Ma teute va cracker

c71a072599a8241c8bdb83317a3127d8

20 juin 2003

Je vais craquer.

Je le sais.

Je le sens.

Je ne peux plus tirer sur la corde.

Il n’y a plus de lendemain.

En tout cas je l’espère de tout mon cœur qui saigne à grands flots.

Pas un jour de plus.

Je ne peux plus.

Ça suffit.

Mais j’ai toujours l’espoir.

Ce putain d’espoir.

Seule raison de ma survie.

Il me faut donc parer au plus pressé : me faire arrêter, partir retrouver ma famille, me réfugier dans le cocon qui m’a vu naître, sous le soleil de ma Provence, revoir mes parents, ma sœur et son copain, ma nièce qui vient de voir le jour deux semaines plus tôt, ma grand-mère surtout, qui est très mal en point suite à une rupture du col du fémur et de sérieuses complications.

Je prends donc contact avec mon ORL, le « you know what ? I’m happy » Docteur Durand – ou “Durant”, qu’en sais-je en cet instant ? Qui refuse catĂ©goriquement d’accĂ©der Ă  ma demande : « si je vous arrĂŞte, vous allez y penser constamment et les sifflements vont s’installer Ă  vie ».

Dans le brouillard de mon coma je sens une énergie prête à me faire imploser : de la colère ! Je suis furieux ! Si je me bats contre toute cette merde ce n’est certainement pas lui, sa peur d’un contrôle des services médicaux et son incompréhension patente du problème qui va me mettre des bâtons dans les roues.

Il m’aidera, de gré ou de force !

Et de fait, après avoir – lourdement – insistĂ©, celui-ci consent Ă  m’accorder royalement une semaine (!) d’arrĂŞt maladie.

A lire aussi :  SurditĂ© : tout savoir

Je sais que cela ne suffira pas, même en envisageant le scénario le plus guimauve qui soit, à me remettre d’aplomb.

Peu importe : je vais pouvoir fuir.

Et je ferai prolonger cet arrêt sitôt arrivé dans le sud.

(c’est beau, une ville, la nuit)

Articles liés

RĂ©ponses

  1. Ce docteur DURAND est un vrai hypocryte. Le repos ne fait pas de mal aux acouphènes. Et je ne vois pas pourquoi lorsque l’on est arrĂŞtĂ© on y pense plus que lorsque l’on va au travail. S’il est question ed bruit, on peut avoir le mĂŞme bruit chez soi qu’au travail.

    Il faut avour un minimum d’honnĂŞtetĂ© et ĂŞtre acpable de dire:
    je ne peux pas accorder un arrĂŞt maladie d’un semaine car j’ai un quota et les arrĂŞts maladie que je peux accorder sont limitĂ©s.

    VoilĂ  une excuse un peu pus acceptable mĂŞme si elle aussi peut-ĂŞtre factice.

  2. le problème des “medecins” c’est qu’il vous disent de vous occuper, mais Ă  force de tout faire dans la douleur et de serrer les dents Ă  un moment donner ça passe plus….de toute façon ils sont tous dĂ©munis face Ă  ça et j’ai meme entendu de la bouche d’un ORL “moi les patients atteints d’acouphènes je n’en veux pas!” voilĂ  voilĂ …!