Une bulle de silence

РLa lassitude guette le fauve qui chasse depuis plusieurs jours et ne capture aucune proie, r̩pondit Wang.
РEncore un dicton de ta grand-m̬re ?
Wang regrettait amèrement d’avoir parlé de grand-maman Li à Frédric et Delphane lors d’une morne soirée d’hiver. Il avait dilapidé une partie de son trésor pour le plaisir fallacieux d’être le centre d’une conversation. […]
“Un proverbe sino-russe, répliqua-t-il sèchement.
– Laissons passer une nuit et un jour, proposa Frédric. Nous aviserons demain à la même heure. Ne me rappelle pas d’ici là, sauf en cas d’urgence. Je vais réfléchir à une solution plus… expéditive.”
Lorsque la communication s’interrompit, Wang eut la subite impression d’être environné d’une bulle de silence. Il retira ses écouteurs, perçut le friselis de la brise sur les herbes, les hennissements des chevaux, les cliquetis des balles que les hommes glissaient dans la culasse ouverte de leur fusil.

Pierre Bordage, Wang, 2 – Les aigles d’Orient

A lire aussi :  La nuit est riche de son silence

Articles liés

Réponses