Concert : éjaculation précoce et impuissance

Oneida donne ensuite un concert complet et c’est plutôt bien, à la fois hargneux et hypnotique. Mais le son est tellement fort que je pars avant la fin.

C’est ce qu’on peut lire sur l’excellente webzine Popnews, sous la plume de Vincent Arquillière.

On cherche à donner plus de plaisir au public. On montre le son. On pousse les compteurs dans le rouge. Plus vite, plus haut, plus fort. Et soudain ça craque. Tout s’écroule.

Les rares personnes averties ont déjà fui la salle. Certaines portaient des bouchons dans les oreilles mais savent que ça ne protège que jusqu’à un certain degré : au delà, la conduction par voie osseuse suffit à créer un traumatisme auditif et les bouchons ne sont plus alors d’une grande utilité.

L’immense majorité du public, à l’inverse, ne sait pas. Et comme le seuil de la douleur se situe largement au-delà du seuil de danger, se laisse détruire les cellules cillées – sourire aux lèvres en prime.

Plus de plaisir ? Pour quoi à l’arrivée ? Une minorité qui court se mettre à l’abri et le reste qui, abîmée, ne pourra bientôt plus assister à des concerts. C’est cher payé la minute de jouissance !

Pourtant, si l’industrie du disque se porte plus mal que jamais, les tourneurs s’en mettent en revanche actuellement plein les poches :
jamais les salles n’ont affiché à ce point complet, jamais le public ne s’est tant pressé pour voir sur scène les artistes qu’il adule – ou simplement apprécie.

Alors quoi ? C’est un peu ce qu’aurait dit Hitler en avril 45 au sujet de l’Armée Rouge (“eux n’ont pas de problème d’effectif“) ? Continuons à décimer les troupes : de la chair fraîche sort régulièrement des bancs du lycée pour venir acheter nos tickets !

A lire aussi :  Récré A2 rock en Seine

Jusqu’à quand ?

Related Articles

La nausée : le mal du concert

“Je voulais réagir à votre article sur les concerts qui ne font plus recette (Télérama n° 3140) […] Et quand on voit que les organisateurs distribuent des boules de protection auditive à l’entrée de leurs concerts, où on a la nausée à cause du volume et des basses… Non, vraiment, la crise ne doit pas tout expliquer.”

TPE sur le risque auditif relatif au bruit excessif : interview

J’ai reçu il y a quelques semaines la demande suivante de la part d’une lycéenne, dans le cadre d’un TPE :

Monsieur Matignon,

Je me permet de vous écrire car deux de mes camarades et moi même souhaiterions vous interviewer dans le cadre de notre TPE (Travaux Personnels Encadrés).
Nous sommes élèves de Première Scientifique au lycée HENRI IV dans le 5e arrondissement de Paris et travaillons sur le sujet: “Et si les bruits et les sons d’aujourd’hui nous rendaient sourd demain ?”

Réponses

  1. En effet, tout est dans le titre…
    Les concerts à fond les gamelles sont comparables à une pénétration anale sans vaseline. Les guitaristes de rock dur sont l’instar des pilotes automobiles, des militaires intrépides, des tronçonneurs fous, etc..,etc..,) de petits impuissants qui utilisent un objet phallique leur conférant une forme de virilité retrouvée.
    Le spectateur est quant à lui conscient de se faire enculer tous les Week-end mais, bien entendu, il en redemande car il n’y a plus grande jouissance que de jouer avec le danger. Eros ne serait rien sans Thanatos…

  2. Randy me fait savoir à bon escient que j’ai oublié dans ma liste non exhaustive les militants pro-Tibet, les pédérastes “gaypridisés” , les anti-racistes abrutis, les supporters de foot décervelés , les raveurs lobotomisés (pléonasmes) bref ! tous ceux qui s’oublient dans le gang-bang géant de la mondialisation laissant derrière eux, pour bien être suivis ,une traînée de foutre gluant.