Gonzales : « une douleur poétique »

Le chanteur canadien Gonzales, dans A Nous Paris, au sujet du travail en groupe :

C’est comme une relation amoureuse ou amicale. On peut ĂŞtre fusionnel, mais il reste toujours des rĂ©sidus de rapport de force, comme des fantĂ´mes. C’est une douleur poĂ©tique.

9817c51258931f3c597073c2b75db34e

Personnellement j’aurais dit que travailler en groupe ne pose pas grand problème. Mais lorsqu’il s’agit de cohabiter Ă  15 ou 20 dans un open-space, la chanson est toute autre.

Et lorsque l’on souffre d’hyperacousie, c’est pire… Fort heureusement celle-ci est dĂ©sormais lĂ©gère, mais n’en rend pas moins la journĂ©e d’open-space plus difficile Ă  supporter que pour le pĂ©kin moyen – et encore je ne parle pas des douleurs auriculaires qui, bien que moins vives, sont toujours lĂ  et bien lĂ .

Certains m’assurent, lorsque je me plains du bruit environnant, que c’est “pareil pour eux”. En rĂ©alitĂ©, ils parviennent Ă  de multiples occasions au cours de la journĂ©e – heureusement pour leur santĂ© mentale et accessoirement leur capacitĂ© de travail – Ă  se couper du monde extĂ©rieur, Ă  dresser un voile qui les protège de ces petites agressions.

On appelle cela la concentration.

Ils ne s’en rendent pas compte, tant ce processus est naturel.

Oui mais voilĂ , lorsqu’un jour l’hyperacousie paraĂ®t, cette barrière naturelle s’Ă©croule. Et il a toujours Ă©tĂ© bien plus aisĂ© de dĂ©truire que de construire.

(La chute du mur de Berlin, photo Patrick Piel / Gamma – la concentration et les Allemands, c’est une longue histoire d’Amour)

A lire aussi :  Joyeux anniversaire !

Articles liés

Journée mondiale contre la douleur

L’OMS s’associe à la Journée mondiale contre la douleur célébrée tous les ans le troisième lundi du mois d’octobre. Le traitement de la douleur et les soins palliatifs font partie intégrante du droit à jouir d’une bonne santé, estime l’Organisation mondiale de la Santé.

RĂ©ponses