Carnaval de Nice : un blessé léger

J’ai encore des sifflements dans les oreilles“, a dĂ©clarĂ© samedi StĂ©phane Ruffier, gardien de but de l’AS Monaco, après avoir reçu un pĂ©tard.

J’ai assistĂ© Ă  des choses que je n’avais plus l’habitude de voir sur les terrains. Je me suis mĂŞme cru dans une boĂ®te de nuit avec la musique dĂ©versĂ©e par une sono pendant la seconde pĂ©riode” : c’est par ces mots que Ricardo, l’entraĂ®neur monĂ©gasque, a fait part de sa colère Ă  l’issue du match de Ligue 1 jouĂ© Ă  Nice ce week-end, durant lequel son gardien a reçu divers projectiles dont un pĂ©tard, qui l’a touchĂ© aux pieds.

Le Carnaval de Nice et ses fous
Le Carnaval de Nice et ses fous

Pour moi, ce n’est rien ou pas grand chose. Sans doute qu’en PrincipautĂ©, il n’y a pas de pĂ©tard.” a pour sa part ironisĂ© le truculent entraĂ®neur niçois, FrĂ©dĂ©ric Antonetti, ajoutant : “Je ne dis pas qu’il faut jeter des pĂ©tards sur le terrain, mais qu’on ne dise pas que le football est violent.

Quelle est la version de l’intĂ©ressĂ© ?
J’ai reçu un pĂ©tard dans mes pieds. Lorsqu’il a explosĂ©, j’ai eu des Ă©clats dans la cuisse. Rien de grave mĂŞme si j’ai encore des sifflements dans les oreilles. L’arbitre m’a demandĂ© de m’Ă©carter afin d’Ă©viter d’autres projectiles, un verre plein de boisson a giclĂ© tout près. Mais je n’avais pas de raison de quitter la pelouse.” Rien de grave, vraiment ? Pas de raison de quitter la pelouse, sĂ»r et certain ?
Celui-ci indiquait, une demi-heure après la fin de la rencontre “Je n’entendais rien [peu après avoir reçu le pĂ©tard], j’ai encore des sifflements.” Souhaitons-lui d’avoir parfaitement rĂ©cupĂ©rĂ© Ă  l’heure oĂą j’Ă©cris ces mots.

A lire aussi :  Wordle, la carte d’identitĂ© en tags

L’annĂ©e dernière, dans ce mĂŞme stade du Ray, c’est le public marseillais qui s’Ă©tait rendu coupable du mĂŞme geste, avec des consĂ©quences sĂ©rieuses pour un jeune pompier niçois, Anthony Roko.

Cela n’a, une fois de plus, pas servi de leçon.

Une chose est certaine : le public niçois est chaud, très chaud. L’un des plus chauds de France très certainement. Mais la portĂ©e d’un tel geste doit faire rĂ©flĂ©chir les membres des groupes de supporters. La BSN – Brigade Sud Nice – notamment a, par le passĂ©, dĂ©jĂ  souffert de diverses dĂ©cisions et amalgames et n’hĂ©site pas Ă  prendre la parole lorsqu’elle le juge nĂ©cessaire. Ainsi dĂ©clarait-elle l’annĂ©e dernière : “pour tenter de nous faire entendre, nous n’avons pour l’heure rien trouvĂ© de mieux que le silence.

Qu’ils sachent que le silence est tout aussi prĂ©cieux que fragile.

Et que celui-ci peut REELLEMENT devenir assourdissant.

A bon entendeur…

(Le carnaval de Nice et ses fous, Paillasou, Pilichinelle, Annie SIDRO, Triboulet – Editions Serre, Nice, 1979)

Articles liés

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

TPE sur le risque auditif relatif au bruit excessif : interview

J’ai reçu il y a quelques semaines la demande suivante de la part d’une lycĂ©enne, dans le cadre d’un TPE :

Monsieur Matignon,

Je me permet de vous écrire car deux de mes camarades et moi même souhaiterions vous interviewer dans le cadre de notre TPE (Travaux Personnels Encadrés).
Nous sommes Ă©lèves de Première Scientifique au lycĂ©e HENRI IV dans le 5e arrondissement de Paris et travaillons sur le sujet: “Et si les bruits et les sons d’aujourd’hui nous rendaient sourd demain ?”

RĂ©ponses