Les antidépresseurs ne vous aident pas beaucoup…

“Les antidépresseurs ne vous aident pas beaucoup…”

Constat dépité de mon psy hier soir, alors que je lui exposais mon mal-être persistant, ce manque d’énergie déroutant, cette sensation d’un chemin de croix sans issue qui ne me quitte pas.

ecd2854f7ca357a8219e1e5a926649b6

“Côté travail, cela donne quoi ?”

Et lui tout étonné – “déjà un an que vous travaillez là-bas !” – de voir que ma situation ne s’améliore pas de manière nette, lui qui me promettait qu’en l’espace de quelques mois je serai radicalement transformé.

Un nouvel homme, à défaut d’un homme neuf.

Depuis décembre dernier je suis sous Cymbalta, un nouvel antidépresseur – mis sur le marché en janvier 2008 – conçu par deux psychiatres… dont précisément celui que je vois mensuellement.

Il résume :

“Les antidépresseurs ne vous aident pas beaucoup.”

Il faut dire qu’avant Cymbalta j’ai flirté avec Deroxat, swingué avec Anafranil, pris mes distances pendant quelques mois – sans doute mal conseillé -, vécu quelques mois avec Zoloft , l’ai trompé avec Seroplex et dormi avec Laroxyl (que je continue d’ailleurs de prendre, à faible dose, pour m’aider à sombrer dans le sommeil lorsque je n’ai plus d’autre choix).

“Mais vous ne vous aidez pas beaucoup non plus. Pourtant c’est vous qui avez la réponse.”

Constat d’impuissance en somme : il ne peut plus rien pour moi.
Mais cela fait déjà longtemps que je l’avais réalisé.

A lire aussi :  Suicide : des médicaments placés sous surveillance

Articles liés

Réponses