La Chute de Berlin – der Untergang

Vendredi 20 avril 1945, 16 heures

Oui, c’est bien la guerre qui dĂ©ferle sur Berlin. Hier encore ce n’Ă©tait qu’un grondement lointain, aujourd’hui c’est un roulement continu. On respire les dĂ©tonations. L’oreille est assourdie, l’ouĂŻe ne perçoit plus que le feu des gros calibres. Plus moyen de s’orienter. Nous vivons dans un cercle de canons d’armes braquĂ©es sur nous, et il se resserre d’heure en heure.
A intervalles, les longues pauses d’un silence devenu inhabituel. On remarque soudain le printemps. Des ruines noircies du quartier s’Ă©lèvent par bouffĂ©es les senteurs de lilas oubliĂ©s dans des jardins sans maĂ®tres. Devant le cinĂ©ma, le moignon d’acacia mousse de verdure. Entre deux hurlements de sirènes, des hommes ont sans doute trouvĂ© le temps de bĂŞcher leur petit jardin familial, car autour des cabanons de la Berliner Strasse la terre est fraĂ®chement retournĂ©e. Seuls les oiseaux se mĂ©fient de ce mois d’avril ; les moineaux boudent notre gouttière.

Marta Hillers (livre publié anonymement), Une femme à Berlin : Journal 20 avril-22 juin 1945accba0b69f352b4c9440f05891b015c5

A lire aussi :  Un nouvel ami au petit-dĂ©jeuner

Articles liés

RĂ©ponses

  1. Salut,
    je suis depuis un petit moment ton spirituel et dynamique blog et je t’en fĂ©licite. J en epeux m’empĂŞcher en lisant ce post que je ne connaissais pas Ă  une expĂ©rinece rĂ©cente de concert, oĂą j’ai entendu la 8ème symphonie de Chostakovitch. Le genre de musique qui n’en a pas elle “dit” les choses avec les tripes. En tout cas c’est jouĂ© assez souvent Ă  Paris.
    C’est une Symphonie “de guerre” (et pas mal aussi de purge!) pour Chosta qui en avait vu et entendu de toutes les couleurs. L’approche de la guerre s’y vit comme une montĂ©e au Golgotha mais aussi l’Ă©crasement des hommes. Tout cela pour dire un truc un peu anecdotique: dans les rares moments d’apaisement, comme Ă la fin du premier mouvement, on entend… un sifflement. Enfin le aigu et très faible des cordes, un instant libĂ©rĂ©es des atteintes bruyantes. Frère Chosta vivait-il le silence de la guerre dans l’acouphène?