La consécration (DJ & hyperacousie inside)

Mon blog figure désormais dans les liens du site de l’APTA – Association de Prévention des Traumatisme Auditifs (à ne pas confondre avec l’APTA, organisme de formation qui vient, Dieu sait pourquoi, de me faire parvenir un courrier).


Fier, je suis 😉

L’occasion pour moi de vous inviter à lire sur ce même site le récent témoignage de DJ Cheedo, 29 ans, qui souffre d’hyperacousie depuis deux ans.

Extraits :

[…] Vint le jour où j’ai commencé à entendre un moustique voler dans l’appartement d’à côté le soir en me couchant… J’avais l’impression d’avoir développé mon audition à force de faire travailler mes oreilles ! Mais quel con ! Je continue sans me soucier à enchaîner les soirées et cette sensation étrange commence à être accompagnée de bourdonnements, comme si j’avais les oreilles constamment bouchées. Les mois passant, je me rends compte que quelque chose n’allait pas. Répondre au téléphone commençait à devenir problématique et je ne supportais plus tout un ensemble de bruits de la vie de tous les jours. Je vais voir un ORL, le type diagnostique de l’hyperacousie et des lésions auditives. Il ne me dit rien de plus et ne se montre pas très perspicace dans ses explications quand je lui demande de développer ma pathologie. S’en suit un mois d’arrêt. Je me dis que c’est comme une petite entorse. […] Je commence à avoir sérieusement mal.

[…] Je reprends donc le mix avec mes pianissimos (bien que gênants) pensant que voilà, je ne pouvais plus avoir de problèmes… Erreur ! Je réalise vite que mon temps de résistance à l’exposition sonore est de plus en plus court et que les bruits du bar et de la musique m’affectent de plus en plus. L’hyperacousie avait fait sa place dans ma vie.

A lire aussi :  Acouphènes : sortir du cauchemar

En mars 2007, je tombe sur un article de journal effrayant où témoigne un Dj de ma région qui souffre d’hyperacousie sévère. Je prends immédiatement contact avec lui et constate les dégâts auxquels je m’expose si je continue. Il me conseille vivement de tout laisser tomber avant de devenir comme lui, chose que j’exécute sur le champ… larmes aux yeux voyant tous mes rêves s’écrouler.

Cela fait presque 5 mois que je n’ai pas animé de soirée. Cela me manque horriblement. Je ne peux plus aller en concert et fuis les ambiances bruyantes. Je suis sinon Assistant d’Education en Collège et vais devoir arrêter ce job également car les cris des enfants m’insupportent. Je cherche un lycée car plus tranquille. Beaucoup de gens pensent que je fabule et d’après ce que je lis sur les forums, je ne suis pas seul.

Jours après jours, je prends conscience que j’ai à présent un handicap et que je ne suis plus comme avant. Je pense à présent faire un dossier COTOREP. Je sais cependant que je ne suis pas encore trop atteint et que pleins de personnes souffrent dix fois plus que moi et rêverais d’être à ma place car il est vrai que quand je lis certains témoignages, j’ai l’impression d’être privilégié.


Articles liés

Cinema : traumatisme sonore

Traumatisme auditif au cinéma. Témoignage de Julie (mars 2010) : Mon histoire a commencé le mardi 19 janvier 2010 à 16h30 au cinéma Gaumont Opéra à Paris. Je vais voir le film Avatar. Pendant la séance, des cris sridents me font très mal à l’oeille. Le son en général était très fort.

Acouphènes : guérir !

Guéri des acouphènes : témoignage. Mes antécédents avec les acouphènes. Avant de vous raconter mes traumatismes sonores d’il y a un an, je tenais à préciser que par le passé j’avais déjà été confronté aux acouphènes, il y a 6 ans. A l’époque j’écoutais toujours la musique très forte.

Un autre monde est possible. Malheureusement.

Témoignage d’une victime d’hyperacousie sévère : Sylvie. “Je ne sais pas précisément comment mon hyperacousie est arrivée. Tout ce que je sais c’est que je suis entrée dans un autre monde que j’ai très peur de l’avenir, que professionnellement ca ne va pas être simple (J’ai été licenciée par la CPAM pendant mon arrét maladie).”

Réponses