Faut-il déclamer Justice ?

Un gros son, sursaturé mais ultra-sophistiqué. C’est la clé du succès foudroyant de ce duo français, Justice.

[…] C’est quoi, le son Justice, le logiciel de cette musique, la clé de son triomphe annoncé ? Réponse : c’est d’abord une idée. Une riche idée, terriblement culottée en pleine ère de formatage sonore mondial vaguement r’n’b : saturer les sons. Pousser les synthétiseurs, les séquenceurs, les échantillons loin, loin, loin dans le rouge, comme au bord d’un volcan, mais alors juste au bord, avec les doigts de pieds dans la lave.

a190f50b6bb347d0d65696526100d7c7

« Effet rock » garanti sur facture. L’un des premiers fans certifiés du duo eut cette phrase magnifique il y a deux ans, alors qu’il envisagerait d’utiliser un morceau de Justice pour la bande sonore d’une publicité pour Peugeot (lequel spot, chose extraordinaire, vit effectivement le jour !) : « Cette musique est incroyable, mais ça fait quand même vraiment mal aux oreilles, non ? ». Monsieur avait raison, et maintenant tout le monde pense comme lui : cette disco-des-temps-modernes fait mal aux oreilles, mais on en redemande (oreilles nourries au Vincent Delerm s’abstenir).

[…] Exceptionnel sens des micro-silences, des blancs numériques, des faux accidents de parcours. Un morceau de Justice n’est jamais un fleuve tranquille. Plutôt un torrent déchaîné, avec plus d’un tour dans son ressac. Le son bouillonnant des basses, funky en diable, est celui du groupe anglais Basement Jaxx ; la férocité des aigus, c’est plutôt My Bloody Valentine (pop-rockers devenus sourds) ; et le noyau rythmique : une sorte de Daft Punk sous acide (fourni par Cerrone, l’acide). […]

A lire aussi :  Messieurs les sensolibs, bonsoir !

Télérama n° 2997 du 20 juin 2007
Chronique d’Emmanuel Tellier

Torrent de traumatismes auditifs – et donc d’acouphène permanent – à prévoir lors de la prochaine tournée du groupe…

(pochette de circonstance pour l’album de Justice)

Articles liés

Réponses

  1. Moi aussi j’ai lu l’article dans le télérama (tu as de bonnes lectures !). Je ne connais pas cette formation, mais je vais quand même essayer de découvrir. Moi je suis un vieux fan de Kat Onoma, et sur scène, bonjour le mur du son au niveau guitares (mais fichtre ce qu’elles pouvaient bien sonner pour des Frenchies)

  2. C’est triste à dire, mais je me demande si un “tsunami” de décibels ne serai pas la meilleure prévention.

    Je vois bien un JT de 20h avec comme titre “10000 personnes on subit d’importants dommages auditifs suite à un concert”.
    Ca ferai peut être bouger un peu les mentalités…

  3. Moi je me demande aussi comment les mecs de ce groupe arrivent à ne pas se péter les oreilles … est-ce qu’ils se mettent des bouchons / protections ?? Est-ce qu’ils sont à des années lumières de réaliser le risque qu’ils prennent ??