Vivre sans internet, c’est un peu mourir

[…] L’essor de cette paresse agitĂ©e, de cette solitude grĂ©gaire qu’est le vagabondage numĂ©rique, ne peut qu’inquiĂ©ter car il va de pair avec le lent effacement de ce qui constitue la dignitĂ© humaine, le fait de penser et de ressentir. L’ennui, c’est que l’exercice de la raison et le dĂ©veloppement de la sensibilitĂ© demandent du temps, du silence et de la solitude. Tout ce que dĂ©teste l’internaute en vacances !

Isabelle Marchandier, Causeur.fr, « Vacances sans wifi, vacances pourries !« 

A lire aussi :  Une minute de silence

Articles liés

Sifflement dans l’oreille et silence assourdissant

L’horizon s’étendait des kilomètres plus loin sur une ligne de front qui semblait rejoindre le ciel. Le soleil brillait maintenant franchement en se reflétant dans la neige. Tout était blanc et aveuglant. Un silence et une solitude à perte de vue. Je me concentrais un peu sur le sifflement dans mon oreille.

RĂ©ponses