pas se protĂ©ger Ă  outrance mais de cesser de se “surprotĂ©ger” en le faisant progressivement et surtout de ne pas prendre de risques. Il m’avait d’ailleurs parlĂ© de deux personnes qu’il avait guĂ©ries – selon lui – de leur hyeperacousie mais qui Ă©taient retournĂ©es en discothĂšque sans protection, contrairement Ă  ce qu’il leur avait conseillĂ©. RĂ©sultat, elles avaient toutes les deux gravement rechutĂ©.

      La moindre des choses de ta part serait d’avoir l’honnĂȘtetĂ© de ne pas dĂ©former les propos des autres pour les tourner dans un sens qui t’arrange.

      1. Laurent, il faudrait que nous explique un truc.
        Tu dis que tu as été diagnostiqué hyperacousie CAR tu avais un seuil de tolérance de 20 dB en dessous de la normale. (et non CAR tu tombais dans les pommes à des bruits de vaisselle). (ce sont tes mots)

        Si ton seuil de tolĂ©rance Ă©tait anormalement bas, comment as tu pu assister Ă  un concert qui flirte avec le seuil de tolĂ©rance d’une personne normale? C’est Ă  dire, comment as tu pu tolĂ©rer un concert oĂč le niveau sonore Ă©tait au-dessus de ton seuil de tolĂ©rance? (ne rĂ©ponds pas que la normalitĂ© est subjective etc…. s’il te plait)

        Si tu l’as tolĂ©rĂ©, c’est qu’il Ă©tait tolĂ©rable?

        Je ne te traite pas de menteur comme Alex, bien sur. J’essaie juste de comprendre.

        [“l’intensitĂ© « brute » d’un son n’est qu’un paramĂštre parmi beaucoup d’autres sur la courbe subjective du vĂ©cu sonore personnel propre Ă  l’individualitĂ© ressentie par le sujet telle qu’il la perçoit au moyen oĂč ses rĂ©cepteurs sensoriels et plus prĂ©sicĂ©ment Ă  un instant X de la subjectivitĂ© analytique de sa propre expĂ©rience reçoivent l’information telle qu’elle est livrĂ© objectivement.”

        Alex tu es un grand malade, mais je “like”. 🙂 🙂 ]

        1. C’est dĂ©sespĂ©rant… Non, je n’ai pas dit ça.

          J’ai dit que je suis devenu hyperacousique sĂ©vĂšre du jour au lendemain en 2003 suite Ă  un traumatisme auditif, et que parmi les symptĂŽmes observĂ©s je tombais presque dans les pommes Ă  cause de certains bruits de vaisselle. Lorsque j’ai consultĂ© des ORL Ă  l’Ă©poque, il ne faisait aucun doute pour eux que je souffrais d’hyperacousie sĂ©vĂšre. Le diagnostic Ă©tait Ă©vident.

          J’ai dit ensuite que plusieurs plus tard un examen a objectivĂ©, c’est-Ă -dire prouvĂ© de maniĂšre irrĂ©futable, l’existence de mon hyperacousie. J’ai prĂ©cisĂ© cela pour rĂ©pondre au « ce n’est pas de l’hyperacousie, c’est autre chose, une simple gĂȘne bĂ©nigne etc. ». C’est un mensonge, j’ai donc apportĂ© une prĂ©cision.

          Il y a mĂȘme eu un autre examen un peu plus tĂŽt qui le suggĂ©rait, puisqu’un audiogramme montrait que j’entendais beaucoup plus « fort » que la normale (courbes au-dessus de 0dB) alors mĂȘme que ce n’Ă©tait pas le cas quelques annĂ©es plus tĂŽt, avant mon traumatisme, lorsque j’avais fait un autre audiogramme. Mais il semble que des personnes peuvent prĂ©senter un audiogramme de la sorte sans que l’on puisse forcĂ©ment parler d’hyperacousie.

          Pour l’autre examen, en revanche, c’est irrĂ©futable. VoilĂ  ce que j’ai dit.

          Pour rappel, avec des bouchons, on enlĂšve dĂ©jĂ  environ 20dB. Autrement dit, pour un concert « normal », on arrive Ă  un son proche de celui qu’on entend dans une salle de restaurant bondĂ©e par exemple. Ensuite, je n’ai jamais dit que je n’avais pas eu mal. J’ai eu mal. Mais je ne comprenais pas ce qui m’arrivait, je le refusais, et je voulais m’accrocher Ă  la vie que j’aimais. Ceci dit, je faisais un concert tous les dix jours environ avant mon traumatisme. Ensuite, j’en ai fait trĂšs peu – dĂ©solĂ© je n’ai pas comptĂ© et cela n’a que peu d’importance. Parce que je ne prenais plus du tout le mĂȘme plaisir qu’avant, forcĂ©ment.

          Ceci dit c’Ă©tait moins douloureux en effet que certains bruits qui semblent anodins, dont les fameux bruits de vaisselle. J’y ai naturellement beaucoup rĂ©flĂ©chi, mais je ne me l’explique pas totalement.

          Ceci dit, de nombreux hyperacousiques ont observĂ© ce que j’ai constatĂ© moi-mĂȘme : l’environnement sonore joue un rĂŽle. Le mĂȘme bruit de vaisselle s’il est « noyé » dans d’autres bruits Ă©taient bien moins douloureux que s’il survenait dans le silence. En outre, il y aussi peut-ĂȘtre le rĂ©flexe stapĂ©dien qui n’a peut-ĂȘtre pas le temps de se mettre en place pour un bruit trĂšs soudain, comme un bruit de vaisselle. Peut-ĂȘtre que le rĂ©flexe en question est affectĂ© par l’hyperacousie, c’est mĂȘme plus que probable. Lorsque tu assistes Ă  un concert, l’oreille n’est pas « surprise » par un son soudain brutal.

          Le premier concert auquel j’ai assistĂ©s aprĂšs mon traumatisme, avec des bouchons Ă©videmment, c’Ă©tait comme si je me trouvais au centre d’une guerre thermonuclĂ©aire. C’Ă©tait atroce, indicible. Je n’ai jamais entendu de son aussi fort de toute ma vie. Pourtant c’Ă©tait un concert en plein air, dans une plaine, sans rĂ©verbĂ©ration notable donc, et j’Ă©tais TRES loin des enceintes et de la scĂšne.

          Au mĂȘme moment, en fait un peu avant, j’avais tentĂ© d’aller voir un film calme au cinĂ©ma, ne comprenant pas encore du tout ce qui venait de m’arriver et n’ayant pas Ă©tĂ© mis en garde par les ORL. Un film trĂšs trĂšs calme, Dolls de Kitano. Pour moi, le cinĂ©ma n’Ă©tait pas un son fort. J’y suis donc allĂ© sans mĂ©fiance. DĂšs les premiĂšres notes j’ai souffert atrocement et j’ai dĂ» garder les mains sur mes oreilles durant tout le film. Je n’ai pas voulu partir, parce que je refusais ce qui m’arrivait.

          [Le souci d’alex35 c’est qu’il prĂ©fĂšre mettre tous les ORL, moi-mĂȘme et certainement beaucoup d’autres personnes dans la case « tout psy », d’oĂč sa phrase. Comme les ORL mettent dans la case “c’est le stress” tous les acouphĂšniques qui viennent les voir. S’il prenait le temps de lire et de rĂ©flĂ©chir, il comprendrait sans doute certaines choses. Du moins j’y crois encore.]

          1. ok, je comprends mieux comme ca, mais pour moi dire que le concert revenait Ă  une guerre thermo nuclĂ©aire… ca revient Ă  dire qu’on ne peut pas y aller

            ou est l’intĂ©ret daller souffrir le martyr

          2. L’intĂ©rĂȘt ? Aucun. Mais il n’y avait pas de calcul de ma part. Juste le fait que je ne comprenais pas ce qui m’arrivait et m’accrochais Ă  “ma vie d’avant”.

  29. Bonjour Ă  tous,
    En ce moment, je pratique le neurofeedback zengar, et il me semble, je dis bien, il me semble, car tout en cette matiĂšre n’est qu’Ă©minemment de l’ordre du ressenti personnel, que cette thĂ©rapie m’aide Ă  me sentir mieux. Pour ma part, donc, la violence des acouphĂšnes (acquis il y a 6 ans) est liĂ©e Ă  un Ă©tat de fatigue et/ou d’anxiĂ©tĂ©. MĂšre de trois enfants et responsable d’un dispositif d’informations et de soutien aux parents d’enfants gravement malades et hospitalisĂ©s, comme tout le monde, j’ai parfois des journĂ©es difficiles, trop remplies, et des cas douloureux, sur le plan professionnel.

    Le fait de prendre du magnesium en combinaison avec de la taurine et des vitamines B m’aide Ă©galement.
    Concernant le neurofeedback, si vous allez consulter ce que l’on en dit, la plupart du temps, en anglais, c’est une technique relativement jeune, nĂ©e dans le giron de la neurolopsychiatrie, aux USA. En tous les cas, j’aime bien ces sĂ©ances, car elles me relaxent. Dans un fauteuil “relax” justement, avec une couverture, j’Ă©coute de la musique avec un casque, tandis que des petits capteurs enregistrent l’activitĂ© cĂ©rĂ©brale et l’interprĂštent, via de multiples paramĂštres, sur des Ă©crans. Une personne, Ă  cĂŽtĂ© de vous, Ă©coute la mĂȘme musique, et surveille votre activitĂ© neurologique, et prend des notes. Vous entendez par moment des petits craquements, qui sont des rĂ©actions du logiciel Ă  votre activitĂ© cĂ©rĂ©brale. Lorsqu’il y a une dĂ©faillance dans les signaux Ă©lectriques de votre cerveau, perçue par les capteurs, la musique s’interrompt un trĂšs court moment, Ă©mettant un petit craquement. Cette mĂ©thode est censĂ©e amĂ©liorer la qualitĂ© des influx nerveux dans les Ă©misphĂšres cĂ©rĂ©braux et Ă©ventuellement, diminuer la perception des acouphĂšnes :-). VoilĂ , en tout cas, moi ça m’aide.
    Si je dĂ©passe un certain seuil d’ennuis et de difficultĂ©, il m’est arrivĂ© de devoir prendre des antidepresseurs, et spĂ©cifiquement des recapteurs d’inhibiteurs de sĂ©rotonine (qui est un neurotransmetteur). Et ça aide trĂšs fort aussi, mais ça ne peut pas se prendre Ă  long terme.
    J’ai aussi affaire Ă  l’hyperacousie par moments, lorsque mon Ă©tat gĂ©nĂ©ral et notamment le niveau d’anxiĂ©tĂ© est Ă©levĂ©.
    Les bouchons d’oreille sont pour moi, insĂ©parables d’un niveau sonore Ă©levĂ©, donc bien Ă©videmment, lors d’un concert.
    Je souhaite Ă  chacun de trouver sa voie, mĂȘme si elle n’est pas royale et qu’il y a des nids de poule par endroit.
    Bon début de semaine,
    Cordialement,
    Emmanuelle

      1. Hello,
        Je reviens vers vous pour vous signaler la Semaine du Son 2014 qui a lieu en plusieurs endroits sur la planÚte dont à Bruxelles et dans plusieurs villes françaises.

        En ce qui concerne la Belgique, une journĂ©e sera consacrĂ©e Ă  la santĂ© :excĂšs sonores, les dommages, les acouphĂšnes, les protections, l’identification des sons, etc.
        En plein dans le sujet donc.
        Vous pouvez en lire plus Ă  l’adresse http://www.lasemaineduson.be
        Cela se passe le jeudi 27 janvier au Botanique Ă  1000 Bruxelles,
        Bien Ă  tous,
        Chaque partenaire de cette semaine du son l’organise comme il le veut. Je suppose donc que pour les français, on organise Ă©galement des confĂ©rences relatives aux mĂȘmes thĂ©matiques en France.
        Bien amicalement,
        Emmanuelle

          1. J’espĂšre que cela vous a laissĂ© un bon souvenir… Et pas que des acouphĂšnes 😉 Bon dĂ©but de semaine

        1. J’espĂšre qu’il y aura un concert pour fĂȘter l’Ă©vĂšnement.

          En effet , j’ai dĂ©couvert dans le livre de Philippe Peignard que j’ai empruntĂ© Ă  la bibliothĂšque , que parfois les concerts font disparaĂźtre les acouphĂšnes. TĂ©moignage de Philippe Ă  l’appui donc c’est vrai.

          1. De quel livre parles-tu ? “TĂ©moignage de Philippe Ă  l’appui” : tu dis que Philippe Peignard avait des acouphĂšnes et qu’ils ont disparu aprĂšs avoir assistĂ© Ă  un concert ? Peux-tu citer le passage en question ? J’aimerais savoir ce qu’il a rĂ©ellement Ă©crit.

          2. Whatchaaaaaaaaaa , je suis sur le C… pardonnez moi d’avance mon langage!
            Je ne comprend pas toute cette agressivité qui circule!!!
            Avez-vous l’impression d’aider quelqu’un ?
            Mise Ă  part votre colĂšre extrĂȘme et agressivitĂ©, que vous alimentez, je vois pas l’utilitĂ© de se dĂ©fouler sur des personnes qui essaient de nous Ă©clairer dans la mesure du possible!
            Je suis carrĂ©ment outrĂ©e par les commentaires, sarcasme et tout le tralala… Et il a dit…et machin…sĂ©rieux?
            Je vous rappelle, que ce site a été créé pour nous AIDER!!! et non pour se défouler non stop sur son créateur!!!
            Il est certes que nous, et je dit bien NOUS, malade, avons besoin d’un dĂ©fouloir!
            Et bien voilĂ , une petite idĂ©e que je me ferais un plaisir de partager…Ă©crivez pour vous… et surtout relisez vous, comptez jusque 10 ou plus, si vraiment vous avez besoin! plutĂŽt que Vlan…dans ta gueule! je balance la sauce et puis tant pis pour les consĂ©quences…

            Ma vision, chaque ĂȘtre humain sur cette terre, a ou aura des problĂšmes, tellement diffĂ©rents et diversifiĂ©s! Devrions nous pour autant les lapider sous prĂ©texte que nous sommes indignĂ©s, fatiguĂ©s malade Ă  crevĂ©s… ou autre?

            La souffrance est une chose tellement terrible! Quelque soit sa nature, chaque maladie sur cette terre devrait effectivement ĂȘtre respectĂ©e et Ă©coutĂ©e…mais rappelez vous svp…quand vous n’Ă©tiez pas malade…Ă©tiez-vous si prĂ©sents? Ou Ă©tiez vous en rĂ©alitĂ©? Faisiez-vous comme les gens que je croise a chaque fois que je sort de chez moi (et c’est encore trĂšs rare). Tourniez vous la tĂȘte pour ne pas voir? Ou vous arrĂȘtiez vous pour partager un peu de chaleur?
            Je suis indignĂ©e par nous! Notre habitude en tant qu’humain! Notre attitude dans l’Ă©goĂŻsme extrĂȘme et absolue!
            Je ne comprend donc pas vraiment votre acharnement! Suis-je dans l’erreur, en disant qu’il n’existe pas de vĂ©ritĂ© absolue! Chaque vĂ©ritĂ© est trĂšs personnelle dans la rĂ©alitĂ©! Chaque expĂ©rience est unique! parfois elles se rapprochent, mais seulement parfois…
            Mettre des noms sur nos maladies, aussi diversifiĂ©es soient-elles… et bien oui.
            Certains souffrent d’acouphĂšnes..d’autres d’hyperacousie…d’autres on les deux…et plus en prime! Aidons nous plutĂŽt que de ce chamailler ou cracher sur ceux qui osent Ă©mettre des idĂ©es ou des doutes! Oui bien sur, nous avons tous Ă©tĂ© en colĂšre contre tel ou tel mĂ©decin, praticien…bref…et certain le sont encore…ben oui.
            Des idĂ©es ont Ă©tĂ© Ă©mises, mais Ă  aucun moment une vĂ©ritĂ© absolue c’est prĂ©sentĂ© dans leurs bouche…la preuve ils cherchent…
            Vous devez tous suivre les infos…qui disent que la recherche Ă  dĂ©marrer en Angleterre! (http://medicalxpress.com/news/2014-02-tinnitus-patients.html)
            Vous devez ĂȘtre aussi au jus…sur la vidĂ©o qui circule de American tinnitus qui dit qu’ils sont sur que cela ne vient pas forcement de l’oreille et qu’ils ont mĂȘme trouvĂ©s des dĂ©buts de traitement pour d’autre maladie grave… bref..
            http://msrvideo.vo.msecnd.net/rmcvideos/141026/dl/141026.mp4

            Il y a mĂȘme “George Michelsen Foy” qui dit que c’est notre corps qui nous parle…
            (http://www.psychologytoday.com/blog/shut-and-listen/201005/is-tinnitus-really-god)

            Mais surtout une chose m’a vraiment, mais vraiment choquĂ©! La jalousie que l’autre aille mieux! Et bien mes loulous la nature humaine avec laquelle vous ĂȘtes Ă©quipĂ© n’a vraiment pas du ĂȘtre altĂ©rĂ© par votre maladie!? si?!
            Comment peut-on oser je dit bien oser…vanner quelqu’un qui dit ĂȘtre mieux grĂące aux solutions qu’il a trouvĂ© seul, ou avec l’aide de tout ce dont il a essayĂ©… sĂ©rieux?!
            Je vomis de tout mon corps cette dĂ©chĂ©ance totale qu’est l’humain qui ce prĂ©sente sous cette forme! pas mieux que les mecs qui trucident les animaux ou dĂ©truisent cette terre sans ciller des yeux! C’est quoi l’excuse? t’es malade? hehe ben nous aussi! welcome to the club!

            Je pourrais continuer et je suis sur que je reviendrais regarder les commentaires qui passent, comme a mon habitude tapis dans l’ombre, j’attends des jours meilleurs, avec l’espoir…Oui l’espoir est le dernier Ă  mourir! Je m’accroche! J’Ă©vite d’emmerder les gens bien heureux…Je ne me rĂ©conforte pas d’une plus grande misĂšre que la mienne! Je vois parfois des mĂ©decins aussi diversifiĂ©s que la mĂ©decine le propose en rapport avec ma maladie! J’Ă©coute, j’analyse, j’en retire ce dont j’ai besoin en tant qu’ĂȘtre pensant que je suis!
            Et j’attends vos vannes, vos critiques… vos commentaires chaleureux de prĂ©fĂ©rence si possible..des choses intelligentes aussi et j’attends aussi d’ĂȘtre cassĂ© parce que je fais de putains de fautes d’orthographe!
            Alors rĂ©flĂ©chissez, allez vous choisir de me casser, parce que je fais des fautes ou parce que j’aurais tout simplement choisi de dĂ©fendre l’admin?
            MĂȘme, si parfois nous ne sommes pas forcement d’accord…j’ai l’audace de penser que c’est vraiment un mec sympa qui nous donne la possibilitĂ© de faire des Ă©changes d’idĂ©es! et la rĂ©alitĂ© est: ” il est ou ton site Ă  toi? toi qui critique ”

            Sur ce bonne soirĂ©e Ă  tous et please please tenez bon ne vous laissez pas emporter par cette pensĂ©e qu’une fin brutale peu ĂȘtre le soulagement absolue!

  30. Un dĂ©bat sans fin. Et les gars c’est pas un concours de celui qui est le plus hyperacousique. Nous sommes juste des personnes souffrant de mĂȘmes symptĂŽmes, Ă  des degrĂ©s moindre certes. Alors autant s’entraider, mutualiser nos connaissance, et essayer de faire avancer la recherche que de jouer au jeu de celui qui a la plus grosse, c’est ridicule.

  31. @chips_itou
    Tu dis un peu plus haut “et puis tu dis qu’il faut rester ouvert Ă  toutes les opinions, et bien accepte que des gens aient des « traumatismes » Ă  cause de bruits anodins s’ils te le disent
”.
    Ce n’est pas une question d’opinions, mais de faits. Ou alors, encore une fois, on abandonne toute dĂ©marche scientifique, on se dit que tout n’est qu’opinions, et on va brĂ»ler un cierge en espĂ©rant aller mieux le lendemain.

    Si quelqu’un me dit qu’il a attrapĂ© le sida en Ă©tant piquĂ© par un moustique, le croire ne serait pas ĂȘtre ouvert. Actuellement, je dis bien actuellement, il a Ă©tĂ© prouvĂ© que c’Ă©tait impossible. Donc disons aussi qu’ĂȘtre ouvert serait d’admettre qu’il y a disons 0,00001% de chance qu’il ait raison – par exemple s’il s’agit d’un moustique mutant ou que sais-je. Mais, surtout, ĂȘtre ouvert c’est que lui admette que cette probabilitĂ© tend vers zĂ©ro. Et qu’il se penche alors vers d’autres hypothĂšses.

    Tu dis que la situation d’une personne peut s’aggraver, et mĂȘme durablement, Ă  cause de l’exposition Ă  un son anodin. Je dis oui. Je l’ai dit et redit. C’est lorsque tu cherches Ă  comprendre les raisons de ce phĂ©nomĂšne et que tu Ă©mets certaines hypothĂšses que je me permets de rappeler certains faits. Être ouvert n’empĂȘche pas de raisonner rationnellement – et inversement – il me semble.

    1. ” la situation d’une personne peut s’aggraver durablement Ă  cause de l’exposition Ă  un bruit anodin”. gĂ©nial, on est finalement d’accord! (mĂȘme si tu as eu bien du mal Ă  me croire et que tu as Ă©voquĂ© la phobie au moment ou je te le racontais..)

        1. je crois que tu nous as mal compris, on ne fait aucune hypothĂšse sur les explications… on dit que, comme personne ne sait soigner ca, une dĂ©tĂ©rioration a des chances de ne jamais s’amĂ©liorer, d’oĂč nos conseils de protection. (permets moi d’utiliser le “nous” puisque nous sommes (au moins) deux )

          1. OK – il me semble bien que j’avais compris donc 😉 – sauf qu’on en revient au point de base : l’exposition Ă  un niveau sonore faible ne peut pas dĂ©clencher un traumatisme sonore, autrement dit ne peut pas dĂ©clencher en elle-mĂȘme une dĂ©tĂ©rioration irrĂ©versible.

            Si dĂ©tĂ©rioration durable voire “permanente” – du moins en apparence – il y a, il faut donc se demander Ă  quoi elle peut ĂȘtre due. Pas facile, je te l’accorde. La preuve, personne ne sait vraiment l’expliquer. A ce jour, il n’y a que des hypothĂšse et des “bouts d’explication”. Et Ă©videmment je te comprends tout Ă  fait lorsque tu ne veux plus prendre le risque de voir une dĂ©tĂ©rioration. C’est bien normal.

            On en revient donc Ă  ce que je conseille pour ma part : se protĂ©ger en cas d’exposition Ă  des bruits forts, type cinĂ©ma par exemple ou lorsqu’on assiste Ă  un mariage, ne plus mettre les pieds dans des endroits type discothĂšque sauf si vraiment c’est la passion de toute une vie, auquel cas il faut ĂȘtre bien protĂ©gĂ© et malgrĂ© ça avoir conscience qu’on n’est pas totalement Ă  l’abri, mais pour ce qui est des bruits du quotidien, je ne peux dĂ©cemment pas conseiller Ă  tous les acouphĂ©niques / hyperacousiques de se protĂ©ger des sons anodins car, encore une fois, ils ne peuvent ĂȘtre la cause d’un traumatisme sonore, autrement dit ils ne peuvent pas organiquement, mĂ©caniquement, causer un dommage.

            AprĂšs, on peut tout imaginer. Par exemple, qu’un mĂ©canisme de type “allergie” soit en jeu. Dans le cas de certaines allergies, l’exposition Ă  l’agent allergĂšne mĂȘme s’il est extrĂȘmement faible, peut dĂ©clencher une rĂ©action de rejet de la part de l’organisme, parfois de façon complĂštement “disproportionnĂ©e”. Donc l’hyperacousie pourrait ĂȘtre chez certaines personnes une forme d’allergie au son ?

            Attention, “allergie” ne signifie aucunement qu’il s’agit d’une question “purement psy”, puisque dans le cas d’allergie il y a rĂ©action physiologique. Une chose est certaine, si c’est le cas, tous les acouphĂ©niques / hyperacousiques ne rentrent pas dans ce cadre, loin s’en faut. On en revient aussi donc Ă  l’idĂ©e que les termes “‘acouphĂšnes” et “hyperacousie” recouvrent une grande diversitĂ© de symptĂŽmes, ce qui est logique dans le cas de pathologies si mal connues. Il n’y a donc pas d’un cĂŽtĂ© les menteurs et de l’autre les “vrais malades”, ni les “un peu malades” d’un cĂŽtĂ© et les “trĂšs malades” de l’autre, ce serait complĂštement idiot et, plus grave, contre-productif de s’en tenir Ă  cette vision Ă©triquĂ©e, mais bien une large palette d’expression de ce type de pathologies.

  32. 7) Le complot:
    Des mĂ©decins mentent pour cacher leur impuissance. Ils trouvent des larbins pour faire des tĂ©moignages de complaisance. Si tu appelles ça un complot, tout n’est que complot dans la vie.Dans ce czs la politique est un complot, le journalisme est un complot, la vente est un complot.

    Laurent prend ton dictionnaire et cherche ce mot. Tu dĂ©couvriras ce qu’est un complot et tu dormiras plus intelligent ou tout au moins plus cultivĂ© ce soir.

    1. Tu vois des « tĂ©moignages de complaisance » voire des mensonges partout, dĂšs lors qu’un malade livre un tĂ©moignage qui ne cadre pas avec ton vĂ©cu et ta vision des choses. C’est ton droit. Pour ma part, quand c’est le cas, je cherche Ă  comprendre. Par exemple, lorsqu’un hyperacousique dit que les bruits de vaisselle ne le dĂ©rangent cela m’Ă©tonne, puisque cela va Ă  l’encontre du vĂ©cu de l’immense majoritĂ© des tĂ©moignages d’hyperacousiques. Mais je ne pars pas du principe qu’il n’est pas hyperacousique. Et je ne pars pas du principe, quand quelqu’un dit qu’il va mieux, que si ça n’a pas marchĂ© avec moi ce sont des mensonges.

      Par exemple rĂ©cemment j’ai vu deux personnes dire que leur situation (acouphĂšnes et hyperacousie) s’est largement amĂ©liorĂ©e grĂące Ă  des sĂ©ances de magnĂ©tisme Ă  distance (!). Ça paraĂźt fou, surtout pour quelqu’un de rationnel et cartĂ©sien. Mais le fait est lĂ . Ces deux personnes ont suivi ces sĂ©ances et leurs symptĂŽmes ont grandement diminuĂ© dans les jours qui ont suivi, alors mĂȘme qu’ils stagnaient depuis des annĂ©es. Ensuite vient l’interprĂ©tation. Par exemple, est-ce une forme d’auto-guĂ©rison, comparable Ă  un effet Placebo ? Ces mĂ©canismes sont largement dĂ©crits et analysĂ©s, mĂȘme s’ils sont Ă©videmment encore mal connus et mal compris, dans les publications scientifiques. AprĂšs, Ă©videmment, tu peux toujours envisager que tu es plus intelligent et cultivĂ© que lesdits scientifiques et/ou qu’ils « mentent pour cacher leur impuissance ».

      Tu restes bloquĂ© sur « ce sont des mensonges ». Encore une fois, c’est ton droit. Mais n’insulte ces malades qui ont la chance d’aller mieux et qui ont le courage de tĂ©moigner.

      PS :
      Ton autre commentaire d’hier soir est parti Ă  la poubelle. Ce n’est pas faute de t’avoir prĂ©venu.

      Tu as Ă©crit une nouvelle fois un pavĂ© de plusieurs centaines de mots, qui peut se rĂ©sumer ainsi : « blablabla Laurent Matignon tu es un menteur blablabla Laurent Matignon tu es raciste blablabla Laurent Matignon tu n’as pas d’hyperacousie tout au plus une hypersensibilitĂ© auditive blablabla ».

      En outre, dĂšs ta deuxiĂšme ligne tu y disais que j’ai affirmĂ© qu’il Ă©tait possible d’ « avoir un traumatisme sonore avec un trousseau de clĂ©s et assister sans problĂšme Ă  des concerts ». Tu le rĂ©pĂštes mĂȘme quelques lignes plus loin : « Donc Laurent tu peux avoir un trauma avec un trousseau de clĂ©s mais aller Ă  des concerts sans problĂšme et sans bouchon ».

      Tu n’as donc pas lu ce que j’ai pris la peine d’expliquer une Ă©niĂšme fois ces derniers jours, y compris en rĂ©ponse Ă  tes propres messages – qui Ă©taient dĂ©jĂ  plus que limite aussi bien dans leur fond que dans leur forme.

      C’est malhonnĂȘte. Et ce n’est pas constructif. Donc hop, poubelle.

      Et accessoirement, pas la peine de rĂ©pĂ©ter mon nom tous les trois mots. J’ai bien compris que tu en veux Ă  France-AcouphĂšnes, que tu rends responsable de l’aggravation de tes symptĂŽmes. Si tu as un compte Ă  rĂ©gler avec eux, il me semble qu’ils ont un site internet. Encore une fois, je vois bien que tu souffres Ă©normĂ©ment, d’oĂč j’imagine ton agressivitĂ©, mais je n’en suis en rien responsable.

      C’est la premiĂšre fois depuis 2007 que ce site existe que je suis obligĂ© de ne pas publier un message. Il ne tient qu’Ă  toi de faire en sorte que cela ne se reproduise pas.

    1. Ça, il faut le lui demander. Il me semble que ce ne serait pas la premiĂšre personne Ă  qui il arrive subitement quelque chose de trĂšs grave et qui rĂ©agit d’une maniĂšre irrationnelle ou qui peut sembler l’ĂȘtre.

      Peut-ĂȘtre aujourd’hui passe-t-il le balai, peut-ĂȘtre qu’il continue de passer l’aspirateur mais encore mieux protĂ©gĂ© (casque anti-bruit…), peut-ĂȘtre qu’il a achetĂ© un aspirateur plus silencieux, peut-ĂȘtre que son hyperacousie a diminuĂ© et que ce n’est plus douloureux ou en tout cas que ça l’est moins… Je ne sais pas.

  33. 8) Les diffĂ©rents degrĂ©s d’atteinte :
    “Il n’y a pas les « un peu malades » d’un cĂŽtĂ© et les « trĂšs malades » de l’autre, ce serait complĂštement idiot et, plus grave, contre-productif de s’en tenir Ă  cette vision Ă©triquĂ©e, mais bien une large palette d’expression de ce type de pathologies.

    faux. Il y a plusieurs degrĂ©s de gravitĂ©. On peut ĂȘtre juste un peu malade avec une hyperacousie et des acouphĂšnes lĂ©gers et gĂ©rables ou Ă  l’inverse, souffrir d’hyperacousie trĂšs handicapante comme Nico par exemple mais bien d’autres encore malheureusement.

    J’ai moi-mĂȘme Ă©tĂ© seulement un peu malade des acouphĂšnes et de l’hyperacousie pendant 8 ans trĂšs exactement. En me protĂ©geant face aux bruits agressifs (tondeuse, longs voyages en voiture, bars bruyants) et en banissant les concerts j’ai pu maintenir ces pathologie Ă  un niveau tout Ă  fait acceptable . Jusqu’au jour oĂč j’ai tĂ©lĂ©phonĂ© Ă  France acouphĂšnes pour avoir des conseils me permettant d’Ă©radiquer l’hyperacousie la peste noire des acouphĂ©niques comme dirait l’autre.

    Au tĂ©lĂ©phone et sur leur site, on m’a donnĂ© les conseils des ORL de l’hĂŽpital Pompidou Londero et toute l’Ă©quipe. On m’a donc dit que plus je me protĂšgerait pire ce serait. J’ai donc totalement cessĂ© de me protĂ©ger face aux bruits agressifs. Et en l’espace de 7/8 mois, ma situation s’est progressivement dĂ©gradĂ©e, Ă  petits feux jusqu’Ă  ce que je devienne irrĂ©versiblement hyperacousique sĂ©vĂšre et que je fasse le lien de cause Ă  effet. C’est Ă  partir du moment oĂč j’ai cessĂ© de me protĂ©ger face aux bruits agressifs que cela a commencĂ© Ă  se dĂ©grader.

    J’ai ainsi perdu mon travail et la qualitĂ© de vie que j’avais en voulant amĂ©liorer ma situation.

    Donc j’Ă©tais seulement un peu malade (rien de grave c’Ă©tait gĂ©rable) et je suis devenu trĂšs malade.

    1. Non. Ce que tu refuses de comprendre, c’est qu’il y a effectivement des diffĂ©rences de degrĂ©, mais aussi de nature. Pour une pathologie dans laquelle le rĂŽle du cerveau est dĂ©terminant, c’est pourtant une Ă©vidence. Quiconque est un minimum sĂ©rieux et renseignĂ© sur la question est capable de le comprendre.

      Par exemple, je dis que je suis retournĂ© quelques fois en concert bien protĂ©gĂ©, et mĂȘme Ă  une Ă©poque oĂč un bruit de vaisselle me faisait tellement mal que j’en tombais presque dans les pommes. Tu en conclus que soit je suis un menteur, soit je ne suis pas hyperacousique – ce qui est faux, puisque comme je l’ai dit un examen a objectivĂ© mon hyperacousie, elle est donc rĂ©elle et indĂ©niable.

      Toi tu dis que les bruits de vaisselle ne te dĂ©rangent pas, ce qui va Ă  l’encontre de 90% – au moins – des tĂ©moignages d’hyperacousiques. Du coup si je suis ta logique je suis en droit de te demander si tu es rĂ©ellement hyperacousique, car ta situation ne cadre pas avec la pathologie. Ne s’agit-il pas plutĂŽt d’une petite hypersensibilitĂ© auditive ? As-tu passĂ© un examen pour Ă©valuer ta tolĂ©rance au son, afin de savoir si rĂ©ellement tu souffres d’hyperacousie ?

      Bon, je ne veux pas rentrer dans ton jeu… Tu es hyperacousique, je n’ai en tout cas aucune raison d’en douter.

      Vu ce que tu dis lĂ , tu as de toute Ă©vidence effectivement Ă©tĂ© beaucoup moins malade que moi durant ces 8 annĂ©es. Sur cela tu as raison, il y a des diffĂ©rences de degrĂ©. Tes symptĂŽmes Ă©taient visiblement modestes. Je ne suis pas jaloux pour autant d’avoir tellement souffert pendant que toi le vivais plutĂŽt “confortablement”, et je ne pense pas pour autant que tu n’Ă©tais pas du tout malade. Si je lisais un de tes tĂ©moignages de l’Ă©poque, il ne me viendrait pas Ă  l’idĂ©e de t’insulter comme tu le fais Ă  longueur de temps. J’aurais simplement pensĂ© qu’en effet tu Ă©tais moins malade que moi, et que tu avais bien de la chance (par rapport Ă  moi). J’aurais aussi essayĂ© de retirer quelque chose de ton tĂ©moignage.

      AprĂšs malheureusement ta situation s’est aggravĂ©e. La raison de l’aggravation de tes symptĂŽmes me semble Ă©vidente puisque tu dis : « J’ai donc totalement cessĂ© de me protĂ©ger face aux bruits agressifs. »

      France-AcouphĂšnes ne peut pas t’avoir dit de cesser de te protĂ©ger en passant la tondeuse (que tu cites), alors mĂȘme que lorsque tu vois des agents municipaux passer la tondeuse dans n’importe quelle ville de France de nos jours ils portent un casque anti-bruit. Il y a une raison Ă  ça, non ?

      Philippe Peignard que tu critiques aussi sans cesse m’a Ă©galement dit trĂšs clairement Ă  plusieurs reprises qu’il faut se protĂ©ger des sons dangereux (concerts, discothĂšques, etc.). Tu prĂ©tends qu’il dit l’inverse. Ce que je pense c’est qu’il a dit que si tu assistes Ă  un concert Ă  60 dB, comme j’en ai mentionnĂ© un exemple hier, Ă©videmment que tu ne risques rien, donc qu’il faut Ă©viter de se protĂ©ger. A un moment donnĂ© c’est aussi Ă  toi de faire la diffĂ©rence entre un concert Ă  60 dB et un autre Ă  120dB, ou entre un petit cinĂ©ma de quartier qui ne pousse pas le son et un multiplex qui fait vibrer les siĂšges des 1200 spectateurs. Ce n’est pas facile, mais en cas de doute on peut avoir un dĂ©cibelmĂštre sur son tĂ©lĂ©phone portable. A dĂ©faut, il ne faut pas hĂ©siter Ă  partir.

      En fait, ce qu’ils ont dĂ» te dire et qui est vrai, c’est que douleur ne veut pas dire danger – et absence de douleur ne veut pas dire absence de danger. Sur ces points, il y a des millions de sources d’informations fiables disponibles un peu partout sur le web et ailleurs. Mais tu peux Ă©videmment te dire que ce sont des millions de mensonges et que, seul contre tous, tu dĂ©tiens la vĂ©ritĂ©.

      PS :
      Je me suis permis de supprimer mon nom dans ton commentaire, car tu le cites une nouvelle fois Ă  tout bout de champ, ce qui n ‘apporte rien au dĂ©bat. Explications ici.

      SĂ©rieusement, si tu veux rĂ©gler tes comptes avec France-AcouphĂšnes, avec Philippe Peignard, Alain Londero ou autre, c’est avec eux directement qu’il faut voir ça, non ? Je comprends ta colĂšre mais je ne suis pas eux, je n’ai rien Ă  voir avec eux. Je n’ai mĂȘme jamais rencontrĂ© Alain Londero, contrairement Ă  beaucoup d’acouphĂ©niques / hyperacousiques de longue date, mĂȘme si un des premiers ORL que j’ai vus Ă  l’Ă©poque Ă©tait un de ses collaborateurs. Un rendez-vous trĂšs dĂ©cevant d’ailleurs. Si tu as besoin d’en discuter avec eux, contacte les. Si tu as besoin de te dĂ©fouler, il y a d’autres moyens que de venir insulter les malades sur ce site. Je pense que ce qu’ils vivent est dĂ©jĂ  assez difficile et qu’ils n’ont pas besoin de ça.

      1. la dĂ©finition c’est “seuil de tolĂ©rance abaissĂ©”, et elle est communĂ©ment admise. MĂȘme toi tu l’admets cette dĂ©finition puisque tu as dit que tu avais Ă©tĂ© diagnostiquĂ© objectivement d’hyperacousique par un test mesurant ton seuil de tolĂ©rance.

  34. 6) Au fait, juste une question comme ça:
    Tu penses que tout ce qui se dit sur les acouphĂšnes et l’hyperacousie est vrai ou bien qu’il y a des mensonges et donc des gens qui mentent?

    1. J’ai dĂ©jĂ  donnĂ© mon avis sur la question… Des centaines de fois… Y compris ces derniers jours, en rĂ©pondant Ă  tes commentaires… Je ne vais pas repartir dans des explications, pour qu’ensuite tu me prĂȘtes des opinions alors que trois lignes plus haut j’ai Ă©crit exactement l’inverse… Si tu veux connaĂźtre mon avis – je ne vois pas en quoi mon avis est plus “intĂ©ressant” que celui de n’importe qui d’autre -, commence par relire calmement ce que je t’ai rĂ©pondu ces derniers jours.

      Pour le reste et le fait que je n’ai pas mis en ligne un de tes commentaires, puis d’autres que tu as publiĂ©s ces derniĂšres heures – je suis bien “gentil” d’ailleurs, n’importe quel modĂ©rateur sur n’importe quel autre site ne prendrait pas le temps de lire ce que tu publies, Ă  partir du moment oĂč tu as Ă©tĂ© alertĂ© Ă  plusieurs reprises, tant que tu ne changes pas de comportement.

      Que tu penses par exemple, je te cite, que je suis un “petit mariole hypocrite”, c’est ton droit le plus strict. Mais si tu viens insulter quelqu’un sur ce site, que ce soit moi ou un autre, ton commentaire part Ă  la poubelle. C’est aussi simple que ça. Et si tu dis, comme tu l’as dĂ©jĂ  fait, que tu ne vois pas en quoi il y a des insultes de ta part, cela n’est plus de mon ressort.

      J’ai peut-ĂȘtre parfois Ă©tĂ© trop laxiste par le passĂ©, mais je comprends tout Ă  fait que des gens qui souffrent Ă©normĂ©ment comme nous tous ici puissent se montrer un peu agressifs par moments. Nous sommes tous sur les nerfs, plus ou moins selon notre Ă©tat du moment. Mais les insultes ne sont pas acceptables. Et aprĂšs 7 ans d’existence de ce site, c’est la premiĂšre fois que je suis contraint de ne pas publier des commentaires. Je constate que mes rappels Ă  l’ordre n’y changent rien, ce que je regrette.

      Il n’est pas acceptable non plus de transformer sans cesse les propos des autres. Par exemple, alors que j’ai expliquĂ© il y a 7 ans ici qu’un type de Paris intra-muros m’a insultĂ© gratuitement un soir au seul motif que j’Ă©tais blanc, histoire qui ne s’est produite qu’une et une seule fois durant toutes ces annĂ©es et billet qui n’Ă©tait rien d’autre qu’un billet anecdotique Ă©crit Ă  l’Ă©poque sous le coup de la colĂšre, cela se transforme pour toi en diffĂ©rentes choses toute plus comiques et invraisemblables les unes que les autres. Selon toi par exemple j’ai racontĂ© comment j’avais chassĂ© une bande d’une dizaine de rappeurs de banlieue, je suis le “justicier du mĂ©tro” (sic) etc. Et ta conclusion est que je suis raciste, qu’un blanc qui se fait traiter de sale blanc au fond c’est qu’il l’a bien cherchĂ© car il n’aime pas les noirs, etc.

      MĂȘme pour en revenir Ă  quelque chose de plus intĂ©ressant ici, Ă  savoir les acouphĂšnes et l’hyperacousie, les exemples sont innombrables. Par exemple dans un de tes derniers commentaires – que je n’ai donc pas publiĂ© pour les raisons citĂ©es ici – tu dis “Si toi tu crois que Peignard guĂ©rit 90% des hyperacousiques grĂące Ă  la TCC comme il le dit dans son livre c’est ton droit. Moi je ne le crois pas.” C’est trĂšs intĂ©ressant, Ă©tant donnĂ© que j’ai lĂ  encore dit des centaines de fois, y compris ces derniers jours en rĂ©ponse Ă  tes commentaires, qu’au regard de ce que j’ai constatĂ© la TCC n’a Ă  mon avis amĂ©liorĂ© la situation que d’une minoritĂ© d’acouphĂ©niques et/ou hyperacousiques – et je rĂ©pĂšte encore que ce n’est que mon avis.

      MalgrĂ© cela, tu persistes Ă  me prĂȘter des propos au mieux Ă  l’inverse de ce que j’ai dit, au pire complĂštement hallucinants et sortis de nulle part.

      Donc, direction poubelle.

      Il est Ă©videmment difficile de se comprendre sur le net comme ailleurs, peut-ĂȘtre encore plus que dans la “vraie vie” car tout se fait par Ă©crit, donc qu’il y ait dĂ©bat, parfois un peu tendu, ne me dĂ©range pas, mĂȘme si parfois mes propos sont mal compris ou dĂ©formĂ©s. Moi aussi naturellement je comprends mal parfois ce que disent certaines autres personnes, je peux aussi dĂ©former leurs propos, je peux aussi me sentir blessĂ©, etc.

      Mais dans ton cas, c’est autre chose. Soit il y a un problĂšme de comprĂ©hension fondamental du français le plus Ă©lĂ©mentaire, soit il s’agit de dĂ©nigrer une personne en particulier pour se dĂ©fouler ou lui faire payer je ne sais quoi. Te concernant, je penche pour cette deuxiĂšme option, d’autant plus que je t’ai alertĂ© Ă  plusieurs reprises, et que tu persistes et surenchĂ©ris. Et le fait que tu rĂ©pĂštes mon nom sans cesse dans tes commentaires, je ne me l’explique pas, mais tu devrais t’interroger sur les raisons d’un tel comportement.

      En résumé, je te propose de respirer un grand coup, et de te demander pourquoi dÚs que tu écris un commentaire de plus de trois lignes cela se termine invariablement en insultes à mon égard.

  35. Je trouve lùche de censurer un commentaire, le présenter en le tronquant le déformant et le ridiculisant puis y répondre.
    Tu peux censurer ce que tu veux. mais c’est lĂąche de rĂ©pondre Ă  des commentaire que tu as censurĂ©, puis prĂ©sentĂ© Ă  ta façon en les tronquant, dĂ©formant Ă©courtant Ă  l’extrĂȘme et ridiculisant.
    Cela revient Ă  bien s’armer pour affronter un adversaire … Ă  qui on a au prĂ©alable courageusement ĂŽtĂ© toute arme et toute possibilitĂ© de se dĂ©fendre.

  36. C’est toujours un peu pareil sur ce site mais rassurez vous des ukazes on en prend un peu partout dans la figure sur les blogs MAIS , comme l’Ă©cris si bien Losange ( bravo Losange ) ici Ă  cet endroit , ce sont des personnes qui ont en commun ” un acouphĂšne ” et plus si affinitĂ©s alors BON SANG DE BOIS vous savez bien TOUS Ă  votre façon de quoi il s’agit ????? c’est le bordel au minimum et l’enfer au maximum.
    Alors pas la peine de crier !
    Cher Laurent Matignon notre modĂ©rateur prĂ©fĂ©rĂ© je te salue bien ! et j’espere que ton hyper acousie n’augmente pas !
    Cordialement

  37. – merci d’avoir censurĂ© mon commentaire qui te dĂ©rangeait.

    – sur doctissimo, je publie depuis plus de 7 ans des commentaires beaucoup dĂ©rangeant que ce que j’ai fait ici. on ne m’en a jamais censurĂ© un seul… Pas Ă©tonnant c’est ta mentalitĂ© trĂšs droitiĂšre voir plus d’aprĂšs certain de tes posts. On imagine dĂ©jĂ  la dictature si Le Pen Ă©tait Ă©lu.

    – C’est moi qui suis lĂąche? Ce n’est pas moi le lĂąche qui se planque derriĂšre un statut de modĂ©rateur pour sĂ©lectionner les post qui lui plaisent.
    Je ne suis pas étonné que tu me traité de lùche tu a dit également plus haut; je te cite:
    “Contrairement Ă  alex35 par exemple, je ne pense pas que mentir serve les hyperacousiques.”
    Je pensais que tu trouverais autre chose comme argument que “c’est celui qui l’a dit qui l’est.

    – Je te conseille de publier un autre commentaire qui te valorise en utilisant un pseudo bidon; ce jeu de marionnettes rendra trĂšs bien. Profite de ton prestigieux statut de PrĂ©sident modĂ©rateur de … Oreille malade. Quitte Ă  ĂȘtre lĂąche , autant ĂȘtre lĂąche jusqu’au bout.

    J’abandonne.

  38. Non au racisme; Vive la France!

    Je suis contre la peine de mort sauf pour les racistes.

    Les racistes sont des sous hommes des dĂ©chets humain parce qu’ils jugent l’autre en fonction de sa couleur.

    Il faut nettoyer ce pays au karcher pour enlever tous lez xĂ©nophobes, l’Ă©purer en supprimant tous les racistes.

    La xénophobie est une maladie.

    Vive la France Ă©purĂ©e de ses racistes. Il n’y a pas de place pour ces gens dans mon pays.

    “LibertĂ© Ă©galitĂ© fraternitĂ© Vive la France Ma France.

    Vive la France terre d’accueil des gens ouverts et intelligents.

    Echange 10 racistes (et donc crétins) français contre 10 étrangers ouverts et intelligents.

    Je suis sĂ»r que toi aussi tu abhorre la vermine raciste Laurent Matignon. 🙂

    Matignon, j’ai comme l’impression que ce post ne va pas te plaire et que tu vas le censurer.

  39. Mdrrrrrrrrrrrrr

    je me suis bien Ă©clatĂ© lĂ . Ca fait du bien de s’amuser avec les lĂąches.

    Oui je sais Matignon tu as beaucoup souffert du racisme anti blanc tu en portes encore les sĂ©quelles. C’est atrocement traumatisant tellement c’est frĂ©quent. Heureusement que (comme par hasard) ça n’arrive qu’Ă  certains et bizarrement jamais Ă  d’autres qui pourtant sont bien blancs. Comme c’est curieux. A moins que ce soit une magouille de lĂąche? Qui sait? Peut-ĂȘtre que oui peut-ĂȘtre que non? Aller un petit dĂ©velopppement Ă  la Matignon? Avec un coup Ă  droite un coup Ă  gauche et une petite dĂ©claration Ă  dormir debout pour finir?

    Le tout c’est qu’on sache plus trĂšs bien ce que matignon pense finalement tellement il a louvoyĂ© comme un … lĂąche.