L’espace du silence

Pourquoi parler de Rodolphe Bessey ?

Parce que (merci Wikipedia) son œuvre est principalement axée sur une double quête : quête de l’originel d’abord, à travers des photogrammes exprimant cet appel à la primalité, omniprésente, mais latente ; Mais aussi quête du silence, à la recherche du bruit sourd, du cri étouffé, afin d’apprendre à voir et à écouter ce qui n’est ni visible ni audible. L’art brut est en somme la base de son travail, par l’usage de peintures rupestres, de plans archéologiques, et de matériaux assez corporels, tels des empreintes, radiographies, fossiles, ou momifications d’objets en plastique.

“L’espace du silence” est une rĂ©trospective de ses Ĺ“uvres de 40 pages environ, publiĂ©e aux Ă©ditions .EclectiK.lab.

Une belle soirĂ©e en perspective pour nos amis lyonnais… (cliquez sur l’image pour la voir en grand).

f775e306369847cf3823ab617e0939cb

A lire aussi :  In the name of silence

Articles liés

La culture et le silence

La culture et le silence, un film de formation. Un dispositif d’Ă©ducation Ă  l’image en Languedoc-Roussillon vu par des Ă©tudiants de 3ème annĂ©e de Licence CinĂ©ma de l’Univ. Montpellier 3 (annĂ©e 2007/2008 , cours “les dispositifs d’Ă©ducation Ă  l’image”).

La quĂŞte – accès Ă  l’eau potable

Boire ou mourir… Dans un Marseille désertique, un homme part à la recherche d’eau. Assoiffé, sa quête le mènera jusqu’à la mort. A moins que tout cela ne soit qu’un rêve… L’optique du film est de transférer une situation de manque d’eau extrême dans un lieu qui nous est commun (une ville française).

RĂ©ponses