Proposition de loi : troubles de l’audition

proposition de loi

Proposition de loi relative aux troubles auditifs

PROPOSITION DE LOI

visant à instituer des séances de prévention
sur les
troubles de l'audition
au sein des
Ă©tablissements scolaires,

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Les troubles de l’audition ont connu, ces dernières annĂ©es, une recrudescence et sont devenus un vĂ©ritable problème de santĂ© publique.

Certaines pratiques de loisir semblent en effet singulièrement prĂ©judiciables pour l’ouĂŻe, Ă  l’instar des frĂ©quentations assidues des discothèques, des concerts de musique ou encore des rave parties.

Les traumatismes acoustiques peuvent provoquer des lĂ©sions irrĂ©versibles de l’oreille interne et surviennent soit immĂ©diatement, soit progressivement.

Selon certaines études épidémiologiques, il semble que plus de 10 % des adolescents âgés de 15 à 18 ans sont actuellement malentendants à des degrés variables.

Les consĂ©quences psychologiques et sociales de certaines affections comme les acouphènes et l’hyperacousie sont considĂ©rables.

Chaque annĂ©e, ce sont près de 200 000 nouveaux cas d’acouphènes qui sont constatĂ©s, dont 65 % chez les jeunes, qui connaissent une rupture du lien social, en plus des souffrances physiques chroniques se manifestant par une gĂŞne lĂ©gère ou insupportable.

Alors qu’il n’existe, Ă  l’heure actuelle, aucune solution chirurgicale et aucun traitement mĂ©dicamenteux, la gravitĂ© des consĂ©quences de la « culture du bruit » qui se dĂ©veloppe dans notre pays, y compris dans des centres commerciaux, doit susciter une prise de conscience.

C’est pourquoi, la prĂ©sente proposition de loi vise Ă  instituer des sĂ©ances de prĂ©vention, dans les Ă©tablissements scolaires, pour informer et sensibiliser les jeunes, premières victimes de l’acouphène et de l’hyperacousie qui, lorsqu’ils se combinent avec la prise de substances psychotropes, ont un effet dĂ©vastateur sur l’audition.

A lire aussi :  Audition : comment la prĂ©server ?

Il vous est donc demandé, Mesdames, Messieurs, de bien vouloir adopter la proposition de loi suivante :

PROPOSITION DE LOI

Article unique

Après l’article L. 312-17 du code de l’Ă©ducation, il est insĂ©rĂ© un article L. 312-17-1 ainsi rĂ©digĂ© :

« Une information est Ă©galement dĂ©livrĂ©e sur les troubles de l’audition dans les collèges et les lycĂ©es, Ă  raison d’une sĂ©ance annuelle, par groupe d’âge homogène.

« Ces sĂ©ances pourront associer les personnels contribuant Ă  la mission de santĂ© scolaire ainsi que d’autres intervenants extĂ©rieurs. »

A consulter en intĂ©gralitĂ© : Proposition de loi sur les troubles de l’audition [PDF]


Visiblement cela n’a eu aucune suite, comme on peut le constater ici :

Prévention sur les troubles de l’audition au sein des établissements scolaires

N° 2067 – Proposition de loi visant Ă  instituer des sĂ©ances de prĂ©vention sur les troubles de l’audition au sein des Ă©tablissements scolaires (M. Jean-Claude Decagny)

( 25 février 2005 )
(Les informations concernant les réunions à venir ont un caractère prévisionnel et sont susceptibles d’être modifiées)
Travaux préparatoires

Assemblée nationale 1re lecture
Assemblée nationale – 1re lecture

Proposition de loi de MM. Jean-Claude DECAGNY et Bernard PERRUT et plusieurs de leurs collègues visant à instituer des séances de prévention sur les troubles de l’audition au sein des établissements scolaires, n° 2067, déposée le 9 février 2005 et renvoyée à la commission des affaires culturelles, familiales et sociales.

Malheureusement la page suivante est tout aussi blanche que bon nombre de mes nuits…

Articles liés

RĂ©ponses

  1. L’Ă©cart entre le constat des troubles auditifs:”lĂ©sions irrĂ©versibles”, “200 000 nouveaux cas”, “rupture de lien social”, “souffrances physiques”, “aucune solution chirurgicale et mĂ©dicamenteuse” et la solution proposĂ©e est frappante “une sĂ©ance annuelle d’information”… Au final, ce projet est restĂ© Ă  l’Ă©tat de projet, les collègiens et lycĂ©ens doivent continuer d’entrer et sortir de cours suivant le rythme des sonneries, de supporter les bruits de fond des salles de classe, cantines et couloirs et surtout Ă©couter au delĂ  des limites raisonnables leurs lecteurs MP3 respectifs… Rien n’avance, sinon en pire…