Enfant : un peu d’amour, assaut sonore tous les jours – Midi Festival, Skeletons

Votre enfant a besoin d’amour. Pour ce faire, une bonne solution : emmenez-le à un concert des Skeletons !

Le Midi Festival 2009 de Hyères-les-Palmiers (Var) vient de se terminer et a été, je n’en doute pas, une nouvelle franche réussite.

Voici d’ailleurs les mots employés sur le site officiel du festival dans le billet consacré au bilan de l’édition 2009. Sous le titre “Elevation” – ça ne s’invente pas -, on peut lire que le Midi Festival a fermé ses postes lors d’un bouquet final dont tout le monde dans l’assistance se souviendra : les Skeleton$, emplissant l’espace bondé de la Villa Noailles de leurs assauts sonores inouïs.

Le tout doublé sur le compte Twitter duMidi Festival d’un concis Midi Festival 09 clôture après une soirée ravageuse et mise en sueur par la performance inouïe des skeleton$.

Plutôt que de banales définitions, je vous convie à un instant littérature – et citation – sur Oreille malade, vu que j’ai envie de m’y remettre un peu plus sérieusement 😉 :

  • Assaut :

“[Au IXème siècle, les Normands] donnèrent trois assauts. Les Parisiens les soutinrent.”

Voltaire, Essai sur les moeurs

“Qu’une des plus fortes villes des Flandres ait ainsi été emportée d’assaut.”

Racine, Campagnes de Louis XIV

“Quels assauts, quels combats j’ai tantôt soutenus !”

Racine, Mithridate

“Il soutient des assauts terribles, il combat corps à corps avec ses passions.”

Chateaubriand, Génie du christianisme

“La montagne qui dans le Stromfiord reçois à ses pieds les assauts de la mer et à sa cime des vents du nord.”

Balzac, Séraphita

“[…] les guichets des banques avaient, paraît-il, essuyé l’assaut des rentiers pris de panique.”

R. Martin du Gard, les Thibault

“l’esprit de Valéry et de Cocteau ne s’efforçait que de dénigrer ; ils faisaient assaut d’incompréhension, de déni.”

A. Gide, Journal, 3 novembre 1920

  • Inouï :

“Sauts d’harmonie inouïs”

Rimbaud, les Illuminations

“Cette façon de parler […] est inouïe dans à la cour, et même il ne me souvient pas de l’avoir ouï dire dans les villes.”

Vaugelas, Remarques sur la langue française

“Des honneurs jusque là inouïs.”

Massillon, in Littré

“Est-ce donc un prodige inouï parmi vous ?”

Racine, Phèdre

“Il était forcé de reconnaître que la bonté existait. Ce forçat avait été bon. Et lui-même, chose inouïe, venait d’être bon.”

Hugo, les Misérables

  • Ravage :

“Il fallait que les ravages des Normands fussent passés […]”

Michelet, Histoire de France

“[…] le beau Patru ne laissait pas de faire des ravages aux environs du Châtelet.”

Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 1852

A lire aussi :  Campagne anti-tabac - Yvan Attal

Et la plus délicieuse pour le dessert :

“Les peines doivent produire sur l’âme de l’homme les mêmes ravages que l’extrême douleur cause dans son corps […]”

Balzac, le Médecin de campagne

Des assauts sonores inouïs… Une soirée ravageuse… En somme, quel beau vocabulaire guerrier que voilà ! Mais pourquoi n’avoir pas poussé la logique à son terme en nous gratifiant d’un “assauts sonores d’une violence inouïe” bien senti ? On se serait rapproché un peu plus des chroniques de concert éructées haut et fort sur POPnews.

Et surtout, surtout… que fait une petite fille non seulement sur le front mais… en première ligne, comme on le voit sur la photo ci-dessous ?

Midi Festival, concert des Skeletons : petite fille au premier rang
Midi Festival, concert des Skeletons : petite fille au premier rang

Cela me choque tout autant, pour des raisons pas forcément similaires mais en fin de compte peu éloignées, que de voir des enfants sur les épaules de leurs parents lors de manifestations de la CGT, FN, FO et autres braillards sous étendards.

Un enfant est particulièrement fragile – et doit donc être protégé – en ce sens qu’il ne dispose pas encore d’esprit critique et de libre-arbitre : n’est-ce pas cela que l’on nomme l’innocence de l’enfance ?

(Crédit photo : Skeleton$ @ Villa Noailles, July 26th 2009)


Articles liés

Réponses

  1. “n’est-ce pas cela que l’on nomme l’innocence de l’enfance ?”

    Laurent Matignon, “Prendre un enfant par la main, et l’emmener loin des amplis et des syndicats… “.