La Chute de Berlin – der Untergang

Vendredi 20 avril 1945, 16 heures

Oui, c’est bien la guerre qui dĂ©ferle sur Berlin. Hier encore ce n’Ă©tait qu’un grondement lointain, aujourd’hui c’est un roulement continu. On respire les dĂ©tonations. L’oreille est assourdie, l’ouĂŻe ne perçoit plus que le feu des gros calibres. Plus moyen de s’orienter. Nous vivons dans un cercle de canons d’armes braquĂ©es sur nous, et il se resserre d’heure en heure.
A intervalles, les longues pauses d’un silence devenu inhabituel. On remarque soudain le printemps. Des ruines noircies du quartier s’Ă©lèvent par bouffĂ©es les senteurs de lilas oubliĂ©s dans des jardins sans maĂ®tres. Devant le cinĂ©ma, le moignon d’acacia mousse de verdure. Entre deux hurlements de sirènes, des hommes ont sans doute trouvĂ© le temps de bĂŞcher leur petit jardin familial, car autour des cabanons de la Berliner Strasse la terre est fraĂ®chement retournĂ©e. Seuls les oiseaux se mĂ©fient de ce mois d’avril ; les moineaux boudent notre gouttière.

Marta Hillers (livre publié anonymement), Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945accba0b69f352b4c9440f05891b015c5

A lire aussi :  HypersensibilitĂ© auditive (hyperacousie)

Related Articles

RĂ©ponses

  1. Salut,
    je suis depuis un petit moment ton spirituel et dynamique blog et je t’en fĂ©licite. J en epeux m’empĂŞcher en lisant ce post que je ne connaissais pas Ă  une expĂ©rinece rĂ©cente de concert, oĂą j’ai entendu la 8ème symphonie de Chostakovitch. Le genre de musique qui n’en a pas elle « dit » les choses avec les tripes. En tout cas c’est jouĂ© assez souvent Ă  Paris.
    C’est une Symphonie « de guerre » (et pas mal aussi de purge!) pour Chosta qui en avait vu et entendu de toutes les couleurs. L’approche de la guerre s’y vit comme une montĂ©e au Golgotha mais aussi l’Ă©crasement des hommes. Tout cela pour dire un truc un peu anecdotique: dans les rares moments d’apaisement, comme Ă la fin du premier mouvement, on entend… un sifflement. Enfin le aigu et très faible des cordes, un instant libĂ©rĂ©es des atteintes bruyantes. Frère Chosta vivait-il le silence de la guerre dans l’acouphène?